Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Quand le "guérisseur" de gays fait son mea culpa

© Kevin Zolkiewicz via flickr

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/06/2013

Exodus International, une importante organisation religieuse américaine dont le but est de remettre les homosexuels "dans le droit chemin" a mis un terme à son activité. Un tournant dans la lutte contre l’homophobie.

Exodus International, la très controversée organisation chrétienne dont la mission est de "guérir" des personnes de leur homosexualité vient de jeter l’éponge.

Après avoir annoncé son intention d’en finir avec les thérapies destinées aux homosexuels au cours du congrès annuel de l’organisation, jeudi 20 juin, Alan Chambers, le chef d’Exodus, a ensuite adressé ses excuses en ligne. “Exodus a beaucoup œuvré pour le bien, mais elle a aussi fait du mal. Nous avons blessé des gens", a-t-il avoué sur la Toile. Le leader de l’organisation a, par ailleurs, annoncé qu’il comptait désormais se consacrer au dialogue entre la communauté LGBT et les personnes hostiles à l’homosexualité.

"Reducefear.org"

"L’Église a longtemps mené une guerre contre l’homosexualité, il est temps pour elle de baisser les armes", a confié le chef d’Exodus International à l’agence de presse AP.

Alan Chambers, qui a lui-même avoué son attirance pour les hommes alors qu’il est marié, prévoit de lancer un nouveau dispositif destiné à combattre les peurs liées à l’homosexualité. Il envisage d’ailleurs de lancer un site internet intitulé, "reducefear.org" ("anéantir les peurs"). "Nous souhaitons créer des passerelles entre les Hommes pour que la paix soit au cœur de tout ce que nous entreprendrons dans le futur", a-t-il confié à l’agence de presse AP.

“Je me rends compte que la Bible ne tient compte que des hétérosexuels mariés. Or de nombreuses personnes, hétérosexuelles ou homosexuelles, ne rentrent pas dans ce cadre", explique l’ancien leader d’Exodus. "Pour le bien de tous, il est temps de trouver un nouveau chemin que nous pourrons tous poursuivre", conclut-il.

La fin d’une pratique ?

Initialement basée en Floride, Exodus a été fondée en 1976 et a ouvert 267 succursales aux États-Unis et à l’étranger. Son but consistait à venir en aide aux chrétiens, soucieux d’en finir avec leurs penchants homosexuels, grâce à des conseils et à des prières.

Si les thérapies de conversions sont appréciées de certains chrétiens évangéliques et fondamentalistes, elles le sont par contre beaucoup moins de nombreux psychiatres, psychologues et avocats spécialisés dans les droits des homosexuels. Ces dernières années, l’organisation a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses attaques de groupes divers.

L’Association américaine de psychologie, qui représente les professionnels du secteur, s’est notamment élevée contre de telles pratiques, les jugeant dangereuses. Selon cette dernière, une thérapie de conversion sexuelle peut favoriser l’anxiété, la dépression, et peut même mener certains patients plus fragiles au suicide.

Sharon Graves, directrice du secteur religion pour l'association gay Human Rights Campaign, a également indiqué que la fin de cette organisation allait épargner aux générations futures "un traumatisme psychologique et spirituel".

 

Première publication : 21/06/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Les jeunes homosexuels américains pourront désormais intégrer les scouts

    En savoir plus

  • NOUVELLE-ZÉLANDE

    La Nouvelle-Zélande légalise le mariage homosexuel

    En savoir plus

  • RUSSIE

    La Douma adopte en première lecture une loi contre la "propagande homosexuelle"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)