Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Afrique

Rupture des relations diplomatiques : Damas dénonce l'acte "irresponsable" du Caire

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/06/2013

Au lendemain de l'annonce du président égyptien Mohamed Morsi de rompre définitivement toute relation diplomatique avec le régime de Bachar al-Assad, Damas a réagi dénonçant un acte "irresponsable" du Caire.

Le régime syrien n'a pas tardé à réagir après les déclarations, samedi 15 juin, du président égyptien Mohamed Morsi qui annonçait vouloir rompre toute relation diplomatique avec la Syrie. Damas a accusé, dimanche, Le Caire d'acte "irresponsable". "La République arabe syrienne condamne la position irresponsable de Morsi (...) qui s'est joint à la clique des comploteurs menée par les États-Unis et Israël contre la Syrie", a indiqué un responsable syrien cité par l'agence officielle Sana.

La décision du chef de l’État égyptien "ne reflète pas la volonté du peuple égyptien frère, uni au peuple syrien par des relations solides, a assuré le responsable syrien ayant requis l'anonymat.

S'exprimant devant des dignitaires sunnites réunis au Caire, le président égyptien, issu des Frères musulmans, a déclaré : "Nous avons décidé aujourd'hui de rompre complètement les relations avec la Syrie et avec l'actuel régime syrien." L'ambassade de Damas en Égypte va être fermée, et le chargé d'affaires égyptien dans la capitale syrienne va être rappelé, a ajouté le chef de l'État égyptien.

Mise en garde au Hezbollah

Mohamed Morsi a aussi adressé une mise en garde au Hezbollah, mouvement chiite libanais combattant aux côtés des forces gouvernementales syriennes contre les insurgés cherchant à renverser Bachar al-Assad. "Nous nous opposons au Hezbollah dans son agression contre le peuple syrien", a-t-il dit. "Le Hezbollah doit quitter la Syrie et ce ne sont pas des paroles en l'air. Il n'y a pas de place pour le Hezbollah en Syrie."

Autre point fort du discours de Mohamed Morsi : il a exhorté la communauté internationale à instaurer une zone d'exclusion aérienne en Syrie afin de favoriser les rebelles contre les forces gouvernementales, qui disposent de la maîtrise des airs. Il a en outre affirmé que son pays avait "entamé des contacts avec des États arabes et musulmans afin d'organiser une réunion d'urgence de soutien" au peuple syrien.

Donner des gages aux Occidentaux, reprendre la main à domicile

Selon des analystes, l’annonce de Mohamed Morsi vise à donner des gages de solidarité aux pays arabes et occidentaux opposés au régime de Bachar al-Assad. "Le pouvoir de M. Morsi a adopté la position américaine dans le conflit en Syrie et tente de plaire à Washington en l'aidant au Proche-Orient", affirme ainsi à l’AFP Imane Ragab, du Centre al-Ahram d'études stratégiques et politiques. "Il espère qu'ainsi les Américains fermeront les yeux sur la manière dont le régime pourrait faire face" aux grandes manifestations de l'opposition attendues le 30 juin pour le premier anniversaire de son élection, assure-t-elle.

Ces déclarations rangent également l'Égypte encore plus fermement au côté des pays arabes les plus opposés à Damas, en particulier le Qatar, très proche du pouvoir de Mohamed Morsi à qui il apporte un soutien financier décisif pour faire face à une sévère crise économique.

Autre but recherché par le président égyptien : reprendre la main à domicile en invoquant un thème international, face à une contestation grandissante de sa politique. Une pétition lancée il y a quelques semaines réclamant sa démission aurait déjà, selon la presse, recueilli 15 millions de signatures.

"Le président cherche à attirer l'attention sur des questions extérieures pour s'assurer un soutien populaire", estime Amine Chalabi, du Conseil égyptien pour les relations extérieures. Toutefois, "la crise intérieure est si profonde qu'aucune question externe ne peut l'éclipser", nuance-t-il. Mohamed Morsi a d'ailleurs saisi l'occasion de son discours sur la Syrie pour évoquer la situation intérieure égyptienne, et affirmer qu'il agirait "avec détermination" contre ceux "qui veulent pousser le pays dans une spirale de violences et de chaos".

Avec dépêches

Première publication : 15/06/2013

  • RUSSIE

    Moscou doute de l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    L'ambassadeur de France au Liban met en garde contre une contagion du conflit syrien

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)