Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

Moyen-orient

Vladimir Poutine durcit son bras de fer avec les Occidentaux sur la Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2013

La Syrie s'invite au menu du G8. Alors que Vladimir Poutine et Barack Obama doivent se rencontrer ce lundi pour discuter de la crise, le président russe met en garde les Occidentaux contre la livraison d'armes aux rebelles syriens .

Le G8, qui s’ouvre lundi 17 juin en Irlande du Nord, s'annonce houleux alors que les grandes puissances mondiales entendent profiter du sommet pour discuter de la Syrie. Dimanche soir déjà, lors d’une première rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre britannique David Cameron, les divergences de point de vue ont éclaté au grand jour.

Alors que les pays européens et les États-Unis estiment que Damas a franchi la "ligne rouge" en utilisant des armes chimiques, la Russie persiste à soutenir le régime de Bachar al-Assad et à n’accorder aucun crédit aux rebelles.

"Je pense que tout le monde sera d'accord sur le fait que ça ne vaut pas la peine de soutenir des personnes qui non seulement tuent leurs ennemis mais mangent aussi leurs organes en public et devant les caméras", a lancé Vladimir Poutine, dimanche, lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre britannique. Il faisait ainsi référence à une vidéo diffusée en mai et montrant un rebelle syrien éviscérant un soldat. "Est-ce ces gens que vous voulez soutenir ? Est-ce à eux que vous voulez fournir des armes ?, a-t-il insisté. Mais dans ce cas-là, cela n'a pratiquement rien à voir avec les valeurs humanitaires prônées depuis des siècles en Europe." Pour sa part, Vladimir Poutine estime ne "violer aucune règle ou norme" en livrant des armes au régime syrien de Bachar al-Assad et appelle " tous [ses] partenaires à agir de la même façon".

"Arrêter la désintégration de la Syrie"

De son côté, David Cameron, qui a redit sa préférence pour un départ du président Assad, a cherché à mettre en avant les "objectifs communs" avec la Russie : "D'après ce que je comprends de nos discussions de ce jour, nous pouvons surmonter ces divergences à condition de reconnaître le fait de partager un certain nombre d'objectifs communs: à savoir mettre un terme au conflit, arrêter la désintégration de la Syrie, laisser le peuple syrien décider qui doit le gouverner et combattre les extrémistes et leur infliger une défaite".

Une journée décisive s’annonce ce lundi avec la rencontre entre le président russe et son homologue américain Barack Obama. Le chef de l’État américain avait déclaré la semaine dernière qu’il allait augmenter son soutien à l'opposition syrienne - sans pour autant dire clairement si Washington allait livrer des armes -, en riposte contre l’utilisation de gaz sarin par Damas. Des déclarations qui tranchent après des semaines de silence des États-Unis, jusqu'ici très réticents à s'engager dans le conflit syrien.

Moscou a prévenu qu’une aide militaire compromettrait tout effort de paix, alors qu’est évoquée régulièrement la possibilité que la Russie et les États-Unis parviennent à réunir les deux parties syriennes en conflit autour de la table. Il a été question de fixer une réunion en juillet à Genève. Mais rien n’est encore moins sûr.

Avec dépêches
 

Première publication : 17/06/2013

  • SYRIE

    Plusieurs dizaines de gradés de l'armée de Bachar al-Assad font défection

    En savoir plus

  • ÉGYPTE - SYRIE

    Rupture des relations diplomatiques : Damas dénonce l'acte "irresponsable" du Caire

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Moscou doute de l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)