Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Sports

Le cycliste Laurent Jalabert déclaré positif à l'EPO quinze ans plus tard

© AFP | Jan Ullrich

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/06/2013

Selon des documents révélés par l'equipe.fr, le Français Laurent Jalabert a été contrôlé positif à l'EPO sur la Grande Boucle 1998. Une information qui repose sur des tests rétroactifs effectués en 2004 par l'Agence de lutte contre le dopage.

Lors du Tour de France 1998, Laurent Jalabert évoluait au sein de l'équipe espagnole Once, dirigée par Manolo Sainz. À l'époque, le Tour de France avait été entaché par un scandale de dopage, l'affaire Festina, une équipe dont le leader était alors un autre Français, Richard Virenque.

Quinze ans après, l'equipe.fr, qui s'appuie sur des tests rétroactifs datant de 2004, révèle que l'ancien champion du monde du contre la montre en 1997, aujourd'hui âgé de 43 ans, a eu recours à l'EPO.

"Pas faux, pas vrai"

Laurent Jalabert se dit très surpris par cette annonce. "Je ne peux pas dire que ce soit faux, je ne peux pas dire que ce soit vrai", a réagi l'ancien cycliste sur la chaîne de télévision France 2, dont il est le consultant notamment sur le Tour de France, qui démarre samedi prochain.

L'accusation à l'encontre du coureur français, star des années 1990, porte sur une période sombre du cyclisme à une époque où le dopage sanguin était très répandu dans le peloton. Le test de détection de l'EPO (érythropoïetine) n'a été validé qu'en 2001.

Jalabert, qui a arrêté sa carrière en 2002, n'a jamais confessé publiquement s'être dopé même s'il a reconnu implicitement que le dopage était généralisé au cœur des années 1990.

Rapport de la commission d'enquête le 18 juillet

Ces tests avaient alors été pratiqués anonymement. Mais la commission d’enquête sénatoriale sur l’efficacité de la lutte contre le dopage en France, qui rendra public son rapport le 18 juillet prochain, a exhumé les PV qui permettent aujourd’hui de mettre un nom sur les échantillons testés, précise l'equipe.fr. "Le rapport est en cours de rédaction. Je vois mal comment ces conclusions que je qualifierais de hâtives pourraient y figurer", a déclaré lundi soir à l'AFP Jean-François Humbert (UMP), président de la commission.

"L'enquête portait sur l'efficacité de la lutte contre le dopage et j'ai l'impression aujourd'hui que c'est mon procès", a relevé Jalabert sur RTL dont il est également le consultant. "J'ai toujours fait confiance aux médecins des équipes, je n'avais aucune raison de penser qu'il fallait être méfiant. On était soigné mais il était difficile de savoir les médicaments qui nous étaient administrés", a-t-il expliqué.

"Je n'ai pas cherché à améliorer mes performances"

Le 15 mai, "Jaja" avait été entendu par la commission d'enquête sénatoriale mise en place dans la foulée de l'affaire Lance Armstrong, déchu l'an dernier de ses sept victoires sur le Tour (1999-2005) pour dopage. Jalabert avait alors reconnu avoir reçu des infiltrations de corticoïdes, justifiées par des AUT (autorisations à usage thérapeutiques).

"Mais à aucun moment, je n'ai cherché à rencontrer de quelque manière que ce soit des médecins pour améliorer mes performances. Je n'ai pas dépensé un franc à l'époque pour acheter des produits interdits", avait-il ajouté. Quatrième du Tour 1995, son meilleur résultat sur la Grande boucle, "Jaja" n'a jamais été contrôlé positif durant sa carrière.

(Avec dépêches)

Première publication : 25/06/2013

  • CYCLISME

    L'Allemand Jan Ullrich, ex-vainqueur du Tour de France, avoue s'être dopé

    En savoir plus

  • DOPAGE - FRANCE

    Lutte contre le dopage : la "parole se libère un peu"

    En savoir plus

  • POLITIQUE - DOPAGE

    Lutte antidopage : "La mascarade dure depuis 45 ans"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)