Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Amériques

Manifestations monstres au Brésil contre le coût de la vie et du Mondial

© TASSO MARCELO / AFP | À Rio, des manifestants tentent d'occuper le Parlement.

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/06/2013

Après une semaine de protestation, le mouvement contre la hausse des tarifs des transports publics et la facture de la Coupe du monde de football prend un nouveau tournant en réunissant près de 200 000 personnes à travers le pays.

Les manifestations au Brésil ont pris de l'ampleur, lundi 18 juin, après une semaine de protestations. Surnommé "révolte du vinaigre" (#revoltadovinagre), "soulèvement de la salade" (#saladuprising) ou "prenons possession de Sao Paolo" (#occupysaopaulo), le mécontentement de la population, déclenché par la hausse des tarifs des transports publics (d’où le slogan #passelivre, pour la gratuité des transports) et la facture du Mondial-2014, a poussé plus de 200 000 personnes à descendre dans la rue à travers le pays. “Viens, viens, viens dans la rue, viens !", scandaient à Rio les manifestants en milieu d'après-midi, tandis que du haut des tours de bureaux du centre-ville des employés jetaient une pluie de morceaux de papier blanc en geste de soutien.

La manifestation de Rio, la plus importante du pays, a réuni 100 000 personnes. Si le début du défilé s'est déroulé dans une ambiance bon enfant, le centre de la ville a été en fin de soirée le théâtre de scènes de guérilla urbaine, avec des jets de cocktails Molotov contre les policiers. Quelques dizaines de manifestants ont pris d'assaut le Parlement de l'État de Rio.

Violences policières

La police militaire a déployé sur place des hommes du bataillon de choc et des véhicules blindés. Ils ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc contre ce groupe de manifestants et procédé à plusieurs arrestations.

Des manifestants ont également mis le feu à des poubelles, cassé des vitrines de banques et pillé des commerces, pendant que d'autres manifestants leur criaient: "Voleurs ! Pas de vandalisme !". Dans les échauffourées, 20 policiers et sept manifestants ont été blessés, dont deux par armes à feu. Mais on ignore par qui ces balles ont été tirées.

Le gouvernement a d'abord été pris de court par l'éclosion soudaine de ce mouvement apolitique la semaine dernière, après l'annonce de l'augmentation des tarifs des transports publics - un ticket de bus est passé le 2 juin de 3 reals à 3,20 reals à São Paulo et de 2,75 reals à 2,95 reals à Rio de Janeiro. Les autorités semblent à présent débordées par l’ampleur des manifestations, en grande partie attisée par l'indignation suscitée par les violences policières de la semaine dernière.

Amnesty International a appelé les autorités à éviter de recourir de manière excessive à la force. "Les autorités brésiliennes doivent veiller à ce qu’une enquête exhaustive et impartiale soit menée dans les plus brefs délais sur le recours possible à une force excessive de la part de la police", a déclaré le directeur du bureau d’Amnesty International au Brésil, Atila Roque.

Dilma Rousseff tente d'apaiser la situation

À Brasilia, 5 000 manifestants ont protesté dans le quartier des ministères. Quelque 200 d'entre eux ont réussi à grimper sur le toit du Parlement où ils ont entonné l'hymne brésilien avant d'en redescendre spontanément, tandis que des milliers de personnes les attendaient en bas. "Nous sommes arrivés dans la maison du peuple. C'est le premier pas pour montrer que nous ne sommes pas morts; ils pensaient que l'on s'arrêterait pour voir le football mais le Brésil n'est pas seulement ça", a déclaré à l'AFP Bruno Pastrana, un étudiant de 24 ans, assis sur le toit du Congrès National.

À Sao Paulo, l’avenue Paulista était noire de monde et la circulation bloquée dans les deux sens durant la soirée. Un groupe a essayé d'envahir le Parlement local mais a été arrêté par les gaz lacrymogènes de la police.

Des scènes similaires se sont répétées à Porto Alegre et à Curitiba, notamment. À Belo Horizonte, troisième ville du pays, la police a dispersé une manifestation près du stade où se déroulait le match Nigeria-Tahiti de la Coupe des confédérations de football, répétition générale en miniature du Mondial-2014.

Le ministre des Sports Aldo Rebelo a déclaré, avant que les plus grosses manifestations de lundi n’éclatent : "Nous ne permettrons pas que des manifestations perturbent les événements que nous nous sommes engagés à réaliser". Mais quelques heures plus tard, dans une apparente volonté d'apaisement, la présidente Dilma Rousseff a rectifié le tir, affirmant que "les manifestations pacifiques sont légitimes et propres à la démocratie".

Cette fronde se développe alors que le Brésil, après des années de vigoureux développement économique et social, traverse une passe délicate marquée par une croissance en berne et une poussée de l'inflation, notamment sur le prix des denrées alimentaires (6,5% d’inflation annuelle, 13% pour le seul prix des denrées alimentaires).

"Je suis venu parce que je veux que le Brésil se réveille. Ce n'est pas seulement contre la hausse des transports, mais pour l'éducation et la santé", a expliqué Diyo Coelho, 20 ans, qui défilait lundi avec un groupe d'amis à Sao Paulo, une fleur blanche à la main.

Avec dépêches

Première publication : 18/06/2013

  • BRÉSIL

    À un an de la Coupe du monde, le Brésil est loin d'être prêt

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Le viol en réunion d’une Américaine à Rio de Janeiro indigne le Brésil

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)