Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Amériques

Edward Snowden : "Le gouvernement ne pourra pas étouffer cette affaire en me tuant"

© Capture d'écran "The Guardian"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2013

Le jeune Américain de 29 ans, exilé à Hong Kong, qui a révélé l'existence d'un programme de surveillance de la NSA, a déclaré au quotidien britannique "The Guardian" qu'il allait faire de nouvelles révélations.

Le responsable des fuites sur les programmes américains de surveillance d’Internet, Edward Snowden, a promis, lundi 17 juin, de donner de plus amples détails sur la manière dont l’Agence nationale de sécurité (NSA) peut avoir un "accès direct" à des données sur la Toile.

"Plus de détails sur le caractère direct des accès de la NSA [à ces données] vont venir", a-t-il déclaré au quotidien britannique "The Guardian" en assurant que les agents américains avaient accès à des mails ou des historiques de navigation sur Internet privés.

Le jeune homme de 29 ans, réfugié depuis le 20 mai à Hong Kong, a également rejeté l'accusation d'être un espion chinois. "C'est une attaque prévisible et je l'avais anticipée avant de sortir de l'ombre", a déclaré l'ex-consultant de la NSA lors d'un échange en direct avec des internautes sur le site du journal. "Posez-vous la question : si j'étais un espion chinois, pourquoi n'aurais-je pas fui directement à Pékin", a-t-il poursuivi.

Ces allégations sont "complètement dénuées de fondement", a affirmé de son côté Pékin.

"La vérité est en marche et ne pourra pas être arrêtée"

Dans une interview diffusée dimanche par la chaîne Fox News, l'ancien vice-président américain Dick Cheney avait fait part de sa "profonde suspicion" suscitée par la fuite de Snowden en Chine. "Le gouvernement américain ne pourra pas étouffer [cette affaire] en m'emprisonnant ou en me tuant. La vérité est en marche et ne pourra pas être arrêtée", a ajouté Edward Snowden.

Le jeune homme a expliqué qu’il a avait fui à Hong Kong, persuadé qu’il ne serait pas jugé de manière équitable aux États-Unis. "Le gouvernement américain […] a immédiatement et de manière prévisible interdit toute possibilité d'un procès juste dans mon pays en me déclarant publiquement coupable de trahison", a-t-il écrit.

Hong Kong, ancienne colonie britannique qui bénéficie d'une large autonomie depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, a signé de longue date un accord d'extradition avec les États-Unis. Mais Pékin a le droit d'opposer son veto.

Avec dépêches

Première publication : 17/06/2013

  • ROYAUME-UNI

    Surveillance électronique : Londres a espionné des délégués du G20 en 2009

    En savoir plus

  • CHINE

    Affaire Snowden : les relations sino-américaines à l’épreuve

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Surveillance par la NSA : Edward Snowden s’est évanoui dans la nature

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)