Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

EUROPE

Le torchon brûle entre Berlin et Ankara

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/06/2013

L’ambassadeur de Turquie à Berlin a été convoqué après une déclaration musclée d’Ankara qui met en garde Angela Merkel au sujet des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE. De quoi attiser des relations déjà tendues entre les deux pays.

Le ton monte entre Berlin et Ankara. Le ministère des Affaires étrangères allemand a convoqué l'ambassadeur turc ce vendredi 21 juin en milieu de journée. L'objet de la discorde : Le ministre turc des Affaires européennes, Egemen Bagis, a mis en garde Angela Merkel contre toute tentation de faire de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne un enjeu de politique intérieure allemande. 

"Si Madame Merkel se cherche du matériel destiné à la politique intérieure pour ses élections, ce matériel ne doit pas être la Turquie", a déclaré, jeudi 20 juin devant la presse, le chef de la diplomatie turque en référence aux élections législatives prévues le 22 septembre en Allemagne. "Elle doit savoir que ceux qui s'occupent de la Turquie finissent mal. Regardez ce qui est arrivé à (Nicolas) Sarkozy [hostile à l'entrée de la Turquie dans l'UE, ndlr]", a ajouté le ministre turc en faisant allusion à la défaite du candidat à la présidentielle de 2012.

Des mots "inacceptables", estime le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Andreas Peschke. Ce dernier a précisé que l'ambassadeur turc ne serait pas reçu par le ministre lui-même, Guido Westerwelle étant en déplacement à Kiev. Côté turc, le ministère des Affaires étrangères a réagi en demandant également des "explications" à l'ambassadeur d'Allemagne à Ankara.

"Les évènements en Turquie ont ravivé le débat sur l'adhésion du pays à l'UE"

Les relations se corsent entre Ankara et Berlin depuis le début de la semaine, connfirme Anne Mailliet, correspondante de FRANCE 24 en Allemagne.  Lundi 17 juin, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision allemande RTL, la chancelière allemande s'était dit "épouvantée" par la répression policière lors des manifestations anti-Erdogan à Istanbul. Cepedant, Angela Merkel avait refusé de répondre à une éventuelle influence des événements actuels en Turquie sur le processus d'adhésion d'Ankara à l'Union européenne.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Andreas Peschke, a toutefois assuré qu'il n'existait "aucun lien" entre la condamnation des évènements en Turquie et les discussions avec l'Union européenne.

Si Angela Merkel a toujours affirmé son scepticisme concernant l'aboutissement des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, la population allemande reste divisée sur la question. "Les évènements récents en Turquie ont ravivé le débat", rapporte Anne Mailliet, "car certains estiment que les négociations sur l'adhésion peuvent être un moyen de pression sur Ankara pour écouter les manifestants, qui réclament plus de démocratie". 

(Avec dépêches)

Première publication : 21/06/2013

  • TURQUIE

    Le Premier ministre Erdogan oscille entre "une attitude conciliante et inflexible"

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    La répression policière en Turquie est "beaucoup trop dure", estime Angela Merkel

    En savoir plus

  • TURQUIE

    L'Union européenne critique la répression contre les manifestants turcs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)