Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Crise grecque : l'Europe dans la tourmente

En savoir plus

POLITIQUE

Terrorisme : quelles réponses face à la menace ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sur les traces du financement de l'organisation État islamique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Référendum en Grèce : "Chaos, pauvreté, drachme"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : le FMI préconise un nouveau plan d'aide

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Boko Haram au Nigeria : 150 morts dans deux nouvelles attaques

En savoir plus

DÉBAT

Bénin, Angola, Cameroun... François Hollande en tournée africaine

En savoir plus

DÉBAT

Attentats dans le Sinaï : l'Égypte en guerre contre l'organisation État islamique

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : regain de violences à Bujumbura

En savoir plus

Amériques

Snowden est toujours en zone de transit à l'aéroport de Moscou, selon Poutine

© AFP

Vidéo par Pierrick LEURENT , Marie NORMAND

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/06/2013

Le président russe Vladimir Poutine insiste sur le fait qu'il n'extradera pas Edward Snowden. Mais il estime que plus vite l'ex-consultant de la NSA recherché par les États-Unis choisira sa destination, "mieux ce sera" pour la Russie.

Vladimir Poutine a levé le mystère qui planait sur Edward Snowden, l'informaticien à l'origine des révélations sur le programme de cybersurveillance Prism invisible depuis dimanche, jour où, selon la presse, il a quitté Hong Kong pour Moscou. L'ex-consultant de la NSA recherché par les États-Unis, se trouve toujours en zone de transit à l'aéroport de Moscou, assure ainsi le président russe. "Edward Snowden est effectivement arrivé à Moscou", a-t-il déclaré, ajoutant aussitôt que cette venue était pour les Russes "totalement inattendue". "Il est arrivé en tant que passager en transit et en tant que tel, il n'a pas besoin de visa ni d'autres documents", a-t-il précisé.

Le président russe a par ailleurs rejeté vigoureusement les accusations de Washington à l'encontre de Moscou. Les États-Unis tentent en effet de mettre la pression sur Moscou pour que la Russie collabore dans l'interpellation d'Edward Snowden. Le secrétaire d'État américain, John Kerry, avait notamment jugé lundi "très décevant" et "profondément troublant" le fait qu'Edward Snowden a pu voyager sans être inquiété entre Hong Kong et Moscou. Washington avait aussi exhorté la Russie à "étudier toutes les options à sa disposition pour l'expulser vers les États-Unis". "Toutes les accusations à l'encontre de la Russie sont du délire et des sornettes", a lancé Vladimir Poutine.

Pas d'accord d'extradition


Le président russe a par ailleurs insisté sur le fait que la Russie n'avait pas avec les États-Unis d'accord d'extradition. "Nous ne pouvons remettre certains citoyens qu'aux nations avec lesquelles nous avons des accords internationaux sur la remise de criminels. Nous n'avons pas de tel accord avec les États-Unis", a-t-il souligné.

Il a toutefois estimé que la Russie avait tout intérêt à ce qu'EdwardSnowden quitte Moscou. "Edward Snowden est un homme libre. Plus vite il choisira sa destination finale, mieux ce sera, et pour nous et pour lui", a-t-il dit.

Avec dépêches
 

Première publication : 25/06/2013

  • DIPLOMATIE

    "Snowden n'a pas franchi la frontière russe", affirme Lavrov

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La demande d'asile de Snowden en Équateur en cours d'examen

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Edward Snowden affirme que Washington pirate les SMS chinois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)