Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

FRANCE

Reportage : les Moudjahidine du peuple d'Iran se retrouvent à Villepinte

© France 24

Vidéo par Julie ALBET , Alexander TURNBULL

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/06/2013

Les Moudjahidine du peuple d'Iran tiennent leur rassemblement annuel ce samedi à Villepinte, près de Paris. Ces opposants au régime en place attendent de nombreux invités comme l'ancien maire de New York, Rudy Giuliani.

Il est baptisé "Iran vers la liberté". Les Moudjahidine du peuple d'Iran, membre du Conseil national de la résistance iranienne fondé en 1981 par l'opposant Massoud Radjavi, ont choisi le grand hall de Villepinte, près de Paris, pour tenir leur rassemblement annuel.

Sur les t-shirts, les portraits des deux leaders autoproclamés des Iraniens en exil :
Maryam Radjavi, à la tête du Conseil national de la résistance depuis 20 ans, et son mari Massoud, l'un des fondateurs des Moudjahidine du peuple. Des figures iraniennes importantes venues d'Europe et des États-Unis sont attendues à la tribune samedi.

"Des Iraniens du monde entier seront là pour soutenir le changement en Iran, pour renverser le régime... Cette résistance est pour l'instauration d'un État pluraliste et laïc", insiste au micro de FRANCE 24, Afchine Alavi, porte-parole du Conseil national de la résistance iranienne.

En Iran, les Moudjahidine du Peuple sont haïs

Dans les années 1970, les Moudjahidine mènent d'abord la lutte armée contre le shah d'Iran, avant de se révolter contre les mollahs, au pouvoir après la révolution. Le conflit est sanglant et annonce le début de l'exil.

"Secte politique"

En 1986, Massoud met sur pied, chez le voisin irakien, l'Armée de libération nationale.
Les armes et l'argent affluent alors pour soutenir Saddam Hussein contre le régime de Téhéran. Mais rapidement, le vent tourne. Avec la dégradation des relations entre les États-Unis et l'ancien allié irakien, les Moudjahidine finissent par être inscrits sur la liste des organisations terroristes.

C'est alors que Maryam Radjavi intervient. Elle donne alors aux Occidentaux des informations précieuses sur le programme nucléaire iranien et obtient ainsi le retrait, en 2012, du mouvement de la liste noire. "Une nouvelle époque a commencé pour la résistance en Iran et aussi à l'étranger", s'était-elle alors félicitée.

Mais pour Bernard Hourcade, chercheur au CNRS et spécialiste de l'Iran, ce grand mouvement de résistance ressemblerait davantage aujourd'hui à une secte politique, organisée autour d'un culte de la personnalité.

"C'est pour la République islamique la seule organisation politique capable de tuer quelqu'un à Téhéran encore aujourd'hui, même si leur capacité dans ce domaine-là a beaucoup faibli depuis une dizaine d'années, analyse Bernard Hourcade. Ils sont assez autonomes sur le plan financier et peuvent ainsi tous les ans, tous les deux ans, faire des meetings extraordinaires ou même acheter les voix de quelques députés."

Et si à l'étranger les Moudjahidine disposent d'une force de frappe non négligeable, leurs détracteurs doutent depuis bien longtemps de leur réelle influence en Iran.

 

Première publication : 22/06/2013

  • IRAN

    Pour Rohani, le dossier nucléaire "ne peut être réglé que par la négociation"

    En savoir plus

  • IRAK

    Attaque meurtrière près de Bagdad contre un camp de réfugiés de l'opposition iranienne

    En savoir plus

  • IRAN

    "Les moudjahidines n’ont jamais été des terroristes"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)