Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

"Watch Dogs", le jeu qui ressemble étrangement à l'affaire Edward Snowden

© http://blog.ubi.com

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/06/2013

Un nouveau jeu d'Ubisoft lancé lors du salon de l'E3 à Los Angeles suscite toutes les curiosités. "Watch Dogs", dont le héros est un hacker de génie, présente des parallèles troublants avec l'affaire Snowden sur l'espionnage américain.

Dissimulé derrière sa casquette et un grand manteau sombre, Aiden Pearce a décidé de se faire justice dans les rues de Chicago. Après le massacre de sa famille, ce talentueux hacker utilise ses compétences pour retrouver et tuer les responsables. Ce personnage n’a ni superpouvoirs ni armes d’assaut, mais le don exceptionnel de pouvoir pirater tout ce qu’il veut : conversations téléphoniques, dossiers médicaux, feux de circulation ou ordinateurs.

L’histoire de "Watch Dogs", l’une des dernières créations de la firme française Ubisoft, est ancrée dans notre époque. Lors de son lancement officiel au salon de l’E3 à Los Angeles cette semaine, les amateurs de jeux vidéo n’ont pas manqué de faire le parallèle avec l’actualité. Ce personnage de pirate informatique fait en effet écho à l’affaire Edward Snowden, cet ex-consultant de l’Agence nationale de sécurité (NSA) qui a révélé le programme secret américain de surveillance électronique.

Un jeu d’actualité

Même si "Watch Dogs", dont le nom fait référence au terme informatique de "chien de garde", a été imaginé avant ce scandale, les concepteurs du jeu avaient déjà conscience de toucher à un débat contemporain. "Nous savions que nous travaillions sur un sujet d’actualité", a ainsi expliqué à l’AFP Dominic Guay, développeur chez Ubisoft Montréal où le jeu a été imaginé.

Ce dernier était à son hôtel pour le salon de l’E3 lorsqu’il a entendu parlé de l’affaire Snowden : "J’ai mis CNN et la première phrase que j’ai entendue était 'violation de la vie privée'. J’ai changé de chaîne, et sur FOX, ils parlaient de 'surveillance'. J’ai dit à notre directeur créatif : 'Ce sont nos mots clés'".

Pour créer ce jeu, les développeurs se sont inspirés de vrais piratages. Selon Dominic Guay, la technologie permet désormais d’imaginer un monde très proche de celui représenté par George Orwell dans son livre "1984" où Big Brother surveille tout le monde : "Heureusement la plupart d’entre nous vivent dans des démocraties qui n’ont pas choisi cette voie. Mais c’est effrayant de penser qu’un gouvernement aussi brutal et néfaste que celui décrit dans '1984' dispose théoriquement des armes pour reproduire ce système".

Même si l’univers dépeint est assez négatif, Ubisoft se défend de vouloir faire la morale. "Mais nous espérons que les joueurs, quand ils auront fini de jouer, commenceront à en parler et qu’ils pourront se forger une opinion à ce sujet", estime Dominic Guay.

"Watch Dogs", commercialisé à partir du mois de novembre, sera disponible pour les consoles de dernière génération Playstation 4 et XBOX One.

Avec dépêches

Première publication : 13/06/2013

  • JEUX VIDÉO

    Salon de l'E3 : Microsoft, Nintendo et Sony dévoilent leur stratégie

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    En images : à l'E3, les professionnels sortent le grand jeu

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO - E3

    Nouvelles consoles : "Créer un jeu vidéo peut mobiliser jusqu'à 700 personnes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)