Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

Lunettes connectées : GlassUp, la petite italienne qui veut faire de l'ombre à Google

© Sebastian Seibt

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 14/06/2013

Google n’est pas le seul à travailler sur des lunettes connectées. Outre Samsung et Microsoft, la petite société italienne GlassUp tente aussi de faire son trou dans ce secteur. Elle veut être la première à en commercialiser dès février 2014.

La société italienne GlassUp se lance à l'assaut du titan du Net, Google. La petite entreprise tente en effet de marcher sur les plates-bandes du géant américain en visant sa dernière marotte, les lunettes connectées. À l’instar des Google Glass, celles de GlassUp doivent permettre d’avoir toujours à portée d’œil une somme d’informations comme les messages Facebook, les SMS, des notifications d’appel ou encore des données GPS.

Le premier prototype des lunettes GlassUp
© GlassUp

GlassUp a profité du récent salon du jeu vidéo de l’E3, qui s’est tenu du 11 au 13 juin à Los Angeles, pour dévoiler en avant-première ses prototypes et ce qui les distingue de son prestigieux concurrent. Différence de taille, contrairement aux Google Glass, les GlassUp ne sont pas équipées d’un appareil photo ou d’une caméra. “Nous voulons ainsi éviter les intrusions dans la vie privée des gens qui risquent d’être inévitables lorsqu’on prend des photos en toute discrétion avec un appareil monté sur des lunettes connectées”, souligne à FRANCE 24 Francesco Giartosio, fondateur de la société italienne.

Musées, sportifs et architectes intéressés

Les informations n’apparaissent pas non plus dans un coin des lunettes comme dans le cas de Google. Elles s’affichent directement au centre des lunettes en transparence pour ne pas gêner la vue. “L’idée est d’éviter les mouvements perpétuels du regard vers un coin des lunettes qui peuvent être déstabilisant pour l’utilisateur”, souligne Francesco Giartosio.

Mais sur le fond, les deux projets ne sont pas si différents. Les GlassUp pourront, comme les Google Glass, fonctionner avec des applications installées sur son smartphone Android (de Google) ou iPhone (Apple) qui communique via Bluetooth avec les lunettes.

La notification de courrier sur les GlassUp
© GlassUp

Pour l’heure, des musées ont demandé à la société de plancher sur des solutions qui permettront d'afficher des informations sur les œuvres exposées. Des sociétés de sport voudraient des applications pour montrer sur les lunettes les battements du cœur pendant une course. Et des architectes aimeraient voir à travers ces lunettes les plans d’un bâtiment. “Ce n’est qu’un début, nous allons rendre publiques toutes les informations permettant de développer des applications pour les GlassUp”, assure Francesco Giartosio.

Preuve de l’intérêt du concept de lunettes connectées, d’autres entreprises - comme Samsung ou Microsoft - travaillent également sur des projets similaires. Mais le petit Poucet italien semble le plus avancé de tous. “ Nous comptons sortir nos lunettes connectées en février 2014”, assure le patron. Google a évoqué l’horizon 2014 sans plus de précision pour la sortie de ses lunettes du troisième type et les autres n’ont pas donné de calendrier de commercialisation.

399 euros

Francesco Giartosio affirme même avoir eu l’idée de lunettes connectées avant tout le monde. “J’y avais pensé six mois avant que Google n’en parle et quand il l’a fait, j’ai eu un moment de frayeur. Mais je pense maintenant que l’arrivée d’un acteur de ce poids ne peut qu’être bon en termes d’intérêt médiatique et aussi pour donner à mon projet plus de crédibilité auprès d’éventuels investisseurs”, raconte l'entrepreneur.

Si ces prototypes sont déjà utilisables, GlassUp doit encore lever de l’argent pour lancer la production industrielle. Pour ce faire, la société a débuté, lundi 10 juin, une campagne sur le site de financement participatif Indiegogo qui vise à trouver 150 000 dollars d’ici au 8 août.

Une somme qui permettra de faire fonctionner plusieurs mois cette société d’une vingtaine de personnes, “le temps de convaincre d’autres investisseurs de prêter les 500 000 dollars nécessaires pour finaliser la partie industrielle du projet”, affirme Francesco Giartosio. Les lunettes seraient alors assemblées dans une usine en Chine, tandis que les composants les plus sensibles et complexes, comme les verres, seront produits en Italie et en Allemagne. Elles seront, ensuite, vendues pour 399 euros, bien moins que les Google Glass qui devraient coûter entre 500 et 1500 euros.

Première publication : 14/06/2013

  • TECHNOLOGIES

    Google, Apple & Co. veulent habiller les consommateurs de la tête aux pieds

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Salon de l'E3 : Microsoft, Nintendo et Sony dévoilent leur stratégie

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    En images : à l'E3, les professionnels sortent le grand jeu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)