Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Culture

La France donne le "la" en matière d'exportation de musique

© AFP

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 21/06/2013

Selon la Sacem, le répertoire musical français se vend très bien à l’étranger. En 2012, il pesait 82 millions d’euros. Si la scène électro représente un véritable moteur, les grands standards de la chanson française restent indétrônables.

Depuis le début des années 2000, on la dit en décrépitude, exsangue, mal en point. Pourtant, l’industrie musicale française n’est pas que pertes et fracas. Il est même des secteurs qui font mentir les plus pessimistes. C’est le cas de celui des exportations. Selon les derniers chiffres de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), les droits d’auteur en provenance de l’étranger représentaient 82 millions d’euros de revenus en 2012, soit une augmentation de 2 % par rapport à l’année précédente.

En d’autres termes, la musique française marche bien à l’étranger. Elle fait même un carton à en croire la Sacem qui affirme que son répertoire est le plus utilisé au monde... après celui des Anglo-Saxons, évidemment. "Nous sommes très contents de ces chiffres d’autant plus qu’ils n’ont cessé d’augmenter au cours de la dernière décennie et plus particulièrement sur ces cinq dernières années", explique à FRANCE 24 Laurence Bony, directrice du département des affaires internationales à la Sacem.

Guetta, Piaf et Harry Potter

Le succès international de son répertoire, la Sacem l’explique par trois facteurs principaux. Moteur essentiel des exportations, les grands classiques de la chanson française tels que "La vie en rose" d’Edith Piaf ou encore "La mer" de Charles Trenet semblent indémodables. "En 2012, la chanson qui a généré le plus de droits et qui reste chaque année dans notre top 10 c’est 'Comme d’Habitude' de Claude François", confie Jean-Claude Chamoux du département des affaires internationales de la Sacem.

"Comme d'habitude" de Claude François

L’année 2012 a également été boostée par les compositeurs de musique de film récompensés internationalement comme Alexandre Desplat qui a réalisé la musique du "Discours d’un roi" et d’"Harry Potter et les reliques de la mort" ou comme Ludovic Bource qui a composé la musique de "The Artist". Les grands Maurice Jarre et Eric Serra continuent aussi de plaire.

Mais depuis environ vingt ans, la scène électro française fait office de véritable fleuron des productions "made in France" : Daft Punk, David Guetta, Bob Sinclar, Air, Justice, ou encore C2C. "Ces artistes et leur label ont réussi à imposer une véritable patte française sur la scène internationale. Ils sont connus et reconnus dans leur domaine", confirme à FRANCE 24 Sophie Mercier, directrice du Bureau Export, association créée il y a 20 ans par les professionnels de la musique pour accompagner leurs artistes dans leur développement à l’international.

"Les étrangers aiment nos chanteuses"

TOP 10

Les dix plus gros importateurs du répertoire Sacem sont :

1/ Allemagne
2/ Italie
3/ Belgique
4/ Suisse
5/ Japon
6/ États-Unis
7/ Royaume-Uni
8/ Canada
9/ Pays-Bas
10/ Espagne

Les revenus générés par l’exportation représentent désormais plus de 10 % du total des droits versés à la Sacem.

Contrairement aux préjugés, chanter en anglais comme dans la plupart des morceaux électro à succès n’est pas un prérequis pour attaquer le marché international. "Les étrangers aiment beaucoup nos chanteuses francophones", assure Sophie Mercier. Au-delà des Patricia Kaas, Mireille Mathieu et autre Mylène Farmer, la jeune génération trouve également son public en dehors des frontières hexagonales. "Le groupe Brigitte est très apprécié, ainsi que Lou Doillon qui suit les traces de sa mère, Jane Birkin. Mais l’un des plus gros cartons, c’est Zaz. À titre d’exemple, son premier album a été vendu à 850 000 exemplaires dont 300 000 rien qu’en Allemagne", affirme Sophie Mercier.

Les Allemands sont justement les plus friands de musique française. Et l’Europe en général est, de loin, le premier client international de la Sacem avec 60 millions d’euros de revenus collectés en 2012. L’Asie-Pacifique arrive en seconde position avec 8,4 millions d’euros, talonnée par l’Amérique du Nord (7,8 millions d’euros).

La scène, une autre façon de s’exporter

Mais les ventes de disques ne sont pas le seul indicateur du rayonnement de la musique française. La scène est également révélatrice. "Phoenix, Moriarty, Woodkid, The Do… Nous possédons un bon mouvement pop-rock qui a réussi à se faire connaître des médias spécialisés et prescripteurs aux États-Unis et au Royaume-Uni. Ils ne vendent pas énormément de CD à l’étranger mais ils y donnent beaucoup de concerts", indique Sophie Mercier qui y voit une autre preuve de la bonne santé de la musique française à l’international.

"Iron" de Woodkid

Parfait exemple de la puissance des Français en dehors des bacs et des charts, les Francofolies ont une véritable stratégie d’exportation. Lancé à l’origine à La Rochelle en 1984, le concept de ce festival pour francophones et francophiles s’est rapidement implanté au Québec il y a 25 ans et en Belgique il y a 20 ans. Puis il s’est décliné ailleurs à l’étranger dans les années 1990 de façon ponctuelle : en Allemagne pendant six ans, en Bulgarie pendant trois ans, mais également en Espagne, en Argentine et en Suisse. "Un succès dû à la politique du gouvernement de l’époque. Le ministre de la Culture Jacques Toubon avait mandaté les Francofolies pour être le vecteur de la musique française à l’étranger", explique à FRANCE 24 Maryz Bessaguet, responsable de la communication pour les Francofolies.

Mais alors que les productions françaises sont peu à peu délaissées - évolution des goûts et des tendances oblige -, les subventions se font rares. Le début des années 2000 est difficile en terme d’exportation. Jusqu’à ce que la scène électro redonne enfin une visibilité à la création musicale française. "Aujourd’hui, le français est à nouveau vendeur, tendance voire branché ! Il s’exporte mieux", assure Maryz Bessaguet. Pour preuve, les Francofolies ont le vent en poupe à l’étranger : "Nous nous lançons à New York les 19, 20 et 21 septembre prochains. Nous ouvrirons le festival par un hommage à Edith Piaf en présence de grands artistes anglophones comme Liza Minnelli et francophones comme Jean-Louis Aubert ou Nolwenn Leroy." Les organisateurs ont également été approchés par les autorités haïtiennes qui souhaitent exploiter le label Francofolies dès 2014 à Port-au-Prince. 

Première publication : 21/06/2013

  • MUSIQUE

    Johnny Hallyday fête ses 70 ans en musique avec ses fans

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Troisième victoire du Danemark à l'Eurovision

    En savoir plus

  • INDUSTRIE CULTURELLE

    Entre satisfecits et critique farouche, le rapport Lescure fait son petit effet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)