Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

FOCUS

Les Irlandais aux urnes pour l'ouverture du mariage aux homosexuels

En savoir plus

Afrique

Dakar : elle refuse un visa français pour dénoncer le mépris du consulat

© Capture du compte Facebook de Bousso Dramé

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/06/2013

Lauréate du concours d'orthographe 2013 organisé par l'Institut français de Dakar, une jeune Sénégalaise de 28 ans a renoncé à son prix, une formation dans l’Hexagone, pour dénoncer le mépris d'agents du consulat de France.

"Non merci" : c’est la formule choisie par Bousso Dramé, lauréate sénégalaise du Concours d’orthographe 2013 dans sa lettre ouverte aux autorités consulaires et diplomatiques françaises, pour renoncer au visa que lui a délivré la France. En refusant ce laissez-passer, la jeune Sénégalaise a également renoncé à sa récompense : suivre une formation en réalisation de films documentaires en France.

Diplômée de Sciences-Po Paris, la Sénégalaise de 28 ans assure avoir dû "faire face à

Message posté le 21 juin par Bousso Dramé sur son compte Twitter

des attitudes et propos condescendants, insidieux, sournois et vexatoires" venant de "certains membres du personnel de l’Institut français, et, d’autre part, des agents du consulat de France". "L’accueil exécrable dont le consulat de France a fait montre à mon égard (et à celui de la majorité de Sénégalais demandeurs de visas) a été la goutte d’eau de trop, dans un vase, hélas, déjà plein à ras bord", déplore la Dakaroise amère.

"Renoncer pour le symbole"

"Par souci de cohérence avec mon système de valeurs, j’ai donc pris la décision de renoncer, malgré l’obtention du visa. Renoncer pour le symbole. Renoncer au nom de tous ces milliers de Sénégalais qui méritent le respect, un respect qu’on leur refuse au sein de ces représentations de la France, en terre sénégalaise, qui plus est", poursuit-elle dans son courrier.

 

Par ce geste, la jeune Africaine s’est privée d’une formation en réalisation de film documentaire au Centre Albert Schweitzer en France. "Un voyage tous frais payés, fut-il le plus beau et le plus enchanteur au monde, ne mérite pas que mes compatriotes et moi

Échanges de messages postés sur Twitter entre Bousso Dramé et Mouammar Seck, un soutien

souffrions de tels agissements de la part du consulat de France", résume la brillante jeune femme dans sa missive.

"J’espère que tu inspireras d’autres personnes"

Le refus de la Sénégalaise a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Les messages enthousiastes d’internautes se sont rapidement répandus sur la Toile. "Bravo d'y avoir pensé, et surtout d'avoir secoué les consciences encore anesthésiées!!! #Respect”, félicite Moussé Bao, sur son compte Twitter. "Je ne te connais pas mais merci ! Et bravo pour avoir défendu ta dignité. J'espère que tu inspireras d'autres personnes", salue encore AmiNou, une autre habituée du réseau.

Devant ces nombreux encouragements, la jeune femme entend pourtant garder la tête froide. "Merci pour le soutien mais je suis une personne ordinaire et le courage dont j'ai fait montre existe en chaque Africain et chaque homme ! ", assure à son tour la jeune femme déterminée sur son compte Twitter.

Première publication : 21/06/2013

  • LITTÉRATURE

    Le Grand Prix de la Francophonie remis à l'écrivain algérien Boualem Sansal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)