Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : le dessaisissement du juge Gentil demandé

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2013

L'avocat général de la Cour de cassation demande le dessaisissement du juge Jean-Michel Gentil et de deux autres magistrats, qui ont mis Nicolas Sarkozy en examen dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Bettencourt, affirment Le Figaro et RTL.

Le parquet général de la Cour de cassation demande le dessaisissement du juge d'instruction Jean-Michel Gentil et de ses deux collègues juges d'instruction chargés du dossier, qui ont mis Nicolas Sarkozy en examen dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Bettencourt, affirment lundi Le Figaro et RTL. La plus haute juridiction française a été saisie par les avocats des personnes mises en examen, qui ont mis en cause l'impartialité du juge. Fin mai, "Le Parisien" indiquait, en effet, que Sophie Gromb, l'un des experts ayant rédigé l'expertise concluant à l'état de faiblesse de l'héritière du géant des cosmétiques L'Oréal, Liliane Bettencourt, depuis septembre 2006, avait été témoin au mariage du juge Jean-Michel Gentil en 2007.

La demande examinée dans la journée

Or, le juge Gentil a basé sa décision de mettre Nicolas Sarkozy en examen sur son expertise pour affirmer que l'ancien président a profité de l'état de faiblesse de l'héritière de L'Oréal pour lui soutirer de l'argent afin de financer sa campagne de 2007.

La Cour de cassation doit examiner la demande mardi et devrait rendre sa décision dans la soirée. Elle peut considérer que la requête est fondée et décider de dépayser l'affaire et de nommer de nouveaux juges d'instruction, affirme Me Patrice Spinosi, avocat à la Cour de cassation.

La requête en suspicion légitime a été déposée notamment à la demande de Nicolas Sarkozy, de l'ex-ministre Eric Woerth, du photographe Francois-Marie Banier, de l'homme d'affaires Stéphane Courbit et de Patrice de Maistre, le gérant de fortune de Liliane Bettencourt.
 

Avec dépêches

Première publication : 17/06/2013

  • FRANCE

    Affaire Bettencourt : le juge Gentil soupçonné d'être proche d'un expert

    En savoir plus

  • FRANCE

    Henri Guaino soutenu par une centaine de députés UMP contre le juge Gentil

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Sarkozy mis en examen : le parquet pourrait requérir un non-lieu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)