Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

EUROPE

Erdogan joue l’apaisement, les manifestants refusent de quitter le parc Gezi

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/06/2013

Malgré les concessions du Premier ministre Erdogan qui s’est engagé à respecter la décision de la justice au sujet de l’aménagement du parc Gezi à Istanbul, des centaines de manifestants refusaient toujours de quitter les lieux vendredi soir.

Ignorant les appels au calme du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, des centaines de manifestants occupaient toujours le parc Gezi à Istanbul vendredi 14 juin au soir. Plus tôt dans la journée, Recep Tayyip Erdogan les avait exhortés à se disperser, en échange de concessions annoncées dans la matinée. Le Premier ministre, qui avait jusqu'à présent affiché sa fermeté à l'égard de la contestation qui dure depuis deux semaines, s'est en effet engagé à ne pas poursuivre le projet de réaménagement du parc Gezi avant qu'un tribunal ne rende une décision à ce sujet.
 
"Jeunes gens, vous êtes restés assez longtemps [dans le parc] et vous avez fait passer votre message. Si votre message concerne le parc Gezi, c'est bon, il a été reçu", a lancé le chef du gouvernement aux occupants du parc. "Il n'y a pas de travaux en cours, pourquoi donc est-ce que vous restez ?", a-t-il ajouté.
 
Mais à la nuit tombée, les locataires du parc semblaient bien décidés à le contrarier. "Nous ne partirons pas. Pourquoi le ferions-nous au point où nous en sommes ?", demandait ainsi Mustafa, 43 ans. "Nous avons beaucoup souffert, il n'y a pas de retour en arrière possible", a-t-il ajouté en évoquant les manifestants blessés par la police.
 
Une note positive
 
"Certains groupes proposent de ne garder qu'une seule tente au sein du parc"
Au sortir de leur première rencontre avec le Premier ministre, les porte-parole du collectif Solidarité Taksim ont pourtant exprimé, pour la première fois, un commentaire favorable. "La note positive de la nuit, ce sont les explications du Premier ministre disant que le projet ne sera pas poursuivi tant que la justice n'aura pas rendu sa décision finale", a relevé l'un d'eux, l'urbaniste Tayfun Kahraman.
 
"Nous attendrons la décision finale de la justice et quand ce sera fait, nous organiserons un vote public, et nous nous conformerons à ce qui en sortira", a répété Recep Tayyip Erdogan vendredi en fin de journée. "Que puis-je dire d'autre ?", a-t-il insisté. Le 31 mai, un tribunal administratif d'Istanbul saisi par les opposants au projet avait décidé de suspendre les travaux d'aménagement de cet espace vert. Le gouvernement avait immédiatement fait appel. La procédure devrait désormais prendre plusieurs mois.
 
Mais pour les centaines de manifestants qui continuent d’occuper le parc, il ne s’agit pas seulement d’un problème d’urbanisme. "Bien sûr, ça a commencé comme un combat écologiste, mais c'est bien plus qu'un parc, il s'agit de l'identité d'une nation", a témoigné Kivanch, un musicien de 39 ans. Réunis en assemblées générales pour débattre de la suite de leur mouvement, les manifestants doivent arrêter une position commune, mais celle-ci ne devrait pas être annoncée avant samedi 15 juin.
 
Le mouvement de contestation, qui s'est transformé en mobilisation antigouvernementale, est parti d'une intervention brutale des forces de l'ordre pour déloger des manifestants opposés à l'arrachage d'arbres dans le parc Gezi le 31 mai. Depuis, et malgré les mises en garde, les protestataires sont restés mobilisés, dénonçant le style autocratique de Recep Tayyip Erdogan au pouvoir depuis 10 ans.

 

Avec dépêches
 

Première publication : 14/06/2013

  • TURQUIE

    Erdogan lance son "dernier avertissement" aux manifestants du parc Gezi

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Erdogan prêt à organiser un référendum sur l'aménagement du parc Gezi

    En savoir plus

  • TURQUIE - REPORTAGE

    Parc Gezi : "Erdogan essaie de nous monter les uns contre les autres"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)