Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

Sports

Le cycliste Laurent Jalabert déclaré positif à l'EPO quinze ans plus tard

© AFP | Jan Ullrich

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/06/2013

Selon des documents révélés par l'equipe.fr, le Français Laurent Jalabert a été contrôlé positif à l'EPO sur la Grande Boucle 1998. Une information qui repose sur des tests rétroactifs effectués en 2004 par l'Agence de lutte contre le dopage.

Lors du Tour de France 1998, Laurent Jalabert évoluait au sein de l'équipe espagnole Once, dirigée par Manolo Sainz. À l'époque, le Tour de France avait été entaché par un scandale de dopage, l'affaire Festina, une équipe dont le leader était alors un autre Français, Richard Virenque.

Quinze ans après, l'equipe.fr, qui s'appuie sur des tests rétroactifs datant de 2004, révèle que l'ancien champion du monde du contre la montre en 1997, aujourd'hui âgé de 43 ans, a eu recours à l'EPO.

"Pas faux, pas vrai"

Laurent Jalabert se dit très surpris par cette annonce. "Je ne peux pas dire que ce soit faux, je ne peux pas dire que ce soit vrai", a réagi l'ancien cycliste sur la chaîne de télévision France 2, dont il est le consultant notamment sur le Tour de France, qui démarre samedi prochain.

L'accusation à l'encontre du coureur français, star des années 1990, porte sur une période sombre du cyclisme à une époque où le dopage sanguin était très répandu dans le peloton. Le test de détection de l'EPO (érythropoïetine) n'a été validé qu'en 2001.

Jalabert, qui a arrêté sa carrière en 2002, n'a jamais confessé publiquement s'être dopé même s'il a reconnu implicitement que le dopage était généralisé au cœur des années 1990.

Rapport de la commission d'enquête le 18 juillet

Ces tests avaient alors été pratiqués anonymement. Mais la commission d’enquête sénatoriale sur l’efficacité de la lutte contre le dopage en France, qui rendra public son rapport le 18 juillet prochain, a exhumé les PV qui permettent aujourd’hui de mettre un nom sur les échantillons testés, précise l'equipe.fr. "Le rapport est en cours de rédaction. Je vois mal comment ces conclusions que je qualifierais de hâtives pourraient y figurer", a déclaré lundi soir à l'AFP Jean-François Humbert (UMP), président de la commission.

"L'enquête portait sur l'efficacité de la lutte contre le dopage et j'ai l'impression aujourd'hui que c'est mon procès", a relevé Jalabert sur RTL dont il est également le consultant. "J'ai toujours fait confiance aux médecins des équipes, je n'avais aucune raison de penser qu'il fallait être méfiant. On était soigné mais il était difficile de savoir les médicaments qui nous étaient administrés", a-t-il expliqué.

"Je n'ai pas cherché à améliorer mes performances"

Le 15 mai, "Jaja" avait été entendu par la commission d'enquête sénatoriale mise en place dans la foulée de l'affaire Lance Armstrong, déchu l'an dernier de ses sept victoires sur le Tour (1999-2005) pour dopage. Jalabert avait alors reconnu avoir reçu des infiltrations de corticoïdes, justifiées par des AUT (autorisations à usage thérapeutiques).

"Mais à aucun moment, je n'ai cherché à rencontrer de quelque manière que ce soit des médecins pour améliorer mes performances. Je n'ai pas dépensé un franc à l'époque pour acheter des produits interdits", avait-il ajouté. Quatrième du Tour 1995, son meilleur résultat sur la Grande boucle, "Jaja" n'a jamais été contrôlé positif durant sa carrière.

(Avec dépêches)

Première publication : 25/06/2013

  • CYCLISME

    L'Allemand Jan Ullrich, ex-vainqueur du Tour de France, avoue s'être dopé

    En savoir plus

  • DOPAGE - FRANCE

    Lutte contre le dopage : la "parole se libère un peu"

    En savoir plus

  • POLITIQUE - DOPAGE

    Lutte antidopage : "La mascarade dure depuis 45 ans"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)