Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

EUROPE

Barroso répond à Montebourg et moque les Français anti-européens

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/06/2013

À la suite des propos d'Arnaud Montebourg, qui qualifiait José Manuel Barroso de "carburant de l'extrême droite", le président de la Commission européenne a vivement répliqué lundi en fustigeant le chauvinisme français.

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a dénoncé, lundi 24 juin, les propos anti-européens de certains dirigeants français. Il réagit aux critiques émises par le ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg, envers sa politique.

"Il serait bon que certains responsables politiques comprennent que ce n'est pas en attaquant l'Europe et en essayant de faire de la Commission européenne le bouc émissaire de leurs difficultés qu'ils arriveront très loin", a déclaré M. Barroso lors d'un point-presse, affirmant que "certains souverainistes de gauche ont exactement le même discours que l'extrême droite".

Plus tôt dans la journée, la Commission européenne, via un communiqué lu par un porte-parole, avait dénoncé le "chauvinisme" français.

"Quand ils attaquent la mondialisation, les réformes économiques et l'Europe et ses institutions, les souverainistes de gauche et de droite ont le même agenda", affirmait le communiqué. "Il faudrait que certains responsables politiques français abandonnent certaines ambiguïtés vis-à-vis de l'Europe et la défendent davantage vis-à-vis du nationalisme, du populisme, voire du chauvinisme", a précisé le porte-parole.

Barroso, le "carburant de l’extrême droite"

Dimanche, Arnaud Montebourg avait accusé José-Manuel Barroso de favoriser la montée de l’extrême droite, après ses propos qualifiant la position française sur l'exception culturelle de "réactionnaire".

"M. Barroso est le carburant du Front national. Voilà la vérité", a déclaré Arnaud Montebourg dimanche 23 juin, sur la station de radio publique France Inter.

À l'autre bout de l'échiquier politique, Alain Juppé, ancien Premier ministre UMP, a lui aussi fustigé l'attitude de José-Manuel Barroso. "Le président de la Commission est totalement archaïque, il doit avoir une vision du monde qui doit dater des années 58", a affirmé M. Juppé à la télévision privée d'information en continu BFMTV.

Le président de la Commission européenne avait violemment critiqué lundi 17 juin la volonté de la France d'exclure le secteur audiovisuel du mandat de négociations commerciales avec les Etats-Unis. "Cela fait partie de ce programme antimondialisation que je considère comme totalement réactionnaire", avait-il déclaré.

Des propos qui, selon M. Barroso, ont été "mal compris". "J'ai toujours dit que l'exception culturelle, c'est sacré, qu'on ne doit pas faire de marchandage de la culture", a-t-il assuré.

En réaction à cette polémique, lundi, le commissaire européen Michel Barnier, n’a pas mâché ses mots."J'en ai assez, je le dis avec une certaine colère, de voir dans mon propre pays des ministres comme M. Montebourg, des hommes et des femmes politiques de droite et de gauche dire que c'est la faute des autres, de se défausser, de chercher des boucs émissaires".

Avec dépêches

Première publication : 24/06/2013

  • EUROPE

    Exception culturelle : José Manuel Barroso juge la France "réactionnaire"

    En savoir plus

  • COMMERCE

    Libre-échange : l'exception culturelle française reconnue

    En savoir plus

  • COMMERCE

    Exception culturelle et OGM, pommes de discorde entre les États-Unis et l'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)