Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre grec propose de rouvrir en partie la télévision publique

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2013

Après la fermeture soudaine de la radio-télévision publique, le Premier ministre grec a proposé, vendredi, de rouvrir partiellement l'antenne en engageant "un petit nombre d'employés". Une solution rejetée par les partis de gauche et les syndicats.

Les partis de gauche et les syndicats ont unanimement rejeté la solution de compromis proposée vendredi par le Premier ministre grec pour sortir de la crise gouvernementale provoquée par la fermeture brutale de la radiotélévision publique (ERT).

Antonis Samaras a annoncé l'embauche d'un petit nombre de salariés pour relancer un programme d'informations dans l'audiovisuel public et appelé ses partenaires au sein de la coalition gouvernementale à se montrer "responsables".

Cette proposition a été rejetée dès vendredi soir par les syndicats et par les socialistes du Pasok, auxquels se sont joints samedi le parti de la Gauche démocratique, l'autre membre de la coalition gouvernementale.

"Notre position n'a pas changé. Toute restructuration de l'ERT doit avoir lieu pendant que le diffuseur est en activité, comme il l'était auparavant", a dit à Reuters le porte-parole de la Gauche démocratique, Andreas Papadopoulos.

La situation de blocage pourrait faire chuter le gouvernement et entraîner l'organisation de nouvelles élections, ce qui empêcherait très certainement la Grèce de remplir les
objectifs qui lui ont fixés dans le cadre de son plan de sauvetage.

Reuters

 

Première publication : 14/06/2013

  • GRÈCE

    Fermeture de l'audiovisuel public grec : Samaras coupable d'excès de zèle ?

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Les journalistes d'ERT contournent la coupure d'antenne grâce à Internet

    En savoir plus

  • GRÈCE

    "Tous les Grecs sont affectés par la mise à mort de leur télévision publique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)