Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

Moyen-orient

Vladimir Poutine durcit son bras de fer avec les Occidentaux sur la Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2013

La Syrie s'invite au menu du G8. Alors que Vladimir Poutine et Barack Obama doivent se rencontrer ce lundi pour discuter de la crise, le président russe met en garde les Occidentaux contre la livraison d'armes aux rebelles syriens .

Le G8, qui s’ouvre lundi 17 juin en Irlande du Nord, s'annonce houleux alors que les grandes puissances mondiales entendent profiter du sommet pour discuter de la Syrie. Dimanche soir déjà, lors d’une première rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre britannique David Cameron, les divergences de point de vue ont éclaté au grand jour.

Alors que les pays européens et les États-Unis estiment que Damas a franchi la "ligne rouge" en utilisant des armes chimiques, la Russie persiste à soutenir le régime de Bachar al-Assad et à n’accorder aucun crédit aux rebelles.

"Je pense que tout le monde sera d'accord sur le fait que ça ne vaut pas la peine de soutenir des personnes qui non seulement tuent leurs ennemis mais mangent aussi leurs organes en public et devant les caméras", a lancé Vladimir Poutine, dimanche, lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre britannique. Il faisait ainsi référence à une vidéo diffusée en mai et montrant un rebelle syrien éviscérant un soldat. "Est-ce ces gens que vous voulez soutenir ? Est-ce à eux que vous voulez fournir des armes ?, a-t-il insisté. Mais dans ce cas-là, cela n'a pratiquement rien à voir avec les valeurs humanitaires prônées depuis des siècles en Europe." Pour sa part, Vladimir Poutine estime ne "violer aucune règle ou norme" en livrant des armes au régime syrien de Bachar al-Assad et appelle " tous [ses] partenaires à agir de la même façon".

"Arrêter la désintégration de la Syrie"

De son côté, David Cameron, qui a redit sa préférence pour un départ du président Assad, a cherché à mettre en avant les "objectifs communs" avec la Russie : "D'après ce que je comprends de nos discussions de ce jour, nous pouvons surmonter ces divergences à condition de reconnaître le fait de partager un certain nombre d'objectifs communs: à savoir mettre un terme au conflit, arrêter la désintégration de la Syrie, laisser le peuple syrien décider qui doit le gouverner et combattre les extrémistes et leur infliger une défaite".

Une journée décisive s’annonce ce lundi avec la rencontre entre le président russe et son homologue américain Barack Obama. Le chef de l’État américain avait déclaré la semaine dernière qu’il allait augmenter son soutien à l'opposition syrienne - sans pour autant dire clairement si Washington allait livrer des armes -, en riposte contre l’utilisation de gaz sarin par Damas. Des déclarations qui tranchent après des semaines de silence des États-Unis, jusqu'ici très réticents à s'engager dans le conflit syrien.

Moscou a prévenu qu’une aide militaire compromettrait tout effort de paix, alors qu’est évoquée régulièrement la possibilité que la Russie et les États-Unis parviennent à réunir les deux parties syriennes en conflit autour de la table. Il a été question de fixer une réunion en juillet à Genève. Mais rien n’est encore moins sûr.

Avec dépêches
 

Première publication : 17/06/2013

  • SYRIE

    Plusieurs dizaines de gradés de l'armée de Bachar al-Assad font défection

    En savoir plus

  • ÉGYPTE - SYRIE

    Rupture des relations diplomatiques : Damas dénonce l'acte "irresponsable" du Caire

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Moscou doute de l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)