Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

FRANCE

Brève prise d'otage à la prison d'Arles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/06/2013

Un homme condamné à 30 ans de réclusion criminelle a retenu en otage pendant près de 2h30 un surveillant à la maison centrale d'Arles (Bouches-du-Rhône). Les négociations avec des membres du GIPN ont porté leurs fruits et il a fini par se rendre.

La prise d'otage à la maison centrale d'Arles (Bouches-du-Rhône), qui avait débuté vendredi 14 juin aux environs de 14H00 lorsqu'un détenu a retenu un surveillant avec des armes fabriquées artisanalement, a pris fin peu après 16H30, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.
              
"Après des négociations avec le GIPN (Groupe d'intervention de la police nationale), au cours desquelles il a formulé des requêtes allant de la demande d'un hélicoptère à la présence de la presse, pour finalement exiger de changer de prison, il a fini par se rendre", a expliqué à l'AFP une source proche de l'enquête.
              
Âgé de 40 ans, l'homme, condamné en 2007 à 30 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de ses deux enfants dans l'est de la France, a demandé à voir un gardien vers 14H00.
              
À l'entrée du surveillant dans sa cellule, il l'a menacé avec deux armes fabriquées de manière artisanale, avant que deux moniteurs de sport n'arrivent pour essayer de le raisonner.
              
L'un d'eux, avec l'accord du détenu, a pris la place du gardien pris en otage. Les négociations ont alors été engagées avec des membres du GIPN, un groupe d'une dizaine de policiers d'élite venus de Marseille.
              
La prise d'otage s'est finalement achevée vers 16H30, sans incident.

AFP

Première publication : 14/06/2013

  • FRANCE

    Fin de cavale pour le braqueur Redoine Faïd

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un hacker controversé raconte son incarcération en direct sur Twitter

    En savoir plus

  • CULTURE

    Des détenus participent au Festival du film des droits de l'Homme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)