Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre grec propose de rouvrir en partie la télévision publique

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2013

Après la fermeture soudaine de la radio-télévision publique, le Premier ministre grec a proposé, vendredi, de rouvrir partiellement l'antenne en engageant "un petit nombre d'employés". Une solution rejetée par les partis de gauche et les syndicats.

Les partis de gauche et les syndicats ont unanimement rejeté la solution de compromis proposée vendredi par le Premier ministre grec pour sortir de la crise gouvernementale provoquée par la fermeture brutale de la radiotélévision publique (ERT).

Antonis Samaras a annoncé l'embauche d'un petit nombre de salariés pour relancer un programme d'informations dans l'audiovisuel public et appelé ses partenaires au sein de la coalition gouvernementale à se montrer "responsables".

Cette proposition a été rejetée dès vendredi soir par les syndicats et par les socialistes du Pasok, auxquels se sont joints samedi le parti de la Gauche démocratique, l'autre membre de la coalition gouvernementale.

"Notre position n'a pas changé. Toute restructuration de l'ERT doit avoir lieu pendant que le diffuseur est en activité, comme il l'était auparavant", a dit à Reuters le porte-parole de la Gauche démocratique, Andreas Papadopoulos.

La situation de blocage pourrait faire chuter le gouvernement et entraîner l'organisation de nouvelles élections, ce qui empêcherait très certainement la Grèce de remplir les
objectifs qui lui ont fixés dans le cadre de son plan de sauvetage.

Reuters

 

Première publication : 14/06/2013

  • GRÈCE

    Fermeture de l'audiovisuel public grec : Samaras coupable d'excès de zèle ?

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Les journalistes d'ERT contournent la coupure d'antenne grâce à Internet

    En savoir plus

  • GRÈCE

    "Tous les Grecs sont affectés par la mise à mort de leur télévision publique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)