Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

EUROPE

Remaniement ministériel en Grèce : les socialistes renforcent leur présence au gouvernement

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2013

Le chef du gouvernement grec, le conservateur Antonis Samaras, a procédé lundi à un remaniement ministériel. Il a notamment nommé le socialiste du Pasok Evangélos Vénizélos chef de la diplomatie et vice-président du gouvernement.

Le Premier ministre grec conservateur Antonis Samaras a procédé lundi à un remaniement gouvernemental, pour lequel il a concédé plus de portefeuilles à son allié socialiste, en nommant le dirigeant du Pasok Evangélos Vénizélos chef de la diplomatie et vice-président du gouvernement.

Selon la liste du nouveau gouvernement, les socialistes du Pasok renforcent leur présence avec un quart des portefeuilles, dont quatre ministères au lieu de deux dans le précédent gouvernement, qui a duré tout juste un an.

Le remaniement fait suite au départ la semaine dernière du parti de gauche démocratique Dimar qui s'est retiré de la coalition à la suite d'une crise provoquée par la décision de M. Samaras de fermer la radiotélévision publique ERT, supprimant 2.700 emplois.

Au portefeuille clé des Finances, chargé de piloter les négociations avec la troïka des créanciers de la Grèce et de lancer les grandes réformes du pays, Yannis Stournaras reste avec toute son équipe.

Ancien ministre des Finances et artisan de la restructuration de la dette grecque en mars 2012 dans le gouvernement de Lucas Papademos, M. Vénizélos, 56 ans, est un juriste, cadre du Pasok depuis la fin des années 80, ayant assumé plusieurs portefeuilles ministériels dans des gouvernements successifs socialistes dans les années 90 et 2000.

Il a été élu président du Pasok en mars 2012 après la démission de son prédécesseur Georges Papandréou, emporté par la crise de la dette.

Le nouveau gouvernement de M. Samaras signe le retour de deux autres ministres socialistes, Michalis Chryssohoïdes au portefeuille des Infrastructures et des Réseaux de Transports, et Yannis Maniatis au ministère de l'Environnement et de l'Energie. Tous deux sont de vieux cadres du Pasok, qui ont déjà assumé des postes ministériels. M. Chrissohoïdes est crédité d'avoir, lorsqu'il était à la tête de la police, gagné la bataille contre le terrorisme. Par la suite, lorsqu'il était au développement, il a surtout brillé pour avoir déclaré qu'il n'avait pas lu le mémorandum liant le pays à ses créanciers.

Le ministère du Développement agricole reste à un socialiste


Aux ministères de la Justice et de la Réforme de l'administration, qui étaient avant attribués au Dimar, sont nommés Haralambos Athanassiou et Kyriakos Mitsotakis, fils de l'ex-Premier ministre Costas Mitsotakis, tous les deux cadres de la droite de la Nouvelle Démocratie.

Le remaniement de M. Samaras est aussi marqué par le retour d'Adonis Georgiadis, ex-cadre du parti d'extrême droite Laos jusqu'à 2009 avant de passer à la droite, qui est nommé ministre de la Santé.

Il s'agit du premier remaniement du gouvernement de coalition depuis sa formation, après les législatives de juin 2012.

Le nouveau gouvernement compte 41 ministres et secrétaires d'Etat, dont un quart sont des socialistes.

La prestation de serment du nouvel exécutif aura lieu lundi en mi-journée.

AFP

Première publication : 24/06/2013

  • GRÈCE

    En Grèce, les chaînes de la télévision publique affichent toujours un écran noir

    En savoir plus

  • GRÈCE

    La justice grecque ordonne la réouverture de la radio-télévision publique

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le Premier ministre grec propose de rouvrir en partie la télévision publique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)