Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Economie

Microsoft veut réconcilier les joueurs avec la Xbox One

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/06/2013

Face aux vives critiques des joueurs, Microsoft a décidé d'assouplir les règles d'utilisation de sa future Xbox One. Le prêt et la revente des jeux devraient notamment être autorisés.

On efface tout et on recommence. Microsoft n’aura, finalement, pas tenu longtemps face à la fronde des joueurs contre deux fonctionnalités polémiques de la future console Xbox One. Cette dernière ne posera, à sa sortie en novembre 2013, pas de limitation au prêt et à la revente de jeux vidéo et il ne sera plus nécessaire d'être connecté à l’Internet en permanence pour l’utiliser.

“Vos retours ont été entendus”, écrit dans son blog Don Mattrick, président de la division de divertissement interactif de Microsoft, qui supervise la Xbox One. Depuis que le constructeur américain a dévoilé, fin mai, sa nouvelle console et évoqué à cette occasion ces fameuses limitations à son utilisation, la grogne sur les réseaux sociaux, blogs et autres forums ne faiblit pas.

Les joueurs jugeaient inacceptable que Microsoft ne leur laisse pas le choix d’être connectés ou pas pour s’adonner à leur hobby. Quant à la limitation des prêts et de la revente, cela revenait à “nier le droit de propriété sur des jeux pourtant achetés”, comme le soulignait Eurogamer, l’un des sites de référence dans le jeu vidéo.

Le géant américain a également prêté une oreille attentive à la concurrence. Sony avait ainsi fait très forte impression lors de l’E3 (le salon mondial du jeu vidéo à Los Angeles), en martelant que sa PS4 n’aurait aucune des limitations de la Xbox One. Une manière habile de séduire les joueurs et de se construire une image de grand défenseur des consommateurs. Sur un marché qui représente près de 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires, Microsoft pouvait difficilement laisser un tel avantage à son principal adversaire.

Reste l'œil du Kinect

Pourtant, pendant un temps, le constructeur américain semblait décider à tenir bon. Il y a encore une semaine, lors de l’E3, les responsables de Microsoft avaient réaffirmé, notamment à FRANCE 24, leur attachement à ces deux aspects polémiques. La Xbox One était, pour eux, une plateforme moderne de divertissements numériques à l’ère du tout-connecté, et il était donc normal d’être toujours en ligne pour profiter de ses avantages (communications via Skype, accès à l’Internet et jeux en ligne). Par ailleurs, les limitations aux prêts de jeux étaient présentées comme un soutien aux studios de développement et aux distributeurs menacés par le marché de l’occasion.

Avec ce rétropédalage, le constructeur n’a pourtant pas mis fin à la polémique. Il reste encore le problème de l’œil tout puissant et omniscient de la Xbox One : le Kinect. Ce périphérique est équipé de capteurs de mouvements et de voix afin de pouvoir contrôler la console en bougeant son corps ou en lui disant des mots doux comme “Xbox, éteins toi”, etc. Vendu obligatoirement avec, le Kinect est, par défaut, allumé tout le temps et enregistre tout ce que l’utilisateur dit ou fait. Il n’en a pas fallu plus à l’autorité allemande de protection des données pour qualifier, fin mai, la Xbox de “plateforme de surveillance”. Microsoft a depuis tenté de calmer ces craintes en affirmant que les données captées par le Kinect ne seraient pas stockées et que ce dispositif pourrait être mis en “pause” tout en reconnaissant qu’il ne serait pas possible de l’éteindre complètement.

Première publication : 20/06/2013

  • JEUX VIDÉO

    Salon de l'E3 : Microsoft, Nintendo et Sony dévoilent leur stratégie

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    À l’E3, la PS4 remporte une bataille mais pas la guerre contre la Xbox One

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    L'E3 de Los Angeles dopé par la guerre des consoles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)