Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

EUROPE

Silvio Berlusconi condamné à sept ans de prison dans l'affaire du Rubygate

© AFP

Vidéo par Tristan DESSERT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/06/2013

Silvio Berlusconi a été condamné à sept ans de prison et une peine d'inéligibilité à vie pour incitation à la prostitution de mineure et abus de pouvoir. L'ex-président du Conseil dénonce "une sentence d'une violence jamais vue".

Le tribunal de Milan a condamné lundi 24 juin l'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi à 7 ans de prison dans le procès Rubygate, où il était accusé d'abus de pouvoir et prostitution de mineure. La peine prononcée par le tribunal présidé par Giulia Turri a été assortie de l'interdiction à vie d'exercer un mandat public. Silvio Berlusconi, 76 ans, n'ira cependant pas en prison car ses avocats vont déposer un recours. Tant que cette peine n'est pas validée en Cour de cassation, elle n'est pas exécutoire.

"Encore une fois, j'entends résister à cette persécution, parce que je suis absolument innocent", s'est insurgé le Cavaliere, dans une réaction écrite après l'annonce du jugement. "J'étais vraiment convaincu qu'ils m'acquitteraient, parce que, dans les faits, il n'y a aucune possibilité de me condamner", a-t-il ajouté. "Une sentence incroyable a été émise, d'une violence jamais vue auparavant, en vue de m'éliminer de la vie politique de ce pays", a-t-il poursuivi.

Ce verdict fait suite à une procédure de deux ans à l'encontre du Cavaliere, accusé d'avoir eu des relations sexuelles tarifées avec la danseuse marocaine Karima El Mahroug, dite "Ruby", alors que celle-ci était encore mineure. Silvio Berlusconi était également accusé d'abus de pouvoir pour avoir fait libérer "Ruby" en mai 2010 dans une affaire distincte concernant le vol d'un bracelet d'une valeur de 3 000 euros. Les faits se seraient déroulés alors que Silvio Berlusconi était encore chef du gouvernement, dans le cadre de soirées organisées dans sa villa d'Arcore, près de Milan.

"Des dîners élégants, joyeux et arrosés et non pas des orgies"

Le parquet avait requis six ans de prison et l'inéligibilité à vie et la juge Turri a souligné que Silvio Berlusconi a été condamné pour "abus de pouvoir sous la contrainte", durcissant sensiblement la peine requise par le parquet qui avait demandé "une peine de base" de 5 ans pour abus de pouvoir et un an de plus pour prostitution de mineure.

Un petit groupe d'une dizaine de manifestants a applaudi la condamnation avec des cris de joie et certains ont même entonné l'hymne italien. L'un des avocats vedettes du Cavaliere, NiccolO Ghedini, a parlé de "verdict complètement déconnecté de la réalité" tout en affirmant qu'il s'attendait à une peine de cette ampleur.

Une trentaine de jeunes femmes qui fréquentaient les soirées organisées dans la villa de Silvio Berlusconi à Arcore avaient défilé à la barre, contredisant leurs déclarations faites selon des enregistrements d'écoutes téléphoniques. Elles juraient avoir participé à des dîners élégants, joyeux et arrosés, mais qui n'étaient absolument pas des orgies.

Avec dépêches

 

Première publication : 24/06/2013

  • ITALIE

    Berlusconi en attente du verdict dans l'affaire du "Rubygate"

    En savoir plus

  • ITALIE

    Affaire du "Rubygate" : six ans de prison requis contre Berlusconi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)