Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Arabie saoudite impose sa stratégie à l'Opep

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football : une sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

Economie

Facebook révèle les requêtes des autorités américaines

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/06/2013

Facebook a révélé vendredi avoir reçu entre 9 000 et 10 000 requêtes émanant du gouvernement américain sur des données d’utilisateurs. Ces demandes étaient fondées sur des enquêtes allant de la disparition d'un enfant à des menaces terroristes.

Facebook a révélé, vendredi 14 juin, qu'il avait reçu entre 9 000 et 10 000 requêtes des autorités américaines concernant des données d'utilisateurs au cours du second semestre 2012, dans le but apparemment de se protéger des retombées d'un grand scandale.

Les demandes étaient fondées sur des enquêtes allant de la disparition d'un enfant à des délits mineurs ou à des menaces terroristes. Le nombre des comptes visés est situé entre 18 000 et 19 000, a précisé le réseau social sans révéler le nombre de fois où il avait répondu aux requêtes.

Une protection "agressive" des données

Face à une opinion publique de plus en plus hostile après les révélations selon lesquelles il figurait parmi les neuf entreprises ayant fourni des données personnelles au programme américain PRISM, Facebook a assuré protéger "agressivement" les données de ses utilisateurs, selon un communiqué du conseiller général de la firme, Ted Ullyot.

"Souvent, nous avons rejeté directement de telles requêtes [...] ou bien nous avons donné au gouvernement beaucoup moins de données qu'il l'espérait. Et nous n'avons jamais outrepassé le cadre de la loi", a ajouté M. Ullyot.

Selon une source proche du dossier, le géant d’Internet aurait répondu à 79 % des requêtes et n'aurait fourni aux autorités que l'adresse email des personnes concernées ainsi que des données sur le protocole internet qu'elles utilisent, mais en aucun cas le contenu de leurs emails ou de leurs messages sur le réseau social.

Avec dépêches

Première publication : 15/06/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Surveillance d'Internet : un ancien employé de la CIA à l'origine des fuites

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le renseignement américain puise dans les données de Facebook et Google

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Edward Snowden : "Je suis là pour révéler la criminalité"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)