Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Netanyahou divise à Washington

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

Afrique

"Mandela est une source d'inspiration pour nous les Blancs"

© Charlotte Boitiaux/FRANCE 24 | Donovan et ses deux filles.

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 26/06/2013

À Montana, un quartier huppé de Pretoria où vivent majoritairement des familles blanches, l'état de santé de Madiba est vécu comme une tragédie. Beaucoup démentent la rumeur selon laquelle les Blancs "auraient peur de l'après-Mandela".

C'est un quartier qui détonne avec le bruyant centre ville de Pretoria. À Montana, dans le nord de la capitale, et plus précisément à Sinoville, un petit quartier de maisons résidentielles huppées, seuls les chiens - qui aboient lorsque l'on s'approche trop près des portails - viennent briser le silence. Ici, pas une maison n'a fait l'impasse sur l'installation d'alarme, de grillages aux portes et aux fenêtres, et sur l'acquisition d'un gros canidé.

Debbie et son mari Hennie. Toux deux estiment que les organisations racistes blanches comme le AWB (Afrikaneer Wieerstands Beweging) lancent des rumeurs pour affoler les Blancs sur l'après-Mandela. © Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

Pourtant, d'aucuns réfutent l'accusation de "surprotection" ou de "paranoïa". "On sait très bien que des rumeurs disent que l'on a peur. Que l'on redoute l'après-Mandela", explique Donovan, un businessman de 49 ans installé à Montana avec sa femme et ses deux filles. "Mais c'est faux, et personne ici ne dira du mal de lui", affirme-t-il, un cigare à la main.

Pour Donovan, comme pour son voisin Tonie, un jeune étudiant de 19 ans, l'ancien président sud-africain est en effet une "icône" intouchable. "C'est une source d'inspiration pour nous les Blancs. Mandela nous a appris l'égalité des peuples et tout ça dans la non-violence", confie le jeune garçon en descendant de sa Rover.

Mauvais procès anti-Mandela

Même son de cloche chez Hennie et Debbie Roets, un couple d'une cinquantaine d'années, installé depuis 3 ans à Sinoville. Tous deux remercient Madiba de leur avoir évité le pire : la guerre civile.

Tonie, 19 ans: "Mandela nous a appris l'égalité des peuples et tout ça dans la non-violence". © Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

"Mandela est un grand homme, nous le respectons tous. Grâce à lui, nous sommes en vie, personne n'a jamais voulu se venger. Personne ne nous a jamais menacés parce que nous étions blancs. Et ça, c'est grâce à lui, je lui dois ma vie heureuse et paisible", confie Debbie, entourée de ses quatre labradors. "Ici, vous ne trouverez pas un Blanc qui ne l'admire pas, ni un Noir d'ailleurs", lance-t-elle en souriant, quand son jardinier, noir, passe le pas de la porte d'entrée.

Tous affirment être agacés par ce mauvais procès anti-Mandela que leur intentent certains Sud-Africains. "Ce n'est pas parce que nous ne descendons pas dans la rue en chantant et en priant que nous ne le respectons pas, se justifie Tonie. C'est juste une question de tradition culturelle, je préfère prier pour lui avant d'aller me coucher que de rester des heures entières devant l'hôpital à chanter. Il n'y a rien d'irrespectueux là-dedans !"

Le plus important, selon Donovan, reste l'héritage de Nelson Mandela. "Certes, quand il ne sera plus là, certaines choses changeront", affirme-t-il. Mais le risque, selon lui, est essentiellement politique. "Peut-être que l'aile dure de l'ANC pourrait faire n'importe quoi, renforcer ses pouvoirs.. Je ne sais pas… Peut-être que la corruption va s'amplifier, précise-t-il. Mais quoi qu'il se passe, je crois en mon pays, il est solide, et rien ne le fera basculer dans la violence encore une fois."

À Sinoville, toutes les maisons sont équipées d'alarme et de grillages aux portes et aux fenêtres. © Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

Première publication : 26/06/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    Mandela sous assistance respiratoire, Jacob Zuma annule une visite à l'étranger

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    "Devant l'hôpital, pas un Blanc pour rendre hommage à Mandela, une honte !"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    L’Afrique du Sud se prépare à faire ses adieux à Nelson Mandela

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)