Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Asie - pacifique

"On assiste à un bras de fer entre deux Turquie"

© Mehdi Chebil / FRANCE24

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/06/2013

La police turque a évacué, samedi soir, les milliers de manifestants qui occupaient le parc Gezi, bastion des opposants à Istanbul. Le chef du gouvernement a prévu, cet après-midi, une nouvelle démonstration de force dans un parc d'Istanbul.

La police turque a investi, samedi soir, le parc Gezi où campaient des milliers d’opposants au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. L’opération menée à grand coup de grenades de gaz lacrymogène a eu lieu vers 21 heures locales, quelques heures après un nouvel ultimatum du leader turc.

On a assisté à une intervention éclair, rapporte Mehdi Chebil, envoyé spécial à Istanbul pour FRANCE 24. "Il n'y a eu aucune résistance de la part des manifestants, le parc Gezi a été déserté en trente minutes par la police qui a utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes." De nombreuses tentes ont été détruites et les forces de police ont complètement bouclé le parc afin d’empêcher les manifestants de revenir dans ce bastion de la contestation anti-gouvernementale.

"Le parc Gezi transformé en zone de guerre"

La police a poursuivi des sympathisants dans les ruelles adjacentes au parc, donnant lieu à quelques affrontements. "Dès 22 heures, un face à face tendu a eu lieu entre quelque 200 manifestants retranchés dans un hôtel luxueux, situé près du parc, et les forces de l'ordre qui ont gazé le hall du bâtiment". Les heurts n’ont pris fin qu’à l’aube. Le gouverneur d'Istanbul Huseyin Avni Mutlu a évalué le nombre des blessés à 29.

Le collectif Solidarité Taksim a condamné l'opération, qui "a transformé le parc Gezi, Istanbul et le pays en zone de guerre". "Cette attaque brutale de la police doit s'arrêter. Le parti au pouvoir sera tenu pour responsable des événements", a-t-il ajouté.

Cette nouvelle intervention a "remis le feu aux poudres", estime Fatma Kizilboga, correspondante de FRANCE 24 en Turquie. "La tension s'est ravivée et les rangs vont se grossir dans le camp des manifestants", poursuit la correspondante de FRANCE 24 qui parle d'"une épreuve de force entre deux Turquie". L'envoyé spécial de FRANCE 24 confirme qu'"un bras de fer s'engage entre les deux camps".

"Le pays est dans une impasse"

De son côté, le chef du gouvernement a prévu une nouvelle démonstration de force dimanche après-midi dans un parc d'Istanbul, à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau seulement de la place Taksim. Des dizaines de milliers de sympathisants de son Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) y sont attendus. Un premier rassemblement géant de la majorité silencieuse avait eu lieu samedi à Ankara.

Pour sa part, l'un des principaux syndicats du secteur public en Turquie a annoncé samedi qu'il allait lancer un appel à la grève générale lundi. "Le pays est dans une impasse", a constaté Fatma Kizilboga.
 

Première publication : 15/06/2013

  • TURQUIE

    Erdogan joue l’apaisement, les manifestants refusent de quitter le parc Gezi

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Erdogan lance son "dernier avertissement" aux manifestants du parc Gezi

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Erdogan prêt à organiser un référendum sur l'aménagement du parc Gezi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)