Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Crédit Lyonnais : Bernard Tapie en garde à vue

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/06/2013

Bernard Tapie est entendu en garde à vue par la brigade financière à Paris au sujet de l'arbitrage dont il a bénéficié face au Crédit Lyonnais après la vente d'Adidas. "J'en ai rien à foutre d'être convoqué", avait-t-il déclaré dans la matinée.

C'est à son tour de s'expliquer. Bernard Tapie est interrogé, lundi 24 juin, sous le régime de la garde à vue dans les locaux de la brigade financière, à Paris, au sujet de l'arbitrage qui, en 2008, lui a accordé 403 millions d'euros, intérêts compris, pour mettre fin au différend avec Le Crédit Lyonnais né de la vente d'Adidas en 1993.

L'homme d'affaires, qui se dit serein, risque une présentation devant les juges. La garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures pour le chef d'"escroquerie en bande organisée". Un autre protagoniste du dossier était entendu séparément par les enquêteurs, a-t-on précisé de même source.
Les juges d'instruction, qui soupçonnent l’arbitrage en question d'avoir été biaisé à son avantage, veulent savoir comment l'homme d'affaires a plaidé sa cause à l'Élysée et au ministère de l'Économie et s'intéressent de près à ses liens avec les arbitres.

"J'en ai rien à foutre d'être convoqué", a-t-il déclaré, dans la matinée, sur Europe 1. "Qu’est-ce que vous croyez ? Des rendez-vous comme celui là, j’en ai eu sept avec Eva Joly. Résultat : six non lieu et une relaxe", affirme-t-il. Selon un de ses proches cité par le site Internet de la radio, Bernard Tapie serait convaincu que l’Elysée et le gouvernement sont derrière tous ses ennuis judiciaires, mais pour atteindre un autre homme. "Ils se servent de moi pour éliminer Sarkozy", aurait-il confié.

Dans cette affaire, troix personnes ont déjà été mises en examen pour "escroquerie en bande organisée" : Stéphane Richard, PDG d'Orange et ex-directeur de cabinet de l'ancienne ministre de l'Économie Christine Lagarde, Jean-François Rocchi, l'ancien patron du Consortium de réalisation, chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais et  Pierre Estoup, l'un des juges arbitraux.

Selon le dossier publié la semaine dernière par "Le Monde", les enquêteurs disposent de suffisamment d'éléments pour démontrer l'escroquerie en bande organisée. L'État français compte d'ailleurs déposer un recours en révision. 

Claude Guéant devrait aussi être entendu

Une réunion tenue à l'été 2007 à l’Élysée en présence de Stéphane Richard, le secrétaire général de l'Élysée Claude Guéant, et Jean-François Rocchi semble être une clé de l'affaire. Stéphane Richard aurait affirmé aux enquêteurs, lors de sa garde à vue, que Bernard Tapie était présent à cette réunion, destinée à mettre en place la procédure d'arbitrage plutôt que de s'en remettre à la justice. Interrogé par l'AFP, Bernard Tapie avait déclaré ne "pas se souvenir d'une réunion à cette date", qui ne pouvait selon lui "être une réunion de validation, mais d'information".

Christine Lagarde, qui fait l'objet d'une enquête de la Cour de justice de la République (CJR), a échappé à une mise en examen en étant placée sous statut de témoin assisté. Un statut provisoire qui peut à tout moment évoluer, y compris vers une mise en examen, note un connaisseur du dossier. Claude Guéant devrait être également entendu dans les jours prochains, d'après une source proche de l'enquête.

Selon "Le Monde", les enquêteurs soupçonnent maintenant Pierre Estoup d'être intervenu dès 1998 en faveur de Bernard Tapie dans une autre affaire, celle des comptes frauduleux de l'Olympique de Marseille. Le magistrat aurait tenté d'influencer le président du tribunal chargé du procès en appel de l'homme d'affaires. En première instance, Bernard Tapie avait été condamné à trois ans de prison, dont 18 mois ferme. En appel, sa condamnation avait été réduite à trois ans de prison avec sursis.

Avec dépêches

Première publication : 24/06/2013

  • FRANCE

    Affaire Tapie : Claude Guéant dans la ligne de mire des juges

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arbitrage Tapie : l’État français va déposer un recours en révision

    En savoir plus

  • AFFAIRE TAPIE

    Tapie dément s'être écrié "J'ai les sous !" après la victoire de Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)