Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

Moyen-orient

Israël-Palestine : le McDonald’s de la discorde

© Haaretz

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 27/06/2013

La filiale israélienne de la chaîne de restauration rapide McDonald’s a refusé d’ouvrir un restaurant à Ariel, une colonie implantée en Cisjordanie, pour des raisons idéologiques. Une décision qui déchaîne les passions dans l’État hébreu.

Pas de Big Mac pour les colons. La filiale israélienne de la chaîne de restauration rapide américaine McDonald’s a refusé d’ouvrir une franchise à Ariel, ville implantée en Cisjordanie. Les représentants de la chaîne, sollicités par les promoteurs d’un futur centre commercial dans la ville, ont poliment décliné l’offre, assurant que l’ouverture de restaurants dans des colonies construites sur des territoires palestiniens était "depuis toujours contraire à la politique de la chaîne de restaurants".

Dans l’État hébreu, la position de McDonald’s a provoqué une avalanche de réactions dans le camp des conservateurs. Deux parlementaires, Ayelet Shaked et Zvulan Kalfa, membres du très nationaliste Jewish Home party (Foyer juif), ont ainsi appelé au boycott de la célèbre chaîne de burgers. "Ceux qui boycottent devraient savoir qu’ils seront à leur tour boycottés", a menacé le ministre du Logement, Uri Ariel. Le maire d’Ariel, Eliyahu Shaviro, n’a pas hésité, dans une interview donnée au quotidien israélien "Ma’ariv", à qualifier la décision de McDonald’s de "discriminatoire à l’égard des résidents de la ville". Parallèlement, sur Facebook, le groupe d’extrême droite "My Israël" a orchestré la campagne de dénigrement sur le web, en parodiant notamment le slogan de McDonald’s…

© Le slogan de McDonald's détourné par le groupe Facebook My Israel.

Un burger "pour la gloire de l’État d’Israël"

Le mania des supermarchés Rami Levy, qui supervise la construction du centre commercial de la ville d’Ariel, a du mal à dissimuler sa rancœur. "Si c’est la décision [de McDonald's Israël, NDLR], bonne chance à lui, a-t-il déclaré, cité par le quotidien israélien "Haaretz". Une foule de concurrents n’attendent que de lui prendre cette place". Burger Ranch, le grand rival de McDonald’s dans l’État hébreu, est sur les starting-blocks. Il a assuré qu’il ouvrirait un restaurant dans le centre commercial d’Ariel pour "la gloire de l’État d’Israël". De quoi s’attirer les appétits de la frange nationaliste israélienne.

McDonald’s Israël semble, de son côté, vouloir laisser passer la tempête, refusant de réagir à la polémique. Selon une source proche de Omri Padan, le numéro un du groupe, citée par "Haaretz", il ne s’agit là que "d’une campagne de communication orchestrée par Rami Levy et ses associés […]". "Levy tente de promouvoir son centre commercial en organisant ce battage médiatique. La politique de la chaîne au sujet de l’ouverture de restaurants au-delà de la ‘ligne verte’ [frontières entre l’État hébreu et certains pays arabes fixées par l’accord de 1949, NDLR] est connue depuis des années", poursuit cette source anonyme.

Et en effet, Omri Padan a, dès le début des années 80 (soit près d’une décennie avant l’inauguration du premier McDonald’s dans l’État hébreu), déclaré qu’il ne ferait pas d’affaires en Cisjordanie. Une position qu’il n’a jamais oubliée, et pour cause : Omri Padan est l’un des fondateurs de l’organisation Peace Now – mais n’en fait aujourd’hui plus partie - , qui condamne la colonisation et prône une solution à deux États pour établir la paix dans la région.

Ariel au cœur de la fronde contre la politique de colonisation

Cette position est défendue par nombre d’intellectuels israéliens. Ils ont, à ce titre, engagé une fronde contre le gouvernement conservateur de Benjamin Netanyahou qui s’est, ces derniers mois, cristallisée sur cette même ville d’Ariel. En décembre, quand les autorités israéliennes ont donné leur autorisation à la construction d’une université dans cette colonie de Cisjordanie, 165 chercheurs et professeurs avaient appelé à boycotter l’établissement. Même réaction chez les artistes lors de l’ouverture, en 2012, d’un centre d’art dans la ville. Une soixantaine d’acteurs avaient alors appelé le monde artistique à ne pas y travailler pour "ne pas renforcer l’entreprise de colonisation".

Des avertissements dont le gouvernement israélien n’a cure. Mercredi, la municipalité de Jérusalem a donné son aval à la construction de 69 logements dans la colonie d'Har Homa, à Jérusalem-Est. Ce feu vert est tombé comme un cheveu sur la soupe : le lendemain, le secrétaire d’État américain John Kerry, arrivait en Israël pour une nouvelle mission de paix au Proche-Orient.
 

Première publication : 27/06/2013

  • ISRAËL

    L'État hébreu autorise la construction de 296 logements dans une colonie en Cisjordanie

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le nouveau gouvernement israélien va renforcer la colonisation

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    La colonisation de la "zone E1", la provocation israélienne qui ne passe pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)