Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Modernistes et ultra-conservateurs s’affrontent sur l’enseignement de l’islam

© FRANCE 24

Vidéo par Jean-Marie LEMAIRE , Christelle MAROT

Texte par Jean-Marie LEMAIRE

Dernière modification : 19/06/2013

Au Maroc, l'enseignement de l'islam est au cœur d'une bataille entre modernistes et ultra-conservateurs. En particulier dans les écoles, où il reste sujet à polémique.

Pour lutter contre les interprétations fondamentalistes, le Maroc s'est lancé dans la fabrication de Corans locaux,"standardisés", destinés à promouvoir un islam marocain tolérant et pragmatique. Les autorités religieuses du pays veulent en effet éviter la propagation des interprétations fondamentalistes du livre sacré des musulmans.

Pour autant, l'enseignement de l'islam dans les écoles marocaines reste sujet à controverses, entre les tenants d'une lecture moderniste de l'islam et les ultra-conservateurs. Ainsi, dans les écoles publiques ou coraniques, l'enseignement de l'islam reste très traditionaliste. Dans toutes les villes du Maroc, on trouve des écoles coraniques, les Kouteb où les plus petits apprennent l'arabe et le coran par cœur à partir de l’âge de quatre ans. Or cet enseignement est délivré principalement par des associations religieuses, proches des milieux salafistes.

Menace de mort

Mohammed Fizazi, un idéologue salafiste emprisonné pendant huit ans après les attentats de Casablanca en 2003, souhaite que l'enseignement de l'islam dans toutes les écoles, soit renforcé. "Ces valeurs il faut qu'elles soient consolidées, il faut qu'elles soient enseignées, élargies aux écoles et institutions d'enseignement au Maroc, indique-t-il à FRANCE 24. La charia ce n'est pas juste couper les mains ou décapiter, la charia c'est beaucoup plus large que ça".

Cette situation inquiète de plus en plus les laïcs et les modernistes. Récemment, Ahmed Assid, chercheur à l'Institut royal de la culture amazighe (berbère) a été menacé de mort après avoir critiqué le contenu de certains manuels scolaires. "On trouve par exemple des textes qui appellent à l'application de la charia alors que l'État du Maroc n'applique pas la charia. C'est à dire il faut couper les mains d'un voleur, il faut la lapidation, il faut couper les têtes, etc. Ce sont des choses qui ne sont pas pratiquées aujourd'hui mais qu'on enseigne quand même aux enfants, et ça c'est dangereux", explique-t-il à FRANCE 24.

 

 

Première publication : 19/06/2013

  • MAROC

    Principal allié des islamistes du PJD, l'Istiqlal annonce son retrait du gouvernement

    En savoir plus

  • MAROC

    À Rabat, Hollande salue les "pas décisifs" du Maroc vers la démocratie

    En savoir plus

  • MAROC

    Affaire Amina : le film qui dénonce la condition féminine au Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)