Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Afrique

"Devant l'hôpital, pas un Blanc pour rendre hommage à Mandela, une honte !"

© Charlotte Boitiaux

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 26/06/2013

Devant l'hôpital de Pretoria où Nelson Mandela est soigné, des centaines de Sud-Africains rendent hommage quotidiennement à l'icône de la lutte anti-apartheid. Parmi eux, une écrasante majorité de Noirs, "choqués" par l'absence de Blancs.

Ce n'est pas vraiment la foule de journalistes rassemblés devant la Mediclinic Heart Hospital où Nelson Mandela est actuellement soigné qui dérange les Sud-Africains. C'est plutôt le "raz-de-marée de couleur noir" qui les met mal à l'aise. Voire les agace fortement.

"Des aînés du village de Kunu, où a grandi Mandela, devraient se rendre à l'hôpital"

Il est vrai que devant l'hôpital de Pretoria, difficile de repérer un visage blanc hormis celui des journalistes occidentaux. "Pourquoi pas un Blanc n'est venu se recueillir ou déposer un mot de gentillesse pour Madiba ?", s'étonne ainsi Comfort, un jeune homme âgé de 29 ans. "Madiba n'est pas seulement une figure pour les Noirs mais pour tout un peuple !", ajoute-t-il, voix baissée. Visiblement, évoquer ouvertement la question raciale, plus de 20 ans après la fin de l'apartheid, est encore taboue. Des personnes qui ont entendu Comfort n'hésitent d'ailleurs pas à tourner le dos à l'évocation de cette absence de Blancs devant la clinique, où de nombreux chants de soutien à Nelson Mandela se mêlent aux directs des journalistes.

"Les Blancs ont peur"

A la nuit tombée, les langues finissent pourtant par se délier, mais toujours à voix basse. "C'est honteux, après tout ce qu'il a fait pour le pays, pas un Blanc ne vient le soutenir, lui rendre hommage", s'emporte soudainement Moses, un jeune ami de Comfort, âgé lui aussi de 29 ans. Pour lui comme pour d'autres, l'explication ne fait aucun doute : les Blancs "ont peur". "Ils ne viennent pas parce qu'ils savent que la mort de Mandela va changer les choses", confie Masabata, gardienne de sécurité à Pretoria. "Une fois Mandela décédé, ils craignent que les Noirs prennent leurs maisons, leurs emplois", renchérit Ben, un pharmacien de 29 ans. "Ils se disent que tant que Madiba respire, personne ne déclenchera les hostilités. Que cela ferait trop de peine à l'ancien président [qui a lutté pour la réconciliation nationale depuis 1990, NDLR]. Mais après [sa mort], tout va changer, vous verrez", affirme-t-il.

Si certains Sud-Africains, comme Rejoice, une mère de famille venue avec son fils déposer un bouquet de fleurs devant l'entrée de l'hôpital, considère ces propos comme "délirants", d'autres comme Miken, le seul Blanc repéré dans la foule, une casquette rouge vissée sur la tête, ne leur donnent pas tout à fait tort… "Vous évoquez des questions difficiles que personne ne pose. Mais, ok, vous voulez la vérité", lâche ce businessman la main devant la bouche comme s'il redoutait que quelqu'un puisse lire sur ses lèvres.

"Certains Blancs n'aiment pas les Noirs. Certains de mes amis blancs ne veulent pas les fréquenter. C'est pourquoi ils vivent dans leurs quartiers, entre eux, ils se considèrent supérieurs. Ils accusent Nelson Mandela de leur avoir fait perdre le pays. Ils ne le respectent pas", assène-t-il, mais toujours à voix basse. "Moi, je ne dis rien mais je ne suis pas d'accord, je pense que Mandela est un très grand homme", précise-t-il, tout en désignant le bouquet de roses qu'il vient de déposer. "Alors non, je ne suis pas surpris d'être le seul Blanc ici, on ne se mélange pas vraiment à Pretoria, conclut-il. Ici, vous verrez, l'apartheid n'a jamais vraiment fini".


 

Première publication : 25/06/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    L’Afrique du Sud se prépare à faire ses adieux à Nelson Mandela

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Nelson Mandela est dans un état "critique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)