Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

Paix au Proche-Orient : le cri d’alarme des grands patrons israéliens

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 18/06/2013

D’après "Haaretz", des entrepreneurs israéliens s’alarment du blocage du processus de paix qui pourrait, selon eux, mettre en péril l’économie du pays. Ils ont récemment fait part de leurs craintes au Premier ministre Benjamin Netanyahou.

Il n’y a pas que la communauté internationale qui désespère de voir les Israéliens et les Palestiniens s’asseoir à nouveau à la table des négociations. D’après le quotidien "Haaretz" en date du 18 juin, six poids lourds de l'économie israélienne, dont celui du high-tech israélien Yossi Vardi, ont récemment rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahou afin de lui faire part de leurs inquiétudes.

"Nous sentons la pression"
 
Selon eux, le blocage du processus de paix, au point mort depuis septembre 2010, pourrait, à terme, nuire - voire mettre en danger - l’économie israélienne. Ils disent avoir perçu plusieurs signaux d’alarme dans ce sens à travers leurs relations dans le monde des affaires.
 
"Nous sommes sur le terrain, et nous sentons la pression, si nous ne progressons pas vers une solution à deux États [c'est-à-dire un accord comprenant la création d'un État palestinien, NDLR], qu'il y aura des développements négatifs pour l’économie israélienne", ont prévenu ces hommes d’affaires qui ont été reçu par leur Premier ministre, rapporte le quotidien.
 
Toutefois, le journal précise qu’ils n’ont exercé aucune pression sur Benjamin Netanyahou, pas plus qu’ils n’ont critiqué sa politique. Ce dernier aurait prêté une oreille attentive à leurs arguments, toujours selon la délégation d’hommes d’affaires. Interrogé par "Haaretz", l’un d’entre eux a expliqué que l’impasse actuelle pourrait conduire le pays à devenir un État binational, qui ne serait plus soit juif, soit démocratique. "Le monde ne l’acceptera pas, les investisseurs étrangers ne se rendront pas dans un tel État, et personne n’achètera de marchandises en provenance d’un tel État", a-t-il confié au quotidien israélien.
 
Donner une chance à la paix
 
En guise de réponse, le Premier ministre israélien leur a dit espérer que le secrétaire d'État américain John Kerry parviendra à relancer le processus de paix. La semaine dernière, Benjamin Netanyahou a publiquement réitéré son soutien aux efforts du chef de la diplomatie américaine pour parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens qui "sera fondé sur un État palestinien démilitarisé qui reconnaît l'État juif, et sur des mesures de sécurité fermes, assurées par l'armée israélienne".
 
La rencontre entre les entrepreneurs et le chef du gouvernement israélien est intervenue peu avant la tenue du Forum économique mondial en Jordanie, à la fin du mois de mai. Lors de cet évènement, des entrepreneurs palestiniens, dont le milliardaire Munib al-Masri, et israéliens, parmi lesquels le groupe qui a rencontré Benjamin Netanyahou, ont joint leur voix pour appeler les dirigeants politiques à donner une chance à la paix. Près de 300 personnes, des deux côtés, ont participé à l’initiative qui affiche également l’ambition d’intensifier la coopération économique entre Israéliens et Palestiniens.

 

Première publication : 18/06/2013

  • PROCHE-ORIENT

    La Ligue arabe tente de relancer le processus de paix israélo-palestinien

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Netanyahou charge Tzipi Livni de négocier la paix avec les Palestiniens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)