Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Modernistes et ultra-conservateurs s’affrontent sur l’enseignement de l’islam

© FRANCE 24

Vidéo par Jean-Marie LEMAIRE , Christelle MAROT

Texte par Jean-Marie LEMAIRE

Dernière modification : 19/06/2013

Au Maroc, l'enseignement de l'islam est au cœur d'une bataille entre modernistes et ultra-conservateurs. En particulier dans les écoles, où il reste sujet à polémique.

Pour lutter contre les interprétations fondamentalistes, le Maroc s'est lancé dans la fabrication de Corans locaux,"standardisés", destinés à promouvoir un islam marocain tolérant et pragmatique. Les autorités religieuses du pays veulent en effet éviter la propagation des interprétations fondamentalistes du livre sacré des musulmans.

Pour autant, l'enseignement de l'islam dans les écoles marocaines reste sujet à controverses, entre les tenants d'une lecture moderniste de l'islam et les ultra-conservateurs. Ainsi, dans les écoles publiques ou coraniques, l'enseignement de l'islam reste très traditionaliste. Dans toutes les villes du Maroc, on trouve des écoles coraniques, les Kouteb où les plus petits apprennent l'arabe et le coran par cœur à partir de l’âge de quatre ans. Or cet enseignement est délivré principalement par des associations religieuses, proches des milieux salafistes.

Menace de mort

Mohammed Fizazi, un idéologue salafiste emprisonné pendant huit ans après les attentats de Casablanca en 2003, souhaite que l'enseignement de l'islam dans toutes les écoles, soit renforcé. "Ces valeurs il faut qu'elles soient consolidées, il faut qu'elles soient enseignées, élargies aux écoles et institutions d'enseignement au Maroc, indique-t-il à FRANCE 24. La charia ce n'est pas juste couper les mains ou décapiter, la charia c'est beaucoup plus large que ça".

Cette situation inquiète de plus en plus les laïcs et les modernistes. Récemment, Ahmed Assid, chercheur à l'Institut royal de la culture amazighe (berbère) a été menacé de mort après avoir critiqué le contenu de certains manuels scolaires. "On trouve par exemple des textes qui appellent à l'application de la charia alors que l'État du Maroc n'applique pas la charia. C'est à dire il faut couper les mains d'un voleur, il faut la lapidation, il faut couper les têtes, etc. Ce sont des choses qui ne sont pas pratiquées aujourd'hui mais qu'on enseigne quand même aux enfants, et ça c'est dangereux", explique-t-il à FRANCE 24.

 

 

Première publication : 19/06/2013

  • MAROC

    Principal allié des islamistes du PJD, l'Istiqlal annonce son retrait du gouvernement

    En savoir plus

  • MAROC

    À Rabat, Hollande salue les "pas décisifs" du Maroc vers la démocratie

    En savoir plus

  • MAROC

    Affaire Amina : le film qui dénonce la condition féminine au Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)