Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Asie - pacifique

"L'homme debout", nouvelle forme de contestation anti-Erdogan

© #duranadam

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/06/2013

Lundi, un homme est resté immobile pendant cinq heures sur la place Taksim pour contrer l'interdiction de manifester. En quelques jours, son action pacifique est devenue une nouvelle forme de contestation reprise dans le monde entier.

Il est arrivé lundi soir à la nuit tombée et s'est planté au milieu de la place, à quelques dizaines de mètres du parc Gezi. Muet, les mains dans les poches, un sac et des bouteilles d'eau à ses pieds, le Stambouliote est resté immobile pendant cinq heures à fixer l'immense portrait du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk, accroché au sommet de l'ancien centre culturel.

© @Çapulcuymuşuz


À travers cette action pacifique, ce chorégraphe du nom d'Erdem Gunduz a voulu contourner l'interdiction de manifester tout en occupant la place Taksim après le coup dur porté par l'évacuation du parc Gezi. Il est rapidement imité par des dizaines d'autres personnes en quête d'une nouvelle forme de manifestation après l'évacuation du parc Gezi. 

L'objectif du chorégraphe, qui était de rester debout un mois en alternant 24 heures d'immobilité puis trois heures de repos, a été perturbée par l'intervention d'une dizaine de policiers. Aidé par des amis, il a évité de peu à l'interpellation. 

Son geste politique, qui n'est pas passé inaperçu auprès des passants et de la police, s'est propagé à grande vitesse sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, elle porte le nom de #Duranadam", (littéralement "l'homme debout"). Dès le lendemain, ce nouveau mouvement est copié dans le pays. Ici dans un centre commercial. 

© @Uygar Taylan


En quelques jours, le "Duranadam" est repris par tous les Stambouliotes qui protestent contre le Premier ministre Erdogan. 



Il est également copié à l'étranger, et notamment à Paris jeudi 20 juin, sur les Champs-Élysées. Un nouveau rasssemblement est prévu samedi 22 juin à République, dans le nord-est de la capitale française. 

© @TubaK

 

Première publication : 21/06/2013

  • TURQUIE

    Le Premier ministre Erdogan oscille entre "une attitude conciliante et inflexible"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    "On assiste à un bras de fer entre deux Turquie"

    En savoir plus

  • TURQUIE - EN IMAGES

    Manifestation pro-Erdogan : "Les opposants doivent cesser de diviser le pays"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)