Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

FRANCE

Hollande affirme que Paris œuvre pour la libération des otages français au Sahel

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/06/2013

Au lendemain de la publication d'un communiqué d'Aqmi affirmant que les Français détenus depuis 1 000 jours au Sahel étaient "vivants", François Hollande a affirmé que Paris cherchait à établir "des contacts" pour leur libération.

"Nous avons toute raison de penser que les otages sont vivants mais nous devons chercher à les libérer". C'est en ces termes que le président français, François Hollande, a réagi dimanche 23 juin, en marge d'une visite de chantier au Qatar, au communiqué publié le 22 juin par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) sur les huit Européens, dont cinq Français, détenus au Sahel.

Mobilisation pour les 1 000 jours de détention des otages français

"Nous sommes toujours à la recherche de contacts, a insisté le chef de l'État. Je sais que c'est insupportable pour les familles, 1 000 jours, 1 000 nuits, mais en même temps qu'il y a cette angoisse, il y a cette volonté de les libérer mais de le faire avec des contacts qui peuvent être sûrs. Pas avec des intermédiaires qui se proposent et dont on sait qu'ils ne viennent chercher que des avantages pour eux-mêmes."

"Ne pas donner de faux espoirs"

Réagissant aux critiques des proches des otages, dénonçant le silence des autorités, François Hollande a rappelé qu'il n'avait pas "à donner d'information". "D'abord, je suis conscient de ce que ça représente pour les familles et je n'ai pas à donner de faux espoirs ou au contraire des signes qui seraient décourageants". 

Après de longs mois de silence, Aqmi a publié un communiqué samedi affirmant que les huit otages européens qu'il détenait étaient "en vie" et qu'il allait diffuser "prochainement une nouvelle vidéo" des otages.

Au même moment, les proches de Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, enlevés le 16 septembre 2010 au Niger, marquaient les 1 000 jours de détention par des rassemblements dans plusieurs villes de France.

Françoise Larribe, l'épouse de Daniel, capturée en même temps, avait elle été libérée en février 2011. Un cinquième otage français, Serge Lazarevic, enlevé en novembre 2011 à Hombori (nord-est du Mali), reste également détenu par Aqmi.

Avec dépêches
 

Première publication : 23/06/2013

  • SAHEL

    Aqmi assure que les otages au Sahel "sont en vie"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Otages au Niger : les familles se mobilisent pour les 1 000 jours de détention

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Otages au Sahel : une famille porte plainte auprès de la justice française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)