Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • En prison depuis un an, Karim Wade bientôt fixé sur son sort

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Economie

Ikea propose des logements "durables" en kit pour les réfugiés

© Capture d'écran - Ikea

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/06/2013

La fondation de la multinationale suédoise du mobilier en kit Ikea vient de dévoiler le premier prototype de logement "durable" à monter soi-même pour les réfugiés et déplacés qui vivent dans des camps.

Ikea va mettre un pied au Liban, en Irak et en Éthiopie. Mais pas grâce aux grands magasins qui ont fait la fortune et la renommée du spécialiste suédois du mobilier à monter soi-même. La multinationale s’intéresse, en fait, à une population très particulière : les réfugiés obligés de vivre dans les camps à travers le monde.

La fondation du groupe a dévoilé le 20 juin, Journée mondiale des réfugiés, son prototype de logements en kit destinés à remplacer les tentes qui servent très souvent de toit de fortune. Ces habitations, dont 25 ont déjà été envoyées avec le soutien du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) dans les camps de Dollo Ado (Éthiopie), se veulent plus durables et confortables que les tentes.

“Elles sont mieux adaptées à l’environnement [des camps] et au climat,” assure Paul Spiegel, un représentant de l’UNHCR. Les murs de ces abris sont composés de matériels légers destinés à isoler de la chaleur et du froid et le toit est muni de panneaux solaires permettant de fournir de l’électricité à ces habitations.

Mais surtout, Ikea assure que ces logements ont été conçus pour durer au moins trois ans. Une longévité qui n’a rien à voir avec celle des tentes, qui “sous l’impact du soleil et de la pluie, ne tiennent pas plus de six mois en moyenne”, avance le groupe suédois. Une résistance qui peut faire toute la différence pour des populations qui sont condamnées, d’après l’UNHCR, à vivre en moyenne 12 ans dans les camps de réfugiés.

45 millions de réfugiés

Cette nouvelle solution "made in Ikea" ne va cependant pas changer du jour au lendemain le quotidien des réfugiés du monde entier. D’abord, parce que la cinquantaine d’abris qui sont actuellement expédiés dans les trois pays-tests ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan. Il y a aujourd'hui environ 45 millions de réfugiés dans le monde, dont plus de 3,5 millions sont obligés de vivre sous des tentes. Ensuite, parce que ce ne sont que des prototypes et que le groupe attend de connaître les premiers retours pour “évaluer l’opportunité d’une production à grande échelle de ces unités de logement”. Les logements définitifs devraient coûter 1 000 dollars l'unité, d’après la chaîne américaine CNN.

Reste que pour un budget de 3,5 millions d’euros, cette opération pour venir en aide aux réfugiés est aussi une bonne affaire pour l’image d’un groupe qui a dû faire face à plusieurs polémiques ces derniers temps. Le géant suédois a ainsi été soupçonné en France d’espionner ses salariés en février 2012 et il a reconnu, en novembre 2012, avoir profité du travail de prisonniers politiques dans ces centres de production à l’époque de l’Allemagne de l’Est.

Le développement de logements durables pour les réfugiés est d’autant plus important pour la marque que, comme le rappelle le "Wall Street Journal", “Ikea a fait face par le passé à des pressions pour être plus actif sur le front des œuvres de charité car le groupe est détenu par Ingka qui est inscrite comme une fondation charitable d’après le droit suédois”.

Première publication : 27/06/2013

  • ALLEMAGNE

    Ikea avoue avoir profité du travail de prisonniers politiques de la RDA

    En savoir plus

  • SUÈDE

    Ikea s'excuse pour avoir gommé les femmes de son catalogue saoudien

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)