Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

Erdogan joue l’apaisement, les manifestants refusent de quitter le parc Gezi

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/06/2013

Malgré les concessions du Premier ministre Erdogan qui s’est engagé à respecter la décision de la justice au sujet de l’aménagement du parc Gezi à Istanbul, des centaines de manifestants refusaient toujours de quitter les lieux vendredi soir.

Ignorant les appels au calme du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, des centaines de manifestants occupaient toujours le parc Gezi à Istanbul vendredi 14 juin au soir. Plus tôt dans la journée, Recep Tayyip Erdogan les avait exhortés à se disperser, en échange de concessions annoncées dans la matinée. Le Premier ministre, qui avait jusqu'à présent affiché sa fermeté à l'égard de la contestation qui dure depuis deux semaines, s'est en effet engagé à ne pas poursuivre le projet de réaménagement du parc Gezi avant qu'un tribunal ne rende une décision à ce sujet.
 
"Jeunes gens, vous êtes restés assez longtemps [dans le parc] et vous avez fait passer votre message. Si votre message concerne le parc Gezi, c'est bon, il a été reçu", a lancé le chef du gouvernement aux occupants du parc. "Il n'y a pas de travaux en cours, pourquoi donc est-ce que vous restez ?", a-t-il ajouté.
 
Mais à la nuit tombée, les locataires du parc semblaient bien décidés à le contrarier. "Nous ne partirons pas. Pourquoi le ferions-nous au point où nous en sommes ?", demandait ainsi Mustafa, 43 ans. "Nous avons beaucoup souffert, il n'y a pas de retour en arrière possible", a-t-il ajouté en évoquant les manifestants blessés par la police.
 
Une note positive
 
"Certains groupes proposent de ne garder qu'une seule tente au sein du parc"
Au sortir de leur première rencontre avec le Premier ministre, les porte-parole du collectif Solidarité Taksim ont pourtant exprimé, pour la première fois, un commentaire favorable. "La note positive de la nuit, ce sont les explications du Premier ministre disant que le projet ne sera pas poursuivi tant que la justice n'aura pas rendu sa décision finale", a relevé l'un d'eux, l'urbaniste Tayfun Kahraman.
 
"Nous attendrons la décision finale de la justice et quand ce sera fait, nous organiserons un vote public, et nous nous conformerons à ce qui en sortira", a répété Recep Tayyip Erdogan vendredi en fin de journée. "Que puis-je dire d'autre ?", a-t-il insisté. Le 31 mai, un tribunal administratif d'Istanbul saisi par les opposants au projet avait décidé de suspendre les travaux d'aménagement de cet espace vert. Le gouvernement avait immédiatement fait appel. La procédure devrait désormais prendre plusieurs mois.
 
Mais pour les centaines de manifestants qui continuent d’occuper le parc, il ne s’agit pas seulement d’un problème d’urbanisme. "Bien sûr, ça a commencé comme un combat écologiste, mais c'est bien plus qu'un parc, il s'agit de l'identité d'une nation", a témoigné Kivanch, un musicien de 39 ans. Réunis en assemblées générales pour débattre de la suite de leur mouvement, les manifestants doivent arrêter une position commune, mais celle-ci ne devrait pas être annoncée avant samedi 15 juin.
 
Le mouvement de contestation, qui s'est transformé en mobilisation antigouvernementale, est parti d'une intervention brutale des forces de l'ordre pour déloger des manifestants opposés à l'arrachage d'arbres dans le parc Gezi le 31 mai. Depuis, et malgré les mises en garde, les protestataires sont restés mobilisés, dénonçant le style autocratique de Recep Tayyip Erdogan au pouvoir depuis 10 ans.

 

Avec dépêches
 

Première publication : 14/06/2013

  • TURQUIE

    Erdogan lance son "dernier avertissement" aux manifestants du parc Gezi

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Erdogan prêt à organiser un référendum sur l'aménagement du parc Gezi

    En savoir plus

  • TURQUIE - REPORTAGE

    Parc Gezi : "Erdogan essaie de nous monter les uns contre les autres"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)