Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Afrique

Mandela sous assistance respiratoire, Jacob Zuma annule une visite à l'étranger

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/06/2013

Selon un chef de clan, Nelson Mandela est maintenu en vie artificiellement. Le président Jacob Zuma a annulé un déplacement au Mozambique après avoir rendu visite au héros de la lutte contre l'apartheid hospitalisé à Pretoria.

L'état de santé de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela continue de se dégrader. Il a été placé sous assistance respiratoire, selon un chef de clan qui lui a rendu visite.

L'actuel président, Jacob Zuma, a fait annoncer mercredi soir l'annulation d'un voyage prévu au Mozambique. Déplacement que ses services avaient pourtant confirmé à plusieurs reprises ces dernières heures.

"C'est une annulation qui vient alimenter toutes les rumeurs"

Le héros de la lutte contre l'apartheid était "dans un état toujours critique", selon un communiqué de la présidence.

"Le président Zuma a été informé de la situation par les médecins qui font toujours tout leur possible pour assurer son bien-être", ajoute le texte.

L'état de santé de Nelson Mandela s'est aggravé durant le week-end. Il avait été hospitalisé en urgence le 8 juin après une récidive de l'infection pulmonaire qui le tourmente depuis deux ans et demi.

Le prix Nobel de la paix 1993 est sous assistance respiratoire, a précisé à l'AFP Napilisi Mandela, un chef de clan venu de sa région natale du Transkei (sud) qui lui a rendu visite à Pretoria mercredi.

"Oui, il utilise des machines pour respirer", a dit le chef traditionnel. "C'est triste, mais c'est tout ce qu'on peut faire."

Voeux du monde entier

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a de son côté déclaré que le monde entier priait pour Nelson Mandela, "l"un des géants du 20e siècle" selon lui.

"Je sais que nos pensées et prières sont pour Nelson Mandela, sa famille et ses proches, tous les Sud-Africains et les gens dans le monde entier qui ont été inspires par sa vie remarquable et son exemple", a dit Ban Ki-moon lors d'un discours à New York pour le 5Oe anniversaire de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), aujourd'hui remplacée par l'Union africaine.

L'ancienne chef de la diplomatique américaine, Hillary Clinton, a elle aussi envoyé dans un tweet "son amour et ses prières à notre grand ami Madiba, à sa famille et à son pays en cette période difficile".

La Maison Blanche a également témoigné son affection, sans préciser si l'état critique de Mandela risquait d'affecter la venue du président Barack Obama, attendu en Afrique du sud à partir de vendredi dans le cadre de sa tournée africaine.

Devant une armée de journalistes venus du monde entier, de nombreux anonymes se sont pressés toute la journée de mercredi et jusqu'à tard dans la soirée devant un mémorial improvisé sur le mur du Mediclinic Heart Hospital de Pretoria où a été admis celui que la plupart des Sud-Africains appellent affectueusement Madiba --de son nom de clan--, se photographiant à l'occasion devant une avalanche de posters, petits mots, fleurs, drapeaux, nounours, ballons...

La rue de l'hôpital a été interdite à la circulation, et la présence policière a été renforcée.

"C'est triste mais il n'y a rien que l'on puisse faire, à part souhaiter qu'il puisse être en paix", confie les yeux déjà brillants de larmes Franz, un père de famille venu en voisin avec son fils.

"Que ta bénédiction repose sur Madiba maintenant et à jamais. Donne lui, nous te prions, une nuit calme et une fin bonne et parfaite", a prié le révérend Thabo Makgoba, archevêque anglican du Cap.

Les visites se sont multipliées à l'hôpital ces deux derniers jours. D'abord réservées à la famille, elles ont été élargies à des proches, l'ancien médecin de Mandela et des ministres - notamment Nosoviwe Mapisa-Nqakula, la titulaire de la Défense, qui est aussi chargée de la santé des anciens chefs d'Etat.

Mandela voulait être enterré à Qunu

Des aînés et chefs traditionnels du clan royal des Thembus, auquel appartient Nelson Mandela, se sont rendus à son chevet mercredi.

Les Thembus sont une branche des Xhosas, peuple originaire de l'actuelle province du Cap oriental (sud) d'où vient l'ancien président.

Cette visite a été décidée lors d'une réunion familiale mardi à Qunu (sud), le village où Mandela dit avoir passé les plus belles années de son enfance et où il a souhaité être inhumé.

Une bonne partie de la famille veut, selon la presse, voir revenir à Qunu les dépouilles de trois enfants de Nelson Mandela. En 2011, Mandla, petit-fils de l'icône de la lutte anti-apartheid et désormais chef du clan, les avait fait transférer sans concertation à Mvezo, le village natal de Mandela situé à environ 30 kilomètres de là.

Furieux, Mandla a claqué la porte à la réunion de mardi, selon le quotidien The Sowetan.

Aucun membre de la famille n'a voulu faire de commentaire.

Les problèmes pulmonaires à répétition du père de la nation sud-africaine, dont c'est le quatrième séjour à l'hôpital depuis décembre, sont probablement liés aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour sur l'île-prison de Robben Island, au large du Cap. Il y a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime raciste de l'apartheid.

Libéré en 1990, Mandela a reçu en 1993 le prix Nobel de la paix pour avoir su mener à bien les négociations en vue d'installer une démocratie multiraciale en Afrique du Sud, conjointement avec le dernier président du régime de l'apartheid, Frederik de Klerk.

Mandela a été de 1994 à 1999 le premier président noir de son pays, un dirigeant de consensus qui a su gagner le coeur de la minorité blanche dont il avait combattu la mainmise sur le pouvoir.

Il n'est plus apparu en public depuis la finale de la Coupe du monde de football, en juillet 2010 à Johannesburg.

Avec AFP

 

Première publication : 27/06/2013

  • REPORTAGE

    "Mandela est une source d'inspiration pour nous les Blancs"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    "Devant l'hôpital, pas un Blanc pour rendre hommage à Mandela, une honte !"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    L’Afrique du Sud se prépare à faire ses adieux à Nelson Mandela

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)