Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

SPORT

Euro Espoirs : Espagne – Italie, la relève est prête

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/06/2013

La finale de l'Euro Espoirs de football disputée mardi à Jérusalem oppose l'Espagne, tenante du titre, à l'Italie, soit la copie conforme de la finale des A de l'Euro-2012 à Kiev qui avait consacré la supériorité espagnole (4-0).

Les parallèles sont tentants. La Rojita, petite Roja, vise comme son aînée un doublé avec un deuxième titre européen consécutif.

Pour en revenir à la catégorie Espoirs, la dernière fois qu'Italiens et Espagnols s'étaient disputés une finale, en 1996, c'est la Nazionale junior qui l'avait emporté (1-1 a.p., 4 t.a.b à 2), malgré deux joueurs exclus. La lecture de la fiche technique de l'époque fait rêver, avec dans le temps réglementaire des buts de Raul pour l'Espagne et Totti pour une Italie qui alignait Panucci, Cannavaro et Nesta en défense. Le héros du match fut le gardien italien Pagotto (Buffon n'avait que 17 ans à l'époque) alors que De la Peña et Raul manquèrent leurs tirs au but.

Cette année en Israël, le serial-buteur espagnol c'est Morata, avec quatre réalisations dans ce tournoi. Le joueur du Real Madrid a déjà distancé les autres buteurs encore en lice, son partenaire Isco (Malaga) et un italien moins connu Gabbiadini (Bologne), deux buts chacun.

Espagne: aucun but encaissé

Ne regarder que les attaquants espagnols serait une erreur: la Rojita est la seule équipe du tournoi final en Israël à ne pas avoir concédé de but, une première depuis le changement de format du tour final en 2000 ! Le coach espagnol Julen Lopetegui a l'expérience des finales: c'est lui qui avait mené les moins de 19 ans au sacre européen l'an passé.

"L'Italie a un bon équilibre, avec une belle capacité pour créer le danger et de très bons joueurs dans sa structure défensive", a décortiqué le sélectionneur ibérique, ancien gardien, sur le site de l'UEFA.

Il ne faut parler aux Italiens d'une finale qui rappelle celle des A à Kiev. "Je ne vois pas cette finale comme une sorte de revanche. Nous aurons une grosse opposition. Tout ce qui nous intéresse, c'est être un peu plus fort qu'eux", commente le défenseur italien Donati sur le site de l'UEFA. C'est à Verratti, le "nouveau Pirlo", que reviendra la double tache de couper les ballons espagnols au milieu de terrain et d'impulser les contres.

Quel que soit le résultat mardi, l'Euro Espoirs aura un beau champion: l'Italie est en quête d'un sixième titre dans cette compétition, l'Espagne d'un quatrième.

AFP 

Première publication : 18/06/2013

  • FOOTBALL

    Mediapart relance l’affaire des quotas dans le football

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Manifestations monstres au Brésil contre le coût de la vie et du Mondial

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)