Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Moyen-orient

Comment les armes des révolutionnaires libyens affluent en Syrie

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 23/06/2013

Depuis près d'un an, d'importantes quantités d'armes ont été envoyées aux rebelles syriens, avec l'aide du Qatar, par les révolutionnaires libyens. Le "New York Times" a dévoilé, samedi, le mode opératoire de ces transferts d’armes.

À l’heure où les principaux pays appuyant l'opposition syrienne examinaient, ce samedi 22 juin au Qatar, l'octroi d'une aide militaire à la rébellion qui lutte contre le régime du président Bachar al-Assad depuis mars 2011, les "révolutionnaires libyens" n’ont pas attendu qu'un accord intervienne sur cette question. Depuis près d’un an, d’importantes quantités d’armes issues notamment des stocks du colonel Mouammar Kadhafi, le "guide" libyen renversé et tué le 20 octobre 2011, ont été envoyées aux rebelles syriens, selon plusieurs médias.

Ces derniers ont notamment dévoilé les modalités de ces transferts, dont l’existence était déjà connue, puisqu’en avril dernier, l'armée libanaise avait saisi trois containers d'armes en provenance de Libye et destinées à la rébellion syrienne à bord d'un navire arraisonné dans le nord du pays.

"Un effort multinational actif et complexe"

Dans un article daté du 21 juin, le "New York Times" détaille le mode opératoire, en se basant sur des données de vols aériens et les témoignages d’officiels, de contrebandiers, de rebelles et d’analystes. Un travail qui révèle "un effort multinational actif et complexe, financé par le Qatar, pour transporter les armes depuis la Libye jusqu’aux combattants de l’opposition syrienne", écrit le journal.

Si les armes transférées sont en majorité légères, telles que des fusils, des mitrailleuses, des lance-roquettes type RPG, et des obus de mortier, les rebelles libyens ont également envoyé des missiles anti-chars. L’un de ces fournisseurs d’armes libyens, interrogé par l’agence britannique Reuters, estime qu’environ 28 tonnes d'armes ont ainsi été livrées aux rebelles anti-Assad par les airs depuis août dernier. Les avions spécialement affrétés pour l'occasion décollent vers la Turquie ou la Jordanie, où les armes sont ensuite introduites clandestinement en Syrie, rapporte Reuters.

Interrogé par le "New York Times", Fawzi Bukatef, un ancien chef d’une brigade de rebelles libyens, récemment nommé ambassadeur en Ouganda, déclare toutefois que le gouvernement de son pays n’est pas impliqué dans ce transfert d’armes. "Les rebelles procèdent à la récolte des armes, et quand ils atteignent une quantité suffisante, ils l’envoient [vers la Syrie, NDLR]", confie-t-il.

Un organe de l’ASL chargé de la distribution

Ainsi, selon le "New York Times", un avion transporteur C-17 qatari a fait au minimum trois arrêts en Libye cette année, le 15 janvier, le 1er février et le 16 avril. "Les avions sont ensuite retournés à la base aérienne Al-Udeid au Qatar, avant de se rendre à Ankara en Turquie, avec à bord des armes et des équipements en plus de ceux récoltés par les rebelles libyens", précise le quotidien.

Le journal explique que ces armes sont confiées à un réseau d’agences de renseignement et à des responsables de l’opposition syrienne en Turquie. Précisément, c’est le Conseil militaire suprême de l’Armée syrienne libre (ASL) qui traite avec les Qataris et le gouvernement turc.

"À partir de là, les Syriens répartissent les armes selon leurs préférences à des groupes de combattants particuliers, qui à leur tour les distribuent à leurs hommes sur le terrain", indique le journal sur la base de témoignages de rebelles. Selon des activistes, le Conseil militaire suprême de l’ASL "ne distribue généralement pas d’armes à des groupes extrémistes ou fichés sur les listes noires des Occidentaux".

Mais, précise le quotidien, ces derniers n’ont pas beaucoup de difficultés à récupérer ces armes, une fois qu’elles se trouvent sur le territoire syrien, en les achetant directement à des groupes qui les ont réceptionnées. Un aspect qui justement freinait les pays occidentaux qui ne semblent pas enclins à l'idée de fournir des armes sophistiquées aux rebelles, de crainte qu'elles ne tombent aux mains d'extrémistes.

Première publication : 22/06/2013

  • SYRIE

    Les "Amis de la Syrie" s'accordent sur l'envoi "urgent" d'aide à la rébellion

    En savoir plus

  • SYRIE

    La CIA et des forces spéciales américaines entraînent les rebelles syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad met en garde les Européens en cas de livraison d'armes aux rebelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)