Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

Afrique

Modernistes et ultra-conservateurs s’affrontent sur l’enseignement de l’islam

© FRANCE 24

Texte par Jean-Marie LEMAIRE

Dernière modification : 19/06/2013

Au Maroc, l'enseignement de l'islam est au cœur d'une bataille entre modernistes et ultra-conservateurs. En particulier dans les écoles, où il reste sujet à polémique.

Pour lutter contre les interprétations fondamentalistes, le Maroc s'est lancé dans la fabrication de Corans locaux,"standardisés", destinés à promouvoir un islam marocain tolérant et pragmatique. Les autorités religieuses du pays veulent en effet éviter la propagation des interprétations fondamentalistes du livre sacré des musulmans.

Pour autant, l'enseignement de l'islam dans les écoles marocaines reste sujet à controverses, entre les tenants d'une lecture moderniste de l'islam et les ultra-conservateurs. Ainsi, dans les écoles publiques ou coraniques, l'enseignement de l'islam reste très traditionaliste. Dans toutes les villes du Maroc, on trouve des écoles coraniques, les Kouteb où les plus petits apprennent l'arabe et le coran par cœur à partir de l’âge de quatre ans. Or cet enseignement est délivré principalement par des associations religieuses, proches des milieux salafistes.

Menace de mort

Mohammed Fizazi, un idéologue salafiste emprisonné pendant huit ans après les attentats de Casablanca en 2003, souhaite que l'enseignement de l'islam dans toutes les écoles, soit renforcé. "Ces valeurs il faut qu'elles soient consolidées, il faut qu'elles soient enseignées, élargies aux écoles et institutions d'enseignement au Maroc, indique-t-il à FRANCE 24. La charia ce n'est pas juste couper les mains ou décapiter, la charia c'est beaucoup plus large que ça".

Cette situation inquiète de plus en plus les laïcs et les modernistes. Récemment, Ahmed Assid, chercheur à l'Institut royal de la culture amazighe (berbère) a été menacé de mort après avoir critiqué le contenu de certains manuels scolaires. "On trouve par exemple des textes qui appellent à l'application de la charia alors que l'État du Maroc n'applique pas la charia. C'est à dire il faut couper les mains d'un voleur, il faut la lapidation, il faut couper les têtes, etc. Ce sont des choses qui ne sont pas pratiquées aujourd'hui mais qu'on enseigne quand même aux enfants, et ça c'est dangereux", explique-t-il à FRANCE 24.

 

 

Première publication : 19/06/2013

  • MAROC

    Principal allié des islamistes du PJD, l'Istiqlal annonce son retrait du gouvernement

    En savoir plus

  • MAROC

    À Rabat, Hollande salue les "pas décisifs" du Maroc vers la démocratie

    En savoir plus

  • MAROC

    Affaire Amina : le film qui dénonce la condition féminine au Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)