Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : La troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison Blanche

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attaques terroristes en Europe, quelles solutions face à la menace ?

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : les Jeux olympiques des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le vrai antidote contre l’EI, c’est la culture"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les toits de Paris, un trésor entre ciel et terre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Athènes, la culture plus forte que la crise

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

EDF adopte le projet d'EPR à Hinkley Point, Londres temporise

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 1)

En savoir plus

EUROPE

La question syrienne divise profondément le G8

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/06/2013

En marge du sommet du G8, Vladimir Poutine et Barack Obama ont déclaré vouloir enrayer le conflit syrien. Mais sans réussir à se mettre d'accord sur les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir.

Sans surprise, à l’issue d’un entretien tendu avec son homologue russe Vladimir Poutine en marge du G8, Barack Obama a fait état de divergences au sujet du conflit syrien. Les deux chefs d'État ont toutefois parlé d’un intérêt commun à y mettre fin à la guerre en Syrie et à faire en sorte qu’aucune arme chimique n’y soit utilisée.

"Nos positions ne coïncident pas totalement, mais nous sommes unis par une même volonté de mettre fin à la violence, d’arrêter l’augmentation du nombre de victimes en Syrie, de résoudre les problèmes par des moyens pacifiques, y compris les discussions de Genève", a déclaré le président russe.

Son interlocuteur et lui-même ont ordonné à leurs équipes de travailler à la conférence de Genève 2 sur la Syrie, proposée à l'origine par les États-Unis et la Russie, et qui doit permettre l'ouverture de négociations entre le régime en place et l'opposition. "Nous sommes tombés d'accord pour appuyer le processus de négociations et encourager les parties à s'asseoir à la table de négociations, à organiser des discussions à Genève", a ajouté Vladimir Poutine.

Avec dépêches

Première publication : 17/06/2013

  • RUSSIE

    Vladimir Poutine durcit son bras de fer avec les Occidentaux sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad met en garde les Européens en cas de livraison d'armes aux rebelles

    En savoir plus

  • SYRIE

    Obama décide d’apporter un soutien militaire aux rebelles syriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)