Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Asie - pacifique

Kaboul suspend les négociations avec Washington

© AFP

Vidéo par Sandrine GOMES

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2013

Au lendemain de l'annonce de discussions directes entre les États-Unis et les Taliban, Hamid Karzaï, mécontent de se voir exclu de ces pourparlers, a annoncé son intention de rompre les négociations avec les Américains.

Le gouvernement afghan a suspendu mercredi ses négociations d'accord bilatéral de sécurité avec Washington pour marquer son mécontentement au lendemain de l'annonce de prochaines discussions directes entre les Américains et les rebelles talibans.

Quelques heures plus tôt, au nord-est de Kaboul, les talibans ont tué quatre soldats américains en attaquant la base militaire américaine de Bagram, montrant que le conflit afghan se poursuit sur le terrain malgré les annonces de la veille qui ont fait naître des espoirs de futures négociations de paix.

Mardi, les talibans et les Américains avaient officiellement annoncé une prochaine reprise de leurs contacts en vue de discussions de paix, après l'ouverture dans la journée d'un bureau de représentation taliban à Doha, capitale de l'émirat du Qatar, un événement historique après plus de onze ans de guerre.

L'analyse de David Rigoulet, de l'Institut français d'analyse stratégique

Washington, qui dirige la force internationale de l'Otan en Afghanistan (Isaf), alliée du gouvernement de Kaboul face aux rebelles, a aussitôt annoncé qu'il enverrait prochainement des émissaires à Doha.

Mais ces annonces n'ont pas été du goût du président afghan Hamid Karzaï, avec lequel les talibans refusent de discuter car ils considèrent son gouvernement pro-occidental comme illégitime, et qui redoute d'être marginalisé par des discussions directes entre Washington et les rebelles.

Mercredi matin, le porte-parole de M. Karzaï a annoncé que ce dernier suspendait ses négociations d'accord bilatéral de sécurité en cours avec Washington, pour marquer son mécontentement.

"Il y a une contradiction entre ce que le gouvernement américain dit et ce qu'il fait en ce qui concerne les discussions de paix", a expliqué à l'AFP ce porte-parole, Aimal Faizi.

'Le président (Karzaï) est mécontent du nom" utilisé pour désigner le bureau politique afghan, à savoir "bureau politique de l'émirat islamique d'Afghanistan", a-t-il précisé.

"Nous nous opposons à cette appellation d'+émirat islamique d'Afghanistan+, pour la simple raison qu'une telle entité n'existe pas" et les "Américains étaient parfaitement au courant de la position du président" Karzaï, a poursuivi M. Faizi.

"L'émirat émirat islamique d'Afghanistan" était le nom donné par les talibans à leur régime lorsqu'ils étaient au pouvoir à Kaboul, entre 1996 et 2001, et ils continuent à appeler leur mouvement ainsi depuis.

La suspension des négociations de l'accord bilatéral américano-afghan, qui doit notamment définir les modalités de la présence américaine en Afghanistan après la fin de la mission de combat de l'Otan fin 2014, a été décidée à l'issue d'une "réunion exceptionnelle" entre le président afghan, ses conseillers et son équipe chargée de la sécurité nationale, a précisé M. Faizi.

Les espoirs de paix nés des annonces de mardi avaient déjà été quelque peu douchés dans la nuit par l'attaque, revendiquée par les talibans, de la base militaire américaine de Bagram, qui a tué quatre soldats américains, un bilan confirmé par un responsable américain à Washington, qui a évoqué, sous couvert d'anonymat, des tirs de roquettes ou de mortiers.

Un porte-parole taliban au Qatar, Mohammad Sohail Shaheen, a confirmé que les insurgés n'avaient pas l'intention d'arrêter leurs attaques en dépit des futurs contacts diplomatiques. "Il n'y a pas de cessez-le-feu (avec les Etats-Unis). Ils nous attaquent et nous les attaquons", a-t-il déclaré sur la chaîne Al-Jazeera.

Un responsable américain l'a lui-même souligné mardi en reconnaissant que l'amorce du dialogue entre talibans et Washington marquait le "début d'un parcours très difficile". Selon lui, "les États-Unis auront une rencontre officielle, la première depuis des années, avec les talibans dans quelques jours à Doha".

Les talibans avaient eu des contacts début 2012 avec les Américains, mais ils ont toujours refusé jusqu'ici de participer à des négociations de paix tant qu'il resterait des soldats étrangers "envahisseurs" en Afghanistan. Mais ils s'étaient dits prêts à avoir un bureau politique hors du pays pour faciliter des pourparlers de paix. Doha s'est imposée et des représentants talibans s'y sont installés.

Un autre porte-parole du bureau taliban à Doha, Mohammed Naïm, a confirmé des contacts à venir avec les Etats-Unis. "La question des dirigeants talibans détenus à Guantanamo "sera parmi les principaux dossiers à discuter en vue d'un règlement", a-t-il précisé. Les talibans réclament notamment aux Américains la libération immédiate de cinq de leur cadres qui y sont emprisonnés.

Le président Karzaï avait annoncé de son côté mardi qu'il enverrait au Qatar des émissaires pour "entamer dès que possible des discussions". "Rien (n'est prévu) pour le moment, mais ce sera selon les circonstances", a prudemment en retour un porte-parole taliban.

Depuis le sommet du G8 en Irlande du Nord, les présidents américain et français, Barack Obama et François Hollande, ont dit appuyer d'éventuels pourparlers de paix entre Afghans.

"Cela cafouille complètement côté américain"



AFP

Première publication : 19/06/2013

  • AFGHANISTAN

    Les Taliban attaquent la base américaine de Bagram

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les États-Unis annoncent des pourparlers directs avec des Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les forces afghanes prennent le contrôle de la sécurité du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)