Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

Moyen-orient

La CIA et des forces spéciales américaines entraînent les rebelles syriens

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/06/2013

D'après le "Los Angeles Times", des insurgés syriens sont formés depuis plusieurs mois par les États-Unis au maniement de fusils et de missiles antichars et anti-aériens. Les entraînements auraient lieu en Jordanie et en Turquie.

La CIA et des forces spéciales américaines entraînent des rebelles syriens en Jordanie et en Turquie depuis des mois, soit bien avant que la Maison Blanche n'annonce son intention d'accroître son aide "militaire" à l'opposition, a rapporté vendredi le "Los Angeles Times". Des rebelles de l'armée syrienne libre (ASL) sont formés au maniement de fusils et missiles antichars et d'armes lourdes pour résister aux avions des forces armées syriennes, détaille le journal, citant des responsables américains et des commandants de la rébellion syrienne.

Ces entraînements, qui n'avaient jamais dépassé dans la presse le stade de la rumeur, ont débuté en novembre 2012 dans une base américaine du sud-ouest de la Jordanie, d'après le L.A. Times, qui explique qu'ils consistent en des sessions de deux semaines pour 20 à 45 combattants syriens rebelles.

Ni la centrale de renseignements, ni la Maison Blanche n'ont voulu commenter ces informations. Washington a toutefois annonce vendredi avoir augmenté le nombre de leurs soldats présents en Jordanie, de 250 à 1 000. Quelque 700 soldats américains, qui avaient été déployés en Jordanie pour d'importants exercices militaires communs achevés cette semaine, sont restés sur place, a indiqué un responsable de la Défense américaine.

La Maison Blanche a annoncé le 13 juin qu'elle voulait apporter un "soutien militaire" aux rebelles syriens, mais sans jamais préciser officiellement s'il s'agissait de fournir des armes. Des analystes pensent que Washington n'enverra pas d'armements lourds et sophistiqués, mais des armes légères qui seraient insuffisantes pour changer le cours du conflit.

Les rebelles disent avoir reçu des armes modernes

L'Armée syrienne libre (ASL), principale force d'opposition armée, a de son côté récemment reçu "des quantités d'armes modernes, dont certaines (...) susceptibles de changer le cours de la bataille", a indiqué à l'AFP Louaï Moqdad, coordinateur politique et médiatique de l'ASL.

Il a dit s'attendre à ce que les pays Amis de la Syrie --qui se réunissent samedi à Doha pour coordonner l'aide, y compris militaire, à apporter à la rébellion-- annoncent "officiellement" la décision d'armer les rebelles. "C'est ce que nous espérons, c'est ce à quoi nous nous attendons".

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est envolé vendredi pour le Qatar, où il doit notamment retrouver les chefs de la diplomatie française Laurent Fabius, allemande Guido Westervelle, britannique William Hague, et italienne Emma Bonino. Aucune indication n'a été donnée sur la présence de l'opposition syrienne.

Avec dépêches

Première publication : 22/06/2013

  • SYRIE

    Assad met en garde les Européens en cas de livraison d'armes aux rebelles

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Vladimir Poutine durcit son bras de fer avec les Occidentaux sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime syrien a utilisé des armes chimiques, selon Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)