Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

FRANCE

Ouverture à Bordeaux du salon Vinexpo sur fond de tensions avec la Chine

© AFP

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 17/06/2013

Le salon mondial du vin Vinexpo a ouvert ses portes dimanche à Bordeaux. L’occasion pour 18 producteurs chinois de présenter leurs produits, alors que Pékin a récemment menacé Bruxelles de contrôler les importations de vins français.

L’agression de six étudiants chinois en œnologie, dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 juin, est venue assombrir l’ouverture du plus grand salon mondial du vin, la foire Vinexpo, qui doit accueillir jusqu’à jeudi, au cœur du Bordelais français, entre 45 000 et 50 000 visiteurs.

Cette attaque a été perpétrée par des hommes ivres au domicile des victimes, à Hostens, dans le sud de la Gironde. Dimanche soir, trois personnes âgées de 19 et 20 ans ont été mises en examen et placées en détention à Bordeaux. Au cours de la rixe, des insultes xénophobes auraient été proférées. En réaction, le ministre français de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a estimé que cet acte "inqualifiable" abîmait "l’image de la France".

"La France est dangereuse"

La ministre chinoise des Affaires étrangères, Hua Chunying, a exprimé sa vive indignation. "La Chine condamne fermement les violentes attaques contre des étudiants chinois le 14 juin en France", a-t-elle déclaré. Dimanche, l'ambassade de Chine en France a quant à elle dépêché deux de ses représentants à Bordeaux demandant aux autorités françaises de "prendre les mesures appropriées pour garantir la sécurité des étudiants chinois".

Sur le site chinois de microblog Weibo, les réactions virulentes à cette attaque ont été nombreuses. "La France est vraiment dangereuse," a par exemple estimé un internaute. "Nous devons faire attention avant de nous y rendre, et éviter d'y aller autant que possible. Nous devons choisir de meilleurs pays."

Une colère qui fait écho aux tensions entre la France et la Chine au sujet des vins de Bordeaux. En effet, les autorités chinoises menacent de lancer une enquête "antidumping" sur les importations de vins en provenance de l’Union européenne (UE), après la décision de Bruxelles d'imposer des taxes provisoires sur les importations de panneaux solaires, de cellules photovoltaïques et de composants chinois. Pour Pékin, Bruxelles entrave la concurrence.

La Chine de plus en plus présente en Gironde

Si les Chinois s’intéressent de près à l’importation de cette boisson typiquement française - la Chine est le premier marché à l’exportation pour la France en volume des vins de Bordeaux (10 % de la production) - ils ne se contentent pas de déguster, mais produisent également.

Ainsi, au milieu des allées d’exposants de Vinexpo, 18 stands d’exploitants chinois ont réussi à se frayer un chemin cette année alors qu’en 2011, lors de la dernière édition de l’évènement qui a lieu tous les deux ans, il n’y en avait qu’un seul.

Une visibilité à l’image de l’influence grandissante de la Chine dans le Bordelais. En novembre 2012, pour la première fois, un ressortissant chinois est devenu propriétaire d’un grand cru Saint-Émilion. Récemment, un autre passionné de vin a mis la main sur trois grands châteaux : le Bon Pasteur à Pomerol, le château Rolland-Mallet à Saint-Émilion ainsi que le château Bertineau Saint-Vincent situé en appellation Lalande de Pomerol. Et ce genre d’acquisitions est loin d’être occasionnel : chaque mois, un domaine ou un négociant est racheté par un Chinois à Bordeaux.

Première publication : 17/06/2013

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    Panneaux solaires chinois : pourquoi Pékin veut s'en prendre au vin européen

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Un géant de l'agroalimentaire chinois fait alliance avec un négociant en Bordeaux

    En savoir plus

  • CHINE

    Le vin français, dernière victime de la contrefaçon chinoise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)