Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Moyen-orient

Comment les armes des révolutionnaires libyens affluent en Syrie

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 23/06/2013

Depuis près d'un an, d'importantes quantités d'armes ont été envoyées aux rebelles syriens, avec l'aide du Qatar, par les révolutionnaires libyens. Le "New York Times" a dévoilé, samedi, le mode opératoire de ces transferts d’armes.

À l’heure où les principaux pays appuyant l'opposition syrienne examinaient, ce samedi 22 juin au Qatar, l'octroi d'une aide militaire à la rébellion qui lutte contre le régime du président Bachar al-Assad depuis mars 2011, les "révolutionnaires libyens" n’ont pas attendu qu'un accord intervienne sur cette question. Depuis près d’un an, d’importantes quantités d’armes issues notamment des stocks du colonel Mouammar Kadhafi, le "guide" libyen renversé et tué le 20 octobre 2011, ont été envoyées aux rebelles syriens, selon plusieurs médias.

Ces derniers ont notamment dévoilé les modalités de ces transferts, dont l’existence était déjà connue, puisqu’en avril dernier, l'armée libanaise avait saisi trois containers d'armes en provenance de Libye et destinées à la rébellion syrienne à bord d'un navire arraisonné dans le nord du pays.

"Un effort multinational actif et complexe"

Dans un article daté du 21 juin, le "New York Times" détaille le mode opératoire, en se basant sur des données de vols aériens et les témoignages d’officiels, de contrebandiers, de rebelles et d’analystes. Un travail qui révèle "un effort multinational actif et complexe, financé par le Qatar, pour transporter les armes depuis la Libye jusqu’aux combattants de l’opposition syrienne", écrit le journal.

Si les armes transférées sont en majorité légères, telles que des fusils, des mitrailleuses, des lance-roquettes type RPG, et des obus de mortier, les rebelles libyens ont également envoyé des missiles anti-chars. L’un de ces fournisseurs d’armes libyens, interrogé par l’agence britannique Reuters, estime qu’environ 28 tonnes d'armes ont ainsi été livrées aux rebelles anti-Assad par les airs depuis août dernier. Les avions spécialement affrétés pour l'occasion décollent vers la Turquie ou la Jordanie, où les armes sont ensuite introduites clandestinement en Syrie, rapporte Reuters.

Interrogé par le "New York Times", Fawzi Bukatef, un ancien chef d’une brigade de rebelles libyens, récemment nommé ambassadeur en Ouganda, déclare toutefois que le gouvernement de son pays n’est pas impliqué dans ce transfert d’armes. "Les rebelles procèdent à la récolte des armes, et quand ils atteignent une quantité suffisante, ils l’envoient [vers la Syrie, NDLR]", confie-t-il.

Un organe de l’ASL chargé de la distribution

Ainsi, selon le "New York Times", un avion transporteur C-17 qatari a fait au minimum trois arrêts en Libye cette année, le 15 janvier, le 1er février et le 16 avril. "Les avions sont ensuite retournés à la base aérienne Al-Udeid au Qatar, avant de se rendre à Ankara en Turquie, avec à bord des armes et des équipements en plus de ceux récoltés par les rebelles libyens", précise le quotidien.

Le journal explique que ces armes sont confiées à un réseau d’agences de renseignement et à des responsables de l’opposition syrienne en Turquie. Précisément, c’est le Conseil militaire suprême de l’Armée syrienne libre (ASL) qui traite avec les Qataris et le gouvernement turc.

"À partir de là, les Syriens répartissent les armes selon leurs préférences à des groupes de combattants particuliers, qui à leur tour les distribuent à leurs hommes sur le terrain", indique le journal sur la base de témoignages de rebelles. Selon des activistes, le Conseil militaire suprême de l’ASL "ne distribue généralement pas d’armes à des groupes extrémistes ou fichés sur les listes noires des Occidentaux".

Mais, précise le quotidien, ces derniers n’ont pas beaucoup de difficultés à récupérer ces armes, une fois qu’elles se trouvent sur le territoire syrien, en les achetant directement à des groupes qui les ont réceptionnées. Un aspect qui justement freinait les pays occidentaux qui ne semblent pas enclins à l'idée de fournir des armes sophistiquées aux rebelles, de crainte qu'elles ne tombent aux mains d'extrémistes.

Première publication : 22/06/2013

  • SYRIE

    Les "Amis de la Syrie" s'accordent sur l'envoi "urgent" d'aide à la rébellion

    En savoir plus

  • SYRIE

    La CIA et des forces spéciales américaines entraînent les rebelles syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad met en garde les Européens en cas de livraison d'armes aux rebelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)