Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

Amériques

Un énième scandale de corruption plombe le Québec

© AFP

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 18/06/2013

Le maire par intérim de Montréal, Michael Applebaum, arrêté le 17 juin pour corruption a annoncé mardi sa démission. Depuis des années, le Québec s’enfonce dans une spirale de scandales.

Il devait être la figure de l’intégrité dans un Québec secoué depuis la fin des années 2000 par une succession de scandales politico-financiers. Mais Michael Applebaum été arrêté à son domicile par la police lundi 17 juin et a annoncé sa démission mardi. Le maire de Montréal fait face à 14 chefs d’accusation dont ceux de complot, d’abus de confiance et d’actes de corruption dans des affaires municipales. Pire que son prédécesseur Gérald Tremblay qui, croulant sous les soupçons de corruption, s’était retiré de la vie politique le 5 novembre 2012.

Selon Christian Rioux, correspondant à Paris pour le quotidien "Le Devoir", le choc à Montréal est immense. "Même si les Montréalais savaient qu’il n’était là que pour assurer une période de transition, Michael Applebaum avait su créer le consensus autour de lui car il avait été nommé par un une coalition des trois partis majoritaires au Conseil municipal. Il disait vouloir nettoyer la ville et avait, pour ce faire, développé une escouade anticorruption. Il avait véritablement réussi à se forger une image de probité", explique-t-il à FRANCE 24.

"Au lieu de rester dans les mémoires comme le premier anglophone à accéder à la mairie de Montréal en un siècle, l’image que l’on retiendra de Micheal Applebaum est celle de son arrivée au QG de la police", tance, pour sa part, Graeme Hamilton, journaliste pour le quotidien anglophone "The National Post".

Michael Applebaum dans son taxi en sortant du QG de la police le 17 juin. © (Capture d'écran LaPresse.ca)

 

Plusieurs milliers de dollars de pot-de-vin

Après dix heures d’interrogatoire, le quinquagénaire a quitté les locaux de la police sans adresser un mot à la presse. Il a annoncé sa démission quelques heures plus tard. Son procès doit s’ouvrir en octobre. Selon les enquêteurs, les faits qui lui sont reprochés s’étalent entre 2006 et 2011, avant son entrée à la mairie. Lui-même et les membres de son équipe auraient touché des pots-de-vin de plusieurs milliers de dollars en échange d’autorisations ou d'obtention de permis de construire concernant deux projets immobiliers dans l'arrondissement Côte-des-Neiges - Notre-Dame-de-Grâce. Deux autres employés de la mairie ont plongé avec lui : Saulie Zadjel, un ex-conseiller municipal, et Jean-Yves Bisson, un ancien haut fonctionnaire de l'arrondissement concerné.

Qu'est-ce que la Commission Charbonneau

Après s’y être farouchement opposé pendant deux ans, le gouvernement de Jean Charest a décrété en octobre 2011 l’ouverture de la commission Charbonneau, du nom de la juge France Charbonneau qui la présidera pour un mandat de deux ans.

Son but de faire toute la lumière sur les multiples affaires de corruption qui touchent le Québec depuis plusieurs années. Elle vise tout particulièrement l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.

À sa prise de fonction en novembre 2012 sous l’étiquette d’indépendant, Michael Applebaum s’était positionné en grand pourfendeur de la corruption en quittant le parti véreux de son prédécesseur (Union Montréal, aujourd’hui dissout) et déclarant qu’il souhaitait rendre à la ville son honneur. Pour lui, il était totalement inacceptable que ses concitoyens aient aujourd’hui honte d’être Montréalais.

En janvier dernier, l’édile était même allé jusqu’à nier publiquement faire l’objet d’une enquête de la commission Charbonneau (voire encadré ci-contre), après la publication d'un article du "Devoir" révélant l'intérêt des autorités sur des "transactions immobilières douteuses" auxquelles il aurait participé.

Les Montréalais "désemparés"

Immédiatement après l’annonce de cette arrestation, la Première ministre du Québec, Pauline Marois, a pris la parole sur la chaîne Radio Canada en demandant la démission du maire. Un conseil que le principal intéressé a visiblement suivi, tout en jurant de son innocence et en affirmant son "intention de se battre".

Une élection municipale est prévue le 3 novembre à Montréal. Mais ce scrutin semble loin d’incarner la solution à tous les maux de la province francophone. Selon Christian Rioux, les Montréalais, éprouvés par les polémiques en série, pourraient bien tourner le dos aux urnes. "On ne voit pas [de la part des Québécois, NDLR] de grande envie de s’impliquer dans la vie politique. Et pour cause : aucun candidat ne sort du lot", regrette-t-il. Pour l'heure, le seul à se démarquer parmis les candidats à la mairie est Denis Coderre, que Christian Rioux décrit comme un personnage "un peu clownesque, populiste mais sans expérience politique significative". "On espérait que Raymond Bachand, notre ancien ministre des Finances, se présente mais il est en retrait depuis sa défaite, en mars dernier, dans la course à la chefferie de son parti", poursuit-il.

D’après Christian Rioux, les Montréalais sont aujourd’hui "désemparés". "Jusqu’à présent, ils se disaient que Montréal était moins touché que le reste du Québec mais depuis six mois, ils découvrent l’ampleur du problème et chaque nouvelle polémique résonne comme un véritable coup de tonnerre", explique-t-il, ajoutant que la région n’avait pas connu de telles affaires depuis les années 1950.

106 responsables et hauts-fonctionnaires interpellés

Ce nouveau scandale intervient à peine un mois après l’arrestation pour gangstérisme de l’ancien maire de la ville de Laval, située à quelques dizaines de kilomètres de Montréal. Après 23 ans en poste, il avait été contraint à la démission en novembre 2012 sous le poids des soupçons de malversation.

Au total, 106 personnes, dont six maires ou ancien maires, ont été interpellées depuis la création, en février 2011, de l’Upac, l’Unité permanente anticorruption. Cette organisation indépendante a été lancée sous le gouvernement précédent de Jean Charest. Ses 200 membres, issus de différents organes politiques et judiciaires, enquêtent sur les affaires de corruption, et peuvent interpeller autant de personnes qu'ils l'estiment nécessaire.

Au Québec, le travail de cette brigade est hautement apprécié mais il pose désormais "une véritable énigme judiciaire", selon Christian Rioux : "Il va falloir de nombreuses années pour juger tous ces gens là. Comment va-t-on s’y prendre ? Va-t-on vers un procès collectif ? Y aura-t-il prescription ? Une chose est sûre, le système judiciaire n’est ni prêt et ni organisé pour gérer toutes ces affaires…"

Première publication : 18/06/2013

  • CANADA

    Radio-Canada fait marche arrière pour "ICI"

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    Le Canada s'emploie à vendre à l'Europe son pétrole issu des sables bitumineux

    En savoir plus

  • CANADA

    Attentat déjoué au Canada : les suspects présentés à la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)