Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 1)

En savoir plus

Moyen-orient

Assad met en garde les Européens en cas de livraison d'armes aux rebelles

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2013

Dans une interview à un journal allemand, le président syrien Bachar al-Assad a mis en garde les pays européens contre une exportation du terrorisme dans leurs pays en cas de livraison d'armes aux rebelles.

"Si les Européens livrent des armes [aux rebelles, NDLR], l’Europe verra le terrorisme s’installer chez elle et aura à en payer le prix", a déclaré le président syrien Bachar al-Assad dans une interview que publiera mardi 18 juin le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Le chef de l’État syrien a mis les Européens en garde contre une exportation du terrorisme. "Les terroristes vont acquérir de l’expérience au combat et retourneront [en Europe, NDLR] avec leur idéologie extrémiste", a ajouté le président syrien.

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Meqdad, a de son côté affirmé que vouloir armer les rebelles était un "appel au meurtre".

Les États-Unis ont promis la semaine dernière de fournir aux rebelles syriens. Une aide qui, selon plusieurs sources, devrait se résumer à des armes automatiques, des mortiers et des lance-roquettes mais ne comportera sans doute pas de missiles anti-aériens. Les premières livraisons devraient se faire dans un délai de deux à trois semaines. Plusieurs pays européens n’excluent pas non plus d’envoyer des armes aux insurgés.

Bachar al-Assad a en outre rejetté les accusations d'utilisation d'armes chimiques. "Si Paris, Londres et Washington avaient une seule preuve de leurs allégations, il les auraient présentés au monde", a-t-il déclaré.

Avec dépêches

 

Première publication : 17/06/2013

  • RUSSIE

    Vladimir Poutine durcit son bras de fer avec les Occidentaux sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Obama décide d’apporter un soutien militaire aux rebelles syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime syrien a utilisé des armes chimiques, selon Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)