Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La constance c'est la confiance"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

Sports

Le cycliste Laurent Jalabert déclaré positif à l'EPO quinze ans plus tard

© AFP | Jan Ullrich

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/06/2013

Selon des documents révélés par l'equipe.fr, le Français Laurent Jalabert a été contrôlé positif à l'EPO sur la Grande Boucle 1998. Une information qui repose sur des tests rétroactifs effectués en 2004 par l'Agence de lutte contre le dopage.

Lors du Tour de France 1998, Laurent Jalabert évoluait au sein de l'équipe espagnole Once, dirigée par Manolo Sainz. À l'époque, le Tour de France avait été entaché par un scandale de dopage, l'affaire Festina, une équipe dont le leader était alors un autre Français, Richard Virenque.

Quinze ans après, l'equipe.fr, qui s'appuie sur des tests rétroactifs datant de 2004, révèle que l'ancien champion du monde du contre la montre en 1997, aujourd'hui âgé de 43 ans, a eu recours à l'EPO.

"Pas faux, pas vrai"

Laurent Jalabert se dit très surpris par cette annonce. "Je ne peux pas dire que ce soit faux, je ne peux pas dire que ce soit vrai", a réagi l'ancien cycliste sur la chaîne de télévision France 2, dont il est le consultant notamment sur le Tour de France, qui démarre samedi prochain.

L'accusation à l'encontre du coureur français, star des années 1990, porte sur une période sombre du cyclisme à une époque où le dopage sanguin était très répandu dans le peloton. Le test de détection de l'EPO (érythropoïetine) n'a été validé qu'en 2001.

Jalabert, qui a arrêté sa carrière en 2002, n'a jamais confessé publiquement s'être dopé même s'il a reconnu implicitement que le dopage était généralisé au cœur des années 1990.

Rapport de la commission d'enquête le 18 juillet

Ces tests avaient alors été pratiqués anonymement. Mais la commission d’enquête sénatoriale sur l’efficacité de la lutte contre le dopage en France, qui rendra public son rapport le 18 juillet prochain, a exhumé les PV qui permettent aujourd’hui de mettre un nom sur les échantillons testés, précise l'equipe.fr. "Le rapport est en cours de rédaction. Je vois mal comment ces conclusions que je qualifierais de hâtives pourraient y figurer", a déclaré lundi soir à l'AFP Jean-François Humbert (UMP), président de la commission.

"L'enquête portait sur l'efficacité de la lutte contre le dopage et j'ai l'impression aujourd'hui que c'est mon procès", a relevé Jalabert sur RTL dont il est également le consultant. "J'ai toujours fait confiance aux médecins des équipes, je n'avais aucune raison de penser qu'il fallait être méfiant. On était soigné mais il était difficile de savoir les médicaments qui nous étaient administrés", a-t-il expliqué.

"Je n'ai pas cherché à améliorer mes performances"

Le 15 mai, "Jaja" avait été entendu par la commission d'enquête sénatoriale mise en place dans la foulée de l'affaire Lance Armstrong, déchu l'an dernier de ses sept victoires sur le Tour (1999-2005) pour dopage. Jalabert avait alors reconnu avoir reçu des infiltrations de corticoïdes, justifiées par des AUT (autorisations à usage thérapeutiques).

"Mais à aucun moment, je n'ai cherché à rencontrer de quelque manière que ce soit des médecins pour améliorer mes performances. Je n'ai pas dépensé un franc à l'époque pour acheter des produits interdits", avait-il ajouté. Quatrième du Tour 1995, son meilleur résultat sur la Grande boucle, "Jaja" n'a jamais été contrôlé positif durant sa carrière.

(Avec dépêches)

Première publication : 25/06/2013

  • CYCLISME

    L'Allemand Jan Ullrich, ex-vainqueur du Tour de France, avoue s'être dopé

    En savoir plus

  • DOPAGE - FRANCE

    Lutte contre le dopage : la "parole se libère un peu"

    En savoir plus

  • POLITIQUE - DOPAGE

    Lutte antidopage : "La mascarade dure depuis 45 ans"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)