Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Mali : les Touareg acceptent la présidentielle mais restent sur leurs gardes

© AFP

Vidéo par Serge Daniel

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/06/2013

Les rebelles du MNLA et le gouvernement ont entériné un accord devant permettre le retour de l’armée à Kidal, dans le nord-est du Mali, bastion des insurgés touareg. Une avancée importante saluée par les diplomaties africaines et occidentales.

Le gouvernement malien et les rebelles du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) ont signé mardi 18 juin un accord devant permettre à l'armée de reprendre position à Kidal, bastion des insurgés touaregs dans le nord-est du Mali, avant l'élection présidentielle du 28 juillet. L'accord de Ouagadougou a été signé par le ministre malien de l'Administration territoriale, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, et par les représentants de deux mouvements touareg. Cet accord est le fruit de près de deux semaines de négociations sous l'égide du Burkina Faso et de plusieurs pays de la région ainsi que des Nations unies et de l'Union européenne.

Bamako souhaite maintenant que l'autorité de l'administration civile et de l'armée malienne soit rétablie à Kidal d'ici au scrutin du 28 juillet, qui est censé parachever le retour à l'ordre constitutionnel après le coup d'État militaire de mars 2012.

"Déploiement progressif"


Le document signé officiellement prévoit un cessez-le-feu, un retour de l'armée malienne à Kidal, avec un "déploiement progressif", et un cantonnement des combattants touareg sur des sites de regroupement. Il doit permettre le déroulement de l'élection présidentielle dont le premier tour est prévu pour le 28 juillet. Ce scrutin est jugé crucial par la communauté internationale en vue d'aider le Mali à sortir de la plus grave crise de son histoire ouverte en 2012 par la prise du nord du pays par des groupes djihadistes, un temps alliés au MNLA et délogés début 2013 par l'armée française.

"Maintenant, il reste à s'entendre sur les détails pratiques du déploiement. Tout le monde a également accepté d'appliquer l'autre point clé du consensus, à savoir que les groupes armés du Nord-Mali déposent les armes", a déclaré sur l’antenne de FRANCE 24 Tiébilé Dramé, chef de la délégation malienne chargée des négociations. Ce n’est cependant pas ce qu’affirme le MNLA. Interrogé peu après, Moussa ag Assarid, le porte-parole du mouvement affirme : "Nous n’avons jamais dit que nous déposions les armes. Nous gardons les armes, nous nous cantonnons et nous sommes prêts à accepter la tenue de l’élection présidentielle". "Nous sommes prudents", nuance le porte-parole du MNLA. "Nous attendons du président légitime qui sera élu qu’il négocie avec nous sur les termes d’une solution définitive qui prenne en compte les aspirations du peuple de l’Azawad", poursuit-il.

"Il n’y aura pas de désarmement tout de suite", confirme Serge Daniel, correspondant de FRANCE 24 au Mali. "Cela doit faire partie de négociations ultérieures, qui se tiendront après la présidentielle", explique-t-il.

"C'est ce qu'on souhaitait"

Pour Fatoumata Siré Diakité, responsable d'un réseau d'organisations féminines maliennes, "l'accord va dans le bon sens"."L'armée malienne sera bientôt à Kidal pour montrer que cette localité est une localité malienne", a-t-elle expliqué. Amidou Sankaré, un habitant de Bamako, est lui aussi satisfait de l’accord. "C'est très bien", "on est content de ça. Il faut que le MNLA respecte son engagement écrit. [...] Si ça peut amener la paix, c'est ce qu'on souhaitait", a-t-il dit.

Mamoutou Diabaté, président du Forum des organisations de la société civile du Mali (FOSCM, coalition d'ONG), faisait partie mardi soir des rares personnes à critiquer le texte. "Nous sommes contre cet accord. C'est sans conditions que l'armée malienne doit aller à Kidal, et les rebelles (groupes armés touareg) doivent désarmer immédiatement et sans conditions !", a-t-il affirmé.

Mamoutou Diabaté et 20 autres membres du FOSCM ont été interpellés lundi par la police à Bamako pour avoir tenté de manifester - en dépit de l'état d'urgence qui interdit les manifestations dans les rues - contre les discussions alors en cours à Ouagadougou, estimant qu'elles faisaient la part belle aux groupes touareg. Tous ont été relâchés mardi sans charges retenues contre eux. Le président du FOSCM a cependant indiqué que son mouvement allait poursuivre son action de protestation.

"Un accord historique"

L’accord a toutefois été salué par la communauté internationale : "La signature de cet accord représente une étape importante du processus de stabilisation du Mali", s'est félicité Bert Koenders, représentant spécial de l'ONU, lors de la cérémonie organisée au palais présidentiel de Ouagadougou.

De son côté, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a salué une "avancée majeure dans la sortie de crise au Mali". Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie européenne, a pour sa part parlé d'un accord "historique".

Quant au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, il s'est déclaré "encouragé par l'engagement des parties prenantes en faveur de la réconciliation nationale et de la résolution des désaccords par le dialogue". Il les exhorte à entamer sans attendre la mise en œuvre de l'accord.
 

Première publication : 18/06/2013

  • MALI

    À Ouagadougou, la médiation burkinabè appelle à la fin des hostilités dans le Nord-Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Violents accrochages entre l'armée malienne et le MNLA sur la route de Kidal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)