Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Simple appareil"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le gazoduc "Force de Sibérie" : l'appel de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

SUR LE NET

Les hommages à Michael Brown se multiplient sur Internet

En savoir plus

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • Le siège du parti de l'ex-président Gbagbo mis à sac

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

Amériques

Le football brésilien au centre de toutes les tensions

© AFP

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/06/2013

Alors que le Brésil s'est qualifié pour les demi-finales de la Coupe des confédérations, les supporters sont partagés entre leur amour pour le football et la grogne sociale. De violents affrontements ont eu lieu en marge du match Brésil-Mexique.

L’heure n’était pas à la liesse populaire, mercredi 19 juin, aux abords du stade Castelao de Fortaleza qui accueillait le match Brésil-Mexique de la Coupe des confédérations. De violents affrontements ont eu lieu entre les forces de l’ordre et des manifestants brésiliens, faisant au moins deux blessés, selon des journalistes de l’AFP présents sur place.

Près de 25 000 personnes se sont massées aux abords de l’enceinte sportive avant la rencontre pour protester contre la précarité des services publics et les milliards dépensés dans les stades de football pour le Mondial 2014. "Brésil réveille-toi, un professeur vaut plus que Neymar !", scandaient notamment les protestataires en faisant référence à l’attaquant de l’équipe nationale brésilienne, récemment transféré au FC-Barcelone pour 57 millions d'euros.

Le rassemblement a finalement dégénéré lorsque des manifestants ont tenté de forcer le barrage de police. Les forces de l’ordre ont alors riposté avec des gaz lacrymogènes et des tirs de balles en caoutchouc.

Entre amour du foot et grogne populaire

Tiraillés entre leur passion pour la Seleçao et leur conscience sociale, les supporters brésiliens soutiennent les manifestations tout en justifiant les investissements pour la Coupe du Monde. "La manifestation est nécessaire, légitime, mais pas le jour du match. Normal que l’argent soit investi pour organiser ces événements et accueillir les étrangers", estime ainsi Carolina de Araujo, une photographe de 28 ans, interrogée par l’AFP. "Les Brésiliens ont profité de l’occasion et tout est sorti. On se taisait depuis 20 ans. Mais il y a maintenant une nouvelle génération plus éclairée", s’enthousiame pour sa part Paulo Roberto Cavalcado Morais, un investisseur de 40 ans.

Le compte Instagram de Neymar

Symbole de ce déchirement entre football et grogne populaire, le joueur vedette du Brésil, Neymar, auteur d’un but et d’une passe décisive lors de la victoire du Brésil sur le Mexique (2-0), a annoncé mercredi qu’il était solidaire du mouvement. Critiqué par les protestataires pour ses contrats mirobolants, il a répliqué sur son compte Instagram en dénonçant l’inaction du gouvernement : "Je suis triste de tout ce qui se passe actuellement au Brésil. J’ai toujours pensé qu’il ne devrait pas être nécessaire de descendre dans la rue pour réclamer de meilleurs conditions de transports, de santé, d’éducation et de sécurité. Tout ça, c’est le devoir du gouvernement."

En revanche, la légende vivante du football brésilien Pelé s’est attirée les foudres des manifestants en demandant de soutenir l’équipe nationale et de ne pas participer au mouvement de contestation. "Nous allons oublier toute cette confusion qui se passe au Brésil et nous allons penser que la sélection brésilienne est notre pays, est notre sang", a déclaré le triple champion du monde dans une vidéo. Ronaldo, une autre icône du pays, ambassadeur du Mondial 2014, avait déjà attisé la colère des Brésiliens, en affirmant cette semaine que "ce n’est pas avec des hôpitaux qu’on fait la Coupe du monde".

Le message vidéo de Pelé (en portugais)

Face à la pression populaire, les municipalités de Sao Paulo et Rio de Janeiro ont finalement décidé mercredi de baisser les tarifs des transports en commun, l’une des principales revendications des manifestants. Malgré cette annonce, de nouveaux rassemblements sont prévus partout dans le pays jeudi et notamment à Rio, en marge de la rencontre Espagne-Tahiti au stade Maracana.

Avec dépêches
 

Première publication : 20/06/2013

  • FOOTBALL

    Coupe des confédérations : victoire du Brésil sur le Mexique

    En savoir plus

  • MANIFESTATIONS

    "Le Brésil montre son vrai visage !"

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Le Brésil a mal à son modèle économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)