Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Les islamistes manifestent pour soutenir Morsi et "sauver la révolution"

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/06/2013

Les islamistes égyptiens manifestent vendredi au Caire pour montrer leur soutien au président Mohamed Morsi. L'opposition appelle de son côté à une mobilisation massive à la fin du mois pour réclamer le départ du chef de l'État.

Démonstration de force en Egypte. Les islamistes égyptiens manifestent, vendredi 21 juin, pour soutenir le président Mohamed Morsi, dans un climat tendu avec l'opposition qui appelle de son côté à une mobilisation de masse à la fin du mois pour réclamer le départ du chef de l'Etat.

Plusieurs mouvements islamistes, dont le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), vitrine politique des Frères musulmans dont est issu M. Morsi, appellent à un rassemblement devant une mosquée de Nasr City, un faubourg du Caire, pour "sauver la révolution".

Appel à manifester le 30 juin pour le départ de Morsi

La manifestation, qui doit débuter en milieu de journée, se veut une démonstration de force face aux opposants qui battent le rappel depuis des semaines pour un grand rassemblement devant le palais présidentiel le 30 juin, premier anniversaire de l'investiture de M. Morsi.

Une campagne intitulée Tamarod ("rébellion"), à laquelle se sont ralliés de nombreux groupes et personnalités opposés à M. Morsi, affirme avoir recueilli au moins 13 millions de signatures en faveur de la démission du président.

Les tensions entre le pouvoir et l'opposition ont été alimentées ces derniers jours par la décision de Mohamed Morsi de nommer des islamistes à des postes de gouverneurs de province.

La mobilisation autour de Tamarod a redonné une visibilité inespérée à une opposition fragmentée et placé le pouvoir sur la défensive, sur fond de craintes que ces tensions ne débouchent sur une nouvelle vague de violences et de troubles politiques.

"Contre-révolution"


De leur côté, les partisans de Mohamed Morsi -Frères musulmans et autres formations islamistes, dont une partie des fondamentalistes salafistes- mettent en avant le caractère démocratique de son élection pour qualifier de "contre-révolution" les appels à sa démission.

Les Frères "sont fermement opposés à la violence comme moyen de parvenir au changement. Ceux qui veulent le changement doivent participer aux élections, proposer des solutions et faire campagne", écrit sur Twitter le porte-parole de la confrérie islamiste, Gehad al-Haddad.

"Nous voulons la stabilité pour reconstruire le pays. Les manifestations violentes ne peuvent engendrer un régime stable. Ceux qui pensent que le président Morsi doit être renversé le 30 juin vivent dans l'illusion", affirme un porte-parole du PLJ, Ahmed Aqil, sur le site du parti islamiste.

Mohamed Morsi est le premier président civil du pays et le premier islamiste à accéder à cette fonction. Son élection a mis fin à la période de transition sous direction militaire qui a suivi la chute en février 2011 de Hosni Moubarak sous la pression d'une révolte populaire.

Il est accusé par ses adversaires d'avoir aggravé le clivage politique du pays en cherchant à placer ses partisans dans tous les rouages du pays, et d'être incapable de faire face à une grave crise économique qui se traduit par une montée du chômage et de l'inflation, ainsi que des pénuries de carburant ou de longues coupures d'électricité.

La récente nomination de gouverneurs islamistes dans plusieurs régions du pays a accentué le sentiment d'une mainmise des Frères musulmans sur l'appareil d'Etat et provoqué des troubles en plusieurs endroits.

Le choix pour Louxor d'un gouverneur membre d'un parti héritier d'un groupe radical qui avait revendiqué le massacre de 58 touristes étrangers dans cette région en 1997 a provoqué la consternation des professionnels de ce secteur, et la démission du ministre du Tourisme.

Avec dépêches

Première publication : 21/06/2013

  • ÉGYPTE

    Des Égyptiens manifestent contre le nouveau gouverneur islamiste de Louxor

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Sénat et la commission constituante jugés illégaux

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Affrontements au Caire entre pro et anti-Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)