Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Amériques

Moscou rejette la proposition américaine de désarmement nucléaire

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/06/2013

Moscou a accueilli froidement la proposition de Barack Obama de réduire son arsenal nucléaire. Le président américain qui cherche à faire du désarmement nucléaire un axe fort de son action avait évoqué la question lors d'un discours à Berlin.

C’est un discours qu'il voulait inscrire dans l'Histoire. Cinquante ans après le célèbre discours de John F. Kennedy, Barack Obama a proposé, mercredi 19 juin, devant la Porte de Brandebourg, symbole de la réunification allemande, de tourner définitivement la page de la guerre froide en réduisant les arsenaux stratégiques nucléaires américain et russe.

"Après un examen exhaustif, j'ai estimé que nous pouvons assurer la sécurité de l'Amérique et de nos alliés et maintenir une dissuasion stratégique forte et crédible, tout en réduisant d'un tiers nos arsenaux nucléaires stratégiques déployés", a affirmé le président américain lors de son discours auquel ont assisté quelque 6 000 invités sous un soleil de plomb. Soucieux d’en finir avec "la mentalité de la guerre froide", il a fait part de son intention "de rechercher des réductions négociées avec la Russie".

La Russie réfractaire

Le contexte semble toutefois peu propice pour obtenir un tel geste de la Russie, après l'ambiance glaciale qui a régné entre Barack Obama et le président russe, Vladimir Poutine, lors du G8 lundi et mardi en Irlande du nord. Avant que le numéro un américain ne prononce son discours, son homologue russe avait pris soin de préciser que son pays ne permettra pas de déséquilibre dans la dissuasion nucléaire.

Poutine : "Nous ne pouvons pas modifier l'équilibre des systèmes de dissuasion stratégique"

"Nous ne pouvons permettre que soit rompu l'équilibre des systèmes de dissuasion stratégique, que soit amoindrie l'efficacité de nos forces nucléaires", avait déclaré Vladimir Poutine, à Saint-Pétersbourg, sur les armements stratégiques.

Barack Obama cherche à faire du désarmement nucléaire un axe fort de son action, déjà crédité d'un nouveau traité de réduction des armements négocié avec Moscou lors de son premier mandat. Les deux anciens ennemis de la guerre froide étaient convenus d'abaisser leur stock à 1 550 ogives.

La presse allemande a bien accueilli le discours d'Obama

Avec dépêches
 

Première publication : 19/06/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Obama à Berlin : "On ne fouine pas dans les e-mails des citoyens"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama refuse de préciser la nature de l'aide américaine aux insurgés syriens

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À Berlin, 50 ans après Kennedy, Obama veut rentrer dans l'Histoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)