Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak?

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

Economie

Accord politique pour sortir l'UE de l'impasse budgétaire

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2013

La Commission, le Conseil et le Parlement européen ont réussi, ce jeudi, à trouver un compromis sur le budget européen de 960 milliards d'euros pour la période 2014-2020. Les négociations étaient bloquées depuis février 2013.

Les présidents des trois institutions de l'Union européenne (la Commission, le Conseil qui représente les Etats, et le Parlement) ont annoncé jeudi être parvenus à un accord politique sur le budget de 960 milliards d'euros pour la période 2014-2020.

Cet accord trouvé quelques heures avant l'ouverture d'un sommet européen doit encore être approuvé par une majorité qualifiée des 754 députés du Parlement européen, a averti son président Martin Schulz.

"Ce n'est pas un compromis facile à accepter (...) Je peux vivre avec cet accord et je peux le défendre, mas il va falloir se battre pour obtenir le soutien d'une majorité de députés", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre irlandais Enda Kenny et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, qui avait organisé cette réunion de crise.

Une réunion des présidents des groupes politiques du Parlement européen a été convoquée en fin de matinée pour étudier l'accord politique. Le Parlement européen se réunit en session plénière à partir de lundi prochain.

M. Schulz a dit espérer emporter leur soutien et pouvoir convaincre le groupe socialiste dont il est issu.

L'accord politique trouvé entre les présidents des trois institutions est un "compromis", a souligné M. Barroso. Il prévoit une large possibilité de flexibilité dans l'utilisation des crédits pouvant être mobilisés sur la période 2014-2020.

Actuellement, les fonds non utilisés sur un exercice ne peuvent être reportés sur l'année suivante ni transférés d'une politique à l'autre. Ils sont restitués aux Etats membres.

Financer l'emploi des jeunes

La flexibilité était exigée par le Parlement européen, mais les Etats ont cherché à la limiter dans le temps et dans les montants. Martin Schulz a laissé entendre qu'il n'était pas totalement satisfait par le compromis trouvé et il a mis en demeure les Etats de l'avaliser rapidement, dès la semaine prochaine.

L'unanimité des Etats est nécessaire pour avaliser ce compromis. M. Kenny s'est déclaré "confiant d'avoir le soutien de tous les Etats". Il va consulter ses homologues en fin de journée pendant le sommet et des déclarations sont attendues. Les plus suivies seront celles du Britannique David Cameron et du Néerlandais Mark Rutte, qui incarnent la ligne dure dans les négociations budgétaires.

Cet accord, s'il est avalisé par les deux parties, permettra d'engager dès l'an prochain 3,6 des 6 milliards prévus pour financer des actions en faveur de l'emploi des jeunes, thème principal du sommet.

Le cadre financier pluriannuel approuvé par les dirigeants européen en mars est doté de 960 milliards d'euros en crédits d'engagements et de 913 milliards pour les paiements pour la période 2014-2020.

"Nous voulons être certains que les crédits de paiement seront réellement disponibles", a averti Martin Schulz.

AFP
 

Première publication : 27/06/2013

  • FINANCES

    L'UE réussit à limiter le recours à l'argent public en cas de faillite bancaire

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Le difficile équilibre entre austérité et croissance au menu du sommet européen

    En savoir plus

  • CARTE INTÉRACTIVE

    Où va l'Europe au rythme de la rigueur ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)