Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

La communauté internationale prête à travailler avec Rohani

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/06/2013

Alors que les partisans du nouveau président élu, Hassan Rohani, se sont rassemblés dans le centre de Téhéran, la communauté internationale s'est dite prête dans son ensemble à travailler avec lui, notamment sur le dossier nucléaire.

Immédiatement après l’annonce de la victoire de Hassan Rohani à l’élection présidentielle, un millier de personnes se sont rassemblées dans le centre de Téhéran pour fêter son élection dès le premier tour. Ils arboraient des portraits de ce religieux modéré et lançaient des chants en sa faveur. Pascale Bourgaux, l'envoyée spéciale de FRANCE 24 a Téhéran, témoigne des "cris de joie" et des "scènes de liesse" qu'elle a pu observer.

"C'est l'explosion de joie"

Le guide suprême félicite le vainqueur

Le président sortant Mahmoud Ahmadinejad a envoyé un message de félicitation au nouvel élu, tout comme le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. "Je félicite le peuple et le président élu", a écrit le numéro un iranien, en affirmant que "tout le monde devait aider le nouveau président et son gouvernement". Le numéro un iranien a également demandé à tout le monde d'éviter les "comportements inappropriés" de ceux qui veulent montrer "leur joie ou leur mécontentement", en faisant allusion aux partisans et adversaires du nouveau président.

Peu avant l'annonce officielle de sa victoire, des groupes de partisans - dont des dizaines de jeunes - avaient déjà commencé à se rassembler autour des locaux de campagne du candidat, dans le centre de Téhéran. "Vive la réforme, vive Rohani", scandaient certains d'entre eux, tandis que d'autres disaient "Au revoir" à Mahmoud Ahmadinejad.

Les principaux concurrents de Hassan Rohani, le maire conservateur de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili, ont reconnu leur défaite et ont félicité le vainqueur.

Israël minimise le rôle du président iranien dans la politique nucléaire

Israël n'a pas tardé à réagir à l'annonce. L'État hébreu a minimisé le rôle du nouveau président, soulignant que c'est le Guide suprême qui décide de la politique nucléaire iranienne. "Le programme nucléaire de l'Iran a jusqu'à présent été décidé par Khameini, pas par le président iranien", a ainsi déclaré le ministère israélien des Affaires étrangères dans un communiqué. "Après les élections, l'Iran continuera d'être jugé sur ses actes, dans le domaine nucléaire comme dans celui du terrorisme. L'Iran doit se conformer aux demandes de la communauté internationale d'arrêter son programme nucléaire et de cesser la propagation du terrorisme dans le monde", ajoute le texte.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a par ailleurs implicitement remis en cause la modération attribuée au nouveau président iranien. "Le président élu en Iran a été sélectionné par l'ayatollah Khameini qui a disqualifié et empêché les candidats qui ne se conformaient pas à ses vues extrémistes de se présenter", a-t-il affirmé.

Israël appelle à maintenir la pression concernant le nucléaire

Washington prêt à collaborer directement avec Téhéran

De leur côté, les États-Unis ont déclaré qu'ils "restaient prêts à collaborer directement" avec Téhéran sur la question du programme nucléaire iranien. La Maison Blanche a affirmé dans un communiqué qu'un tel engagement aurait "pour but de trouver une solution diplomatique qui apaiserait les inquiétudes de la communauté internationale sur le programme nucléaire iranien".

Paris et Londres insistent sur le nucléaire iranien

Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a salué dans un communiqué "l'inébranlable aspiration à la démocratie du peuple iranien. Les attentes de la communauté internationale à l'égard de l'Iran sont fortes, notamment sur son programme nucléaire et son engagement en Syrie", a souligné le chef de la diplomatie française. "Nous sommes prêts à y travailler avec le nouveau président iranien", a-t-il ajouté.

De l’autre côté de la Manche, Londres a appelé Hassan Rohani à "mettre l’Iran sur un nouveau chemin", notamment en "s'attelant aux inquiétudes de la communauté internationale sur le programme nucléaire iranien, en faisant avancer une relation constructive avec la communauté internationale et en améliorant la situation politique et des droits de l'Homme".

Et par la voix de Catherine Ashton, l'Union européenne s'est elle aussi dite "déterminée" à travailler avec Hassan Rohani sur la question nucléaire.

L'opposition syrienne demande à l'Iran de revoir sa position

En Italie, la ministre des Affaires étrangères, Emma Bonino, a dit espérer pouvoir travailler avec le nouveau président "au développement des relations bilatérales et entamer sans délai une période de compréhension renouvelée et un dialogue constructif entre l'Iran et la communauté internationale".

L’opposition syrienne a quant à elle demandé au nouveau président élu iranien de revoir la position de son pays sur le conflit en Syrie. "La Coalition nationale syrienne estime qu'il est de son devoir d'appeler le nouveau président de l'Iran à rectifier les erreurs commises par la direction iranienne", affirme le communiqué, faisant allusion à l'appui de poids apporté par Téhéran à son allié régional.

Avec dépêches
 

Première publication : 15/06/2013

  • PRÉSIDENTIELLE IRANIENNE

    Hassan Rohani, le modéré qui veut renouer le dialogue avec l'Occident

    En savoir plus

  • IRAN

    Présidentielle iranienne : "Le Mouvement vert est toujours vivant"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IRANIENNE

    Forte participation en Iran pour élire le successeur de Mahmoud Ahmadinejad

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)