Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

Economie

Accord politique pour sortir l'UE de l'impasse budgétaire

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2013

La Commission, le Conseil et le Parlement européen ont réussi, ce jeudi, à trouver un compromis sur le budget européen de 960 milliards d'euros pour la période 2014-2020. Les négociations étaient bloquées depuis février 2013.

Les présidents des trois institutions de l'Union européenne (la Commission, le Conseil qui représente les Etats, et le Parlement) ont annoncé jeudi être parvenus à un accord politique sur le budget de 960 milliards d'euros pour la période 2014-2020.

Cet accord trouvé quelques heures avant l'ouverture d'un sommet européen doit encore être approuvé par une majorité qualifiée des 754 députés du Parlement européen, a averti son président Martin Schulz.

"Ce n'est pas un compromis facile à accepter (...) Je peux vivre avec cet accord et je peux le défendre, mas il va falloir se battre pour obtenir le soutien d'une majorité de députés", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre irlandais Enda Kenny et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, qui avait organisé cette réunion de crise.

Une réunion des présidents des groupes politiques du Parlement européen a été convoquée en fin de matinée pour étudier l'accord politique. Le Parlement européen se réunit en session plénière à partir de lundi prochain.

M. Schulz a dit espérer emporter leur soutien et pouvoir convaincre le groupe socialiste dont il est issu.

L'accord politique trouvé entre les présidents des trois institutions est un "compromis", a souligné M. Barroso. Il prévoit une large possibilité de flexibilité dans l'utilisation des crédits pouvant être mobilisés sur la période 2014-2020.

Actuellement, les fonds non utilisés sur un exercice ne peuvent être reportés sur l'année suivante ni transférés d'une politique à l'autre. Ils sont restitués aux Etats membres.

Financer l'emploi des jeunes

La flexibilité était exigée par le Parlement européen, mais les Etats ont cherché à la limiter dans le temps et dans les montants. Martin Schulz a laissé entendre qu'il n'était pas totalement satisfait par le compromis trouvé et il a mis en demeure les Etats de l'avaliser rapidement, dès la semaine prochaine.

L'unanimité des Etats est nécessaire pour avaliser ce compromis. M. Kenny s'est déclaré "confiant d'avoir le soutien de tous les Etats". Il va consulter ses homologues en fin de journée pendant le sommet et des déclarations sont attendues. Les plus suivies seront celles du Britannique David Cameron et du Néerlandais Mark Rutte, qui incarnent la ligne dure dans les négociations budgétaires.

Cet accord, s'il est avalisé par les deux parties, permettra d'engager dès l'an prochain 3,6 des 6 milliards prévus pour financer des actions en faveur de l'emploi des jeunes, thème principal du sommet.

Le cadre financier pluriannuel approuvé par les dirigeants européen en mars est doté de 960 milliards d'euros en crédits d'engagements et de 913 milliards pour les paiements pour la période 2014-2020.

"Nous voulons être certains que les crédits de paiement seront réellement disponibles", a averti Martin Schulz.

AFP
 

Première publication : 27/06/2013

  • FINANCES

    L'UE réussit à limiter le recours à l'argent public en cas de faillite bancaire

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Le difficile équilibre entre austérité et croissance au menu du sommet européen

    En savoir plus

  • CARTE INTÉRACTIVE

    Où va l'Europe au rythme de la rigueur ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)