Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Afrique

Rupture des relations diplomatiques : Damas dénonce l'acte "irresponsable" du Caire

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/06/2013

Au lendemain de l'annonce du président égyptien Mohamed Morsi de rompre définitivement toute relation diplomatique avec le régime de Bachar al-Assad, Damas a réagi dénonçant un acte "irresponsable" du Caire.

Le régime syrien n'a pas tardé à réagir après les déclarations, samedi 15 juin, du président égyptien Mohamed Morsi qui annonçait vouloir rompre toute relation diplomatique avec la Syrie. Damas a accusé, dimanche, Le Caire d'acte "irresponsable". "La République arabe syrienne condamne la position irresponsable de Morsi (...) qui s'est joint à la clique des comploteurs menée par les États-Unis et Israël contre la Syrie", a indiqué un responsable syrien cité par l'agence officielle Sana.

La décision du chef de l’État égyptien "ne reflète pas la volonté du peuple égyptien frère, uni au peuple syrien par des relations solides, a assuré le responsable syrien ayant requis l'anonymat.

S'exprimant devant des dignitaires sunnites réunis au Caire, le président égyptien, issu des Frères musulmans, a déclaré : "Nous avons décidé aujourd'hui de rompre complètement les relations avec la Syrie et avec l'actuel régime syrien." L'ambassade de Damas en Égypte va être fermée, et le chargé d'affaires égyptien dans la capitale syrienne va être rappelé, a ajouté le chef de l'État égyptien.

Mise en garde au Hezbollah

Mohamed Morsi a aussi adressé une mise en garde au Hezbollah, mouvement chiite libanais combattant aux côtés des forces gouvernementales syriennes contre les insurgés cherchant à renverser Bachar al-Assad. "Nous nous opposons au Hezbollah dans son agression contre le peuple syrien", a-t-il dit. "Le Hezbollah doit quitter la Syrie et ce ne sont pas des paroles en l'air. Il n'y a pas de place pour le Hezbollah en Syrie."

Autre point fort du discours de Mohamed Morsi : il a exhorté la communauté internationale à instaurer une zone d'exclusion aérienne en Syrie afin de favoriser les rebelles contre les forces gouvernementales, qui disposent de la maîtrise des airs. Il a en outre affirmé que son pays avait "entamé des contacts avec des États arabes et musulmans afin d'organiser une réunion d'urgence de soutien" au peuple syrien.

Donner des gages aux Occidentaux, reprendre la main à domicile

Selon des analystes, l’annonce de Mohamed Morsi vise à donner des gages de solidarité aux pays arabes et occidentaux opposés au régime de Bachar al-Assad. "Le pouvoir de M. Morsi a adopté la position américaine dans le conflit en Syrie et tente de plaire à Washington en l'aidant au Proche-Orient", affirme ainsi à l’AFP Imane Ragab, du Centre al-Ahram d'études stratégiques et politiques. "Il espère qu'ainsi les Américains fermeront les yeux sur la manière dont le régime pourrait faire face" aux grandes manifestations de l'opposition attendues le 30 juin pour le premier anniversaire de son élection, assure-t-elle.

Ces déclarations rangent également l'Égypte encore plus fermement au côté des pays arabes les plus opposés à Damas, en particulier le Qatar, très proche du pouvoir de Mohamed Morsi à qui il apporte un soutien financier décisif pour faire face à une sévère crise économique.

Autre but recherché par le président égyptien : reprendre la main à domicile en invoquant un thème international, face à une contestation grandissante de sa politique. Une pétition lancée il y a quelques semaines réclamant sa démission aurait déjà, selon la presse, recueilli 15 millions de signatures.

"Le président cherche à attirer l'attention sur des questions extérieures pour s'assurer un soutien populaire", estime Amine Chalabi, du Conseil égyptien pour les relations extérieures. Toutefois, "la crise intérieure est si profonde qu'aucune question externe ne peut l'éclipser", nuance-t-il. Mohamed Morsi a d'ailleurs saisi l'occasion de son discours sur la Syrie pour évoquer la situation intérieure égyptienne, et affirmer qu'il agirait "avec détermination" contre ceux "qui veulent pousser le pays dans une spirale de violences et de chaos".

Avec dépêches

Première publication : 15/06/2013

  • RUSSIE

    Moscou doute de l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    L'ambassadeur de France au Liban met en garde contre une contagion du conflit syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)