Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

EUROPE

Julian Assange, "un trophée anti-américain" cloîtré depuis un an

© AFP

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 19/06/2013

Il y a un an, Julian Assange se réfugiait à l’ambassade d’Équateur à Londres. Sous le coup d’un mandat d’arrêt suédois, il craint, en cas d’extradition, les foudres de Washington, déterminé, selon lui, à lui faire payer l’affaire WikiLeaks.

Depuis un an, il vit retranché dans l’ambassade équatorienne de Londres. Malgré l’intérêt – surtout médiatique - suscité par cette date anniversaire, le cas de Julian Assange piétine. Sans surprise, aucune "percée" ni aucun "progrès substantiel" autour du cas du fondateur de WikiLeaks n’a pu être constaté à l’issue d’un bref entretien de 45 minutes, lundi 17 juin, entre les chefs de la diplomatie britannique et équatorien, William Hague et Ricardo Patino.

Seul signe encourageant : l’annonce de la création d’un groupe de travail visant à trouver une solution diplomatique à cet imbroglio impliquant le Royaume-Uni, la Suède, les États-Unis, l’Équateur et l’Australie, terre natale de Julian Assange. La lourde procédure ne devrait pas aboutir avant de longs mois.

Malgré le statu quo, le fondateur de Wikileaks continue d’afficher sa détermination en se confiant régulièrement dans les médias et en recevant à demeure journalistes, intellectuels et autres stars du show biz telle que Lady Gaga. Il peut également compter sur ses nombreux comités de soutien, notamment aux États-Unis et en Australie, ainsi que sur une solide équipe de juristes dédiée à sa défense que dirige l'ancien juge espagnol Baltasar Garzon.

Pâle mais souriant
Dimanche soir, depuis une fenêtre de l’ambassade, c’est un homme au teint pâle mais souriant qui est apparu aux côtés de Ricardo Patino. Tous deux ont pris le temps de poser devant les photographes et de saluer la centaine de militants venus en soutien à Julian Assange. © Image AFP

Soutien indéfectible de l’Équateur

Peu après l'entretien avec William Hague, Ricardo Patino a déclaré que "le gouvernement équatorien reste fermement engagé à protéger les droits de l'Homme et à obtenir des assurances fermes pour éviter une extradition [de Julian Assange, NDLR] vers un troisième État". Une référence directe à Washington, dont le principal intéressé et ses soutiens craignent la vengeance après la publication, fin 2010, de documents confidentiels diplomatiques.

Mais pour l’heure, le quadragénaire est uniquement sous le coup d’un mandat d’arrêt suédois dans le cadre de deux affaires d’agression sexuelle qu’il nie en bloc. Même si le président équatorien, Rafael Correa, lui a offert l’asile politique, Assange reste bloqué dans l’ambassade britannique, Londres ayant promis d’appliquer le mandat d’arrêt suédois s’il mettait un pied à l’extérieur. Depuis le 19 juin 2012, la police londonienne maintient ses rondes sans relâche autour de la représentation équatorienne.

Bien que réputé pour son indépendance vis-à-vis des États-Unis, le soutien de l’Équateur à Assange a de quoi surprendre. Le pays qui dit vouloir défendre la liberté d’expression en soutenant le fondateur de WikiLeaks est connu pour sa politique autoritaire, voire répressive, envers les journalistes. Récemment, le gouvernement a obtenu le vote d’une loi visant à réduire drastiquement les organes médiatiques privés et augmentant de façon significative les chaînes contrôlées par l’État.

Trophée anti-américain

Mais pour Assange, qu’importe. "Depuis dix ans, l’Amérique latine a montré de grands progrès en matière de droits de l’Homme. Il s’agit traditionnellement d’une terre d’asile", a-t-il défendu le 11 juin lors d’une interview accordée à CNN. "Je conseille vivement à Edward Snowden de partir en Amérique Latine", a-t-il ensuite lancé, à propos de cet Américain de 29 ans, ancien employé de la CIA, qui a trouvé refuge à Hong Kong après avoir révélé des informations sur le système d'interception des communications par la NSA, l'agence américaine de sécurité nationale.

Outre-Atlantique, des voix s’élèvent pour dénoncer le comportement anti-américain de l’Équateur et de ses voisins. "Les pays les plus enclins à abriter Snowden - ceux avec des gouvernements de gauche comme l’Équateur, le Venezuela, la Bolivie et le Nicaragua - rêvent avant tout d’en faire un trophée anti-américain", lâche un journaliste dans les colonnes du Time. Et c’est justement dans ces mêmes pays que le respect de la liberté d’expression laisse le plus à désirer", ajoute-t-il.

En Russie, la méthode employée est la même, selon le journaliste qui rappelle que début juin, Vladimir Poutine a annoncé qu’il considérerait la demande d’asile de Snowden. Le président russe n’est pourtant pas connu pour son attachement au respect de la liberté d’expression…

Du même avis, le responsable du département Amérique latine au Comité de protection des Journalistes de New York, Carlos Lauria, assure que les ressortissants américains dans le cas de Snowden ou Assange ont conscience "qu’il est totalement hypocrite pour un pays comme l’Équateur d’essayer d’effacer leur image négative en leur offrant l’asile."

Première publication : 17/06/2013

  • WIKILEAKS

    Assange cloîtré depuis un an dans l'ambassade d'Équateur à Londres

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Edward Snowden : "Je suis là pour révéler la criminalité"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'effet Bradley Manning sur WikiLeaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)